Nouveaux Cahiers du socialisme

Faire de la politique autrement, ici et maintenant...

Penser politiquement les mutations du capitalisme à l’ère de l’intelligence artificielle

14 avril, par André-Philippe Doré

La plupart des écrits qui abordent la question de l’intelligence artificielle à l’heure actuelle, qu’ils soient critiques ou apologétiques, ont la fâcheuse tendance à réifier le caractère inédit d’une nouvelle forme de capitalisme, tantôt qualifié d’informationnel, de numérique, de surveillance ou d’algorithmique, qui serait induite par l’exploitation massive des données numériques. En n’expliquant pas comment ces transformations s’inscrivent dans la continuité avec les dynamiques structurelles plus larges du capitalisme de l’après-guerre, que j’ai qualifiées ailleurs de « révolution culturelle du capital[1] », ces analyses participent bien souvent à leur insu à la dépolitisation de la technique et de l’économie, ce qui empêche de penser les conditions de la possibilité d’un dépassement de la logique de domination dépersonnalisée inscrite dans la configuration même de l’intelligence artificielle. Dans cet article, je soutiens que si la critique de l’économie politique s’avère essentielle pour comprendre les développements de l’intelligence artificielle, il est nécessaire de dépasser son cadre d’analyse strictement économiciste afin de saisir les transformations qualitatives opérées dans le mode de reproduction des sociétés capitalistes avancées qui sont générées par la logique cybernétique de régulation sociale au fondement de l’intelligence artificielle.

L’intelligence artificielle, une forme de technologie spécifiquement capitaliste

Afin de réfléchir politiquement à l’intelligence artificielle, il convient d’emblée d’adopter une posture critique à l’endroit de la technique en elle-même. L’idéologie libérale dominante postule que la technique est neutre, c’est-à-dire qu’elle ne serait pas modelée par les rapports sociaux et qu’elle participerait au progrès des sociétés de manière évolutive et linéaire suivant l’adage selon lequel « comme on ne peut pas arrêter le progrès, il faut s’y adapter, en faisant un usage éthique et responsable d’une intelligence artificielle inclusive et respectueuse de la diversité ». Ce prêt-à-penser qui agit comme un discours de légitimation des transformations contemporaines du capitalisme fait l’impasse sur la nature de la technique. Celle-ci n’est pas neutre, elle exprime plutôt des rapports sociohistoriques de domination, bref, c’est de l’idéologie matérialisée.

Suivant cette posture critique, il convient donc d’historiciser l’émergence de l’intelligence artificielle dans la continuité des premiers travaux du domaine de la cybernétique qui apparaissent dans le contexte de la Seconde Guerre mondiale. Derrière l’apparente neutralité de cette nouvelle science du contrôle et de la communication, on retrouve le financement du complexe militaro-industriel américain qui cherchait à développer une conception technocratique et dépolitisée de régulation sociale face à la montée de l’attrait pour le socialisme dans les pays périphériques[2]. En plus de la révolution cybernétique, les développements contemporains de ce que certains nomment le capitalisme de surveillance ou de plateforme tirent également leur origine de la révolution managériale[3] qui est concomitante à l’avènement de la corporation, ou société anonyme par actions, comprise comme la forme institutionnelle prédominante du capitalisme avancé[4]. Cette mutation institutionnelle est fondamentale puisque la médiation des rapports sociaux au moyen du marché est remplacée par le contrôle communicationnel exercé par la corporation sur son environnement interne (les employé·es) et externe (les consommateurs·trices, les États, les autres firmes). En effet, le management se base sur le postulat cybernétique selon lequel l’organisation est un système de circulation et de contrôle de l’information qui permet sa reproduction élargie[5]. Les critiques du capitalisme de surveillance comme Zuboff[6] oublient généralement de situer historiquement cette « nouvelle » forme de capitalisme. En effet, l’émergence de la corporation au début du XXe siècle va modifier substantiellement la régulation de la pratique sociale en ce qu’il s’agira désormais de modifier les attitudes des individus afin d’arrimer la dynamique de surproduction du système industriel à celle de la surconsommation[7]. C’est en effet à cette époque que le marketing développera les techniques de surveillance des individus et de captation de l’attention qui sont à l’origine des outils de profilage des comportements des consommateurs utilisés par les géants du numérique (GAFAM). À côté de la publicité et du secteur financier, les premiers développements dans le domaine de l’intelligence artificielle tout comme l’ancêtre de l’Internet, ARPANET, s’expliquent par la nécessité d’absorber le surplus de valeur généré par la suraccumulation capitalistique des grandes corporations au moyen des dépenses publiques dans le domaine militaire afin de maintenir la croissance économique[8]. Le complexe militaro-industriel devrait en ce sens être rebaptisé « national-security, techno-financial, entertainment-surveillance complex[9] » (sécurité nationale, techno-financière, divertissement-surveillance) puisqu’il exprime la spécificité de l’impérialisme américain de l’après-guerre qui, en prenant appui sur la cybernétique, ne vise pas uniquement à exporter ses capitaux, mais également à étendre le modèle de la société machinique américaine à l’ensemble de la planète.

Intelligence artificielle et transformations institutionnelles du capitalisme avancé

Il faut donc éviter de tomber dans le piège dans lequel sont tombés plusieurs commentateurs depuis les mirages de la nouvelle économie à la fin des années 1990 selon lequel l’économie numérique serait propulsée par une nouvelle logique d’accumulation axée sur le savoir, les données numériques ou encore les algorithmes. En réalité, cette « nouvelle » logique d’accumulation remonte au début du XXe siècle avec l’avènement de la corporation. C’est l’économiste institutionnaliste Thorstein Veblen qui fut le premier à analyser les conséquences du passage d’un capitalisme libéral vers le capitalisme dit avancé[10]. Dans ce contexte, l’accumulation du capital ne s’effectue plus au moyen de la concurrence par les prix, mais plutôt au moyen de pratiques rentières de prédation de la valeur qui s’appuient sur l’exploitation d’actifs dits intangibles, c’est-à-dire par des droits de propriété intellectuelle, des brevets, des marques de commerce, des fusions et acquisitions, des alliances stratégiques avec d’autres entreprises, ou encore par des ententes formelles et informelles avec les gouvernements[11]. Au sein des sociétés capitalistes avancées, les principes de concurrence dans le cadre d’un marché autorégulé sont remplacés par la capacité de contrôle sur l’économie et l’ensemble de la société opérée par les grandes organisations corporatives. En clair, le marché est remplacé par la planification au sein des corporations dont le pouvoir repose sur leur capacité de capitaliser des flux de revenus futurs dans les marchés financiers.

Relativement marginaux au début du XXe siècle, les actifs intangibles représentent à l’heure actuelle 95 % de la valeur des cinq plus grandes corporations cotées en bourses, c’est-à-dire les GAFAM[12]. En ce sens, la spécificité du capitalisme contemporain ne repose pas tant sur l’émergence d’une nouvelle forme de « travail digital », immatériel ou cognitif, ou encore sur une nouvelle forme de marchandise prédictive produite par des algorithmes, mais plutôt sur la valorisation financière d’une nouvelle classe d’actifs intangibles que sont les données numériques. Le pouvoir de capitalisation des géants du numérique s’appuie sur l’appropriation de la valeur qui provient de l’économie productive, c’est-à-dire le travail abstrait en langage marxien, lequel est produit à l’extérieur des frontières légales de ces corporations. En termes marxiens, la valeur d’une marchandise correspond à la représentation du temps de reproduction de la force de travail[13]. Selon cette acception, il ne fait aucun sens de parler de valeur d’un produit de la connaissance, tel que l’information, les données numériques ou les algorithmes, puisque le temps de reproduction d’une connaissance tend vers zéro. Ainsi, la logique d’accumulation rentière du capitalisme numérique consiste à restreindre l’accès à la connaissance commune qui est produite socialement en vue d’en faire un actif intangible, ce qui signifie qu’elle consiste à s’approprier la valeur qui est produite à l’extérieur de l’entreprise[14].

La montée en puissance des plateformes numériques s’inscrit dans le contexte de la financiarisation de l’économie, où les normes de la valeur actionnariale ont imposé des rendements excessifs et court-termistes aux corporations; ces dernières ont été contraintes de sous-traiter une partie de leurs activités les plus risquées, notamment celles de recherche et développement. C’est dans ce contexte également qu’une série de politiques de dérèglementations complémentaires au sein des secteurs de la finance, des communications et de la recherche a permis de transformer la connaissance en actifs financiers pouvant être capitalisés dans la sphère financière. La loi Bay-Dohle aux États-Unis est considérée comme l’acte fondateur de cette « nouvelle économie du savoir » en ce qu’elle a permis de commercialiser sous forme de brevets la recherche financée publiquement, une pratique qui était interdite auparavant en vertu des principes de la science ouverte[15]. De manière concomitante, les politiques de dérèglementation des fonds de pension américains ont permis à ces derniers d’investir dans des firmes qui ne déclaraient aucun revenu, mais qui possédaient de nombreux actifs intangibles[16], ce qui a nourri la gigantesque bulle spéculative qui a éclaté lors du krach de la nouvelle économie en 2000. Dans le secteur des communications, les politiques de dérèglementation ont permis la convergence des médias avec les firmes technologiques, pavant la voie à la création de l’oligopole du numérique dominé par les GAFAM[17].

Si la propriété intellectuelle était au cœur de la première phase de déploiement de l’économie numérique (1990-2000), c’est plutôt la question des données numériques qui surgira comme nouvelle source de valorisation à la suite de la crise financière de 2008[18]. En effet, les grandes plateformes ont développé un modèle d’affaires consistant à transformer les données personnelles en un actif intangible qui est valorisé dans la sphère financière[19]. Cette dynamique économique rentière permet aux plateformes de s’approprier la valeur générée par l’économie productive, participant ainsi à la consolidation des monopoles de la connaissance transnationaux[20]. Comme la rente consiste essentiellement en une construction institutionnelle, la production d’un discours qui prend la forme d’une convention d’interprétation est nécessaire afin de fonder la confiance des investisseurs financiers. L’emballement médiatique entourant la révolution instaurée par l’intelligence artificielle générative rendue possible au moyen des algorithmes d’apprentissage automatique (machine learning) et d’apprentissage profond (deep learning)[21] doit être compris comme un discours produit par la communauté financière visant à nourrir l’espoir que les revenus futurs de ce secteur seront suffisamment élevés pour justifier l’investissement[22].

La puissance des GAFAM repose donc sur leur capacité à quantifier l’inquantifiable – les sentiments humains, l’amour, le jugement, la créativité, etc. – pour ainsi transformer l’ensemble de la vie sociale en flux de revenus futurs qu’ils sont en mesure de s’approprier. Les GAFAM usent de diverses stratégies extraéconomiques afin de transférer de la survaleur provenant d’autres secteurs de l’activité productive dans une dynamique rentière et à restreindre l’accès aux flux de revenus à d’autres capitalistes subordonnés. En effet, la production physique des biens n’est plus la principale source de profits pour ces entreprises; celles-ci ont recours à la sous-traitance vers des firmes subordonnées dont les travailleuses et les travailleurs sont surexploités. Elles misent plutôt sur le contrôle de l’accès à l’information et à la connaissance, que ce soit par les services infonuagiques, l’accès aux profils des utilisatrices et utilisateurs pour la vente de publicité ou encore l’accès à leurs logiciels de traitement automatisé des données numériques.

Les stratégies politiques de capitalisation des GAFAM sont nombreuses, allant de 1) l’accumulation sur les actifs immatériels (brevets, données transformées en actifs); 2) des stratégies politiques visant à influencer les lois en leur faveur (lobbying, évitement fiscal, etc.); 3) une logique de subordination des entreprises sous-traitantes; 4) et le contrôle d’un écosystème de la recherche et développement financé à même les fonds publics. En résumé, les géants du numérique ont mis en place une chaine globale d’appropriation de la valeur qui prend la forme d’un écosystème corporatif d’innovation qui leur permet de socialiser les risques et de privatiser les profits.

La dissolution de la société dans la régulation algorithmique du social

Comme je l’ai souligné précédemment, pour penser politiquement l’intelligence artificielle, il est nécessaire d’interroger l’idéologie qui est sous-jacente au développement des entreprises numériques afin de dépasser l’analyse strictement économique qui ne permet pas de saisir les transformations qualitatives qui se sont opérées dans le mode de régulation des sociétés capitalistes avancées dans leur ensemble. L’histoire des sciences et des technologies montre que derrière le développement des algorithmes autoapprenants qui permettent aux plateformes de collecter les données numériques, de les traiter et de les modéliser à des fins d’anticipation des comportements, on retrouve une conception de l’individu et de la société qui s’inspire des thèses de l’économiste néolibéral Friedrich Hayek. En effet, les algorithmes utilisés par les plateformes numériques s’appuient sur le modèle des réseaux de neurones développé par le psychologue Frank Rosenblat dans les années 1950 dont l’une des principales sources d’inspiration est la pensée d’Hayek[23]. L’apport fondamental d’Hayek à la pensée économique fut de redéfinir le marché à partir des postulats de la cybernétique. Il comparera le marché à un système de transmission de l’information semblable à un algorithme auquel les individus, eux-mêmes redéfinis comme des processeurs informationnels, doivent rétroagir[24]. Sur le plan politique, l’argumentaire d’Hayek visait explicitement à démontrer l’impossibilité théorique de la planification de type socialiste. Reconnaitre l’existence d’une entité nommée « société » qui transcenderait les individus conduirait selon lui à reconnaitre la possibilité du socialisme. Selon Hayek, toute tentative de saisir l’ensemble de la réalité sociale et économique en vue d’effectuer une quelconque forme de planification allait mener inévitablement au totalitarisme puisqu’il serait impossible de connaitre les savoirs tacites qui sont détenus par les acteurs individuels. On retrouve également l’influence hayékienne chez l’un des pionniers de l’intelligence artificielle dite symbolique, Herbert Simon, pour qui le principal objectif de l’intelligence artificielle est d’incorporer la rationalité idéalisée de l’entrepreneur capitaliste telle qu’on la retrouve dans les théories économiques néoclassiques[25]. En bon disciple du père du management, Frederick Winslow Taylor, pour qui il fallait fragmenter l’activité des travailleurs manuels afin de mieux les contrôler, Simon conceptualisera l’intelligence artificielle comme la décomposition du processus de prise de décision dans une organisation en vue de le rendre plus efficient dans le contexte où il est impossible d’avoir accès à l’ensemble des informations dans un environnement complexe. Dans sa théorisation de l’intelligence artificielle, Simon reprend donc la conception de la rationalité limitée des acteurs économiques qui avait été développée par Hayek dans le cadre de son débat sur le calcul socialiste où il voulait montrer la supériorité du marché face à la planification. Selon Simon, au contraire d’Hayek, une certaine forme de centralisation du pouvoir et de planification est nécessaire dans le cadre d’une économie dominée par les grandes organisations corporatives et il est possible d’effectuer celle-ci grâce à l’intelligence artificielle.

La nouvelle forme de contrôle social théorisée par les technocrates néolibéraux qui ont développé l’intelligence artificielle s’inscrit dans le passage du paradigme politique du gouvernement vers la conception technocratique de la gouvernance algorithmique. Le terme cybernétique provient du mot grec kubernêtes, qui signifie « pilote » ou « gouvernail »; il possède la même racine étymologique que celui de gouvernance. La gouvernance algorithmique correspond à une transformation sociétale fondamentale, que j’ai qualifiée de « révolution culturelle du capital », puisqu’elle repose sur le postulat néolibéral selon lequel « la société n’existe pas ». Si la société n’existe pas, les grandes organisations corporatives n’existeraient également pas, on ne pourrait donc pas les critiquer. Il n’existerait qu’un système composé d’un ensemble d’individus atomisés conçus comme des processeurs informationnels que l’on peut programmer. La gouvernance algorithmique décrit ainsi une nouvelle manière de gouverner propre aux sociétés capitalistes avancées qui consiste à mettre en place des mécanismes de pilotage et de décisions automatisés grâce à une mise en données du réel. La spécificité de la gouvernance algorithmique repose sur le postulat voulant qu’au moyen de l’accumulation, de l’analyse et du traitement d’une gigantesque quantité de données (les big data), il soit possible d’anticiper les évènements avant qu’ils surviennent. Grâce à l’accumulation et au traitement de ces données, il ne serait plus nécessaire de connaitre les causes des problèmes sociaux, comme le prétendait le paradigme politique du gouvernement; il s’agirait plutôt d’agir de manière préemptive sur le réel afin d’empêcher toute transformation structurelle de la société. La gouvernance algorithmique vient ainsi court-circuiter l’ensemble des médiations politiques qui avaient pour ambition d’instituer politiquement des finalités normatives communes en vue de l’émancipation collective. S’appuyant sur une logique d’hyperpersonnalisation, la gouvernance algorithmique a ainsi la prétention de produire une norme qui colle immédiatement à chacun des individus[26]. Il s’agit de la réalisation en acte du fantasme postmoderne d’un monde sans représentation commune de la réalité. C’est la possibilité de débattre de l’écart entre la norme et le fait, donc le fondement même du politique qui est anéanti dans le cadre d’une nouvelle dictature de l’état de fait qui vise à assurer le maintien du statu quo.

L’idéal d’autogestion qu’on retrouvait au cœur de l’idéologie californienne[27], laquelle a légitimé la montée en puissance des géants du numérique s’est ainsi mutée en egogestion, c’est-à-dire en gestion techno-bureaucratique d’individus particularisés qui, bien qu’émancipés des institutions sociales, se trouvent toujours plus dépendants de la capitalisation de leur existence[28]. En ce sens, en plus de constituer un lieu d’accumulation du capitalisme financiarisé, les plateformes numériques peuvent être considérées comme des dispositifs néolibéraux de subjectivation. Leur configuration réticulaire permet aux usagères et aux usagers de quantifier leurs activités et celles des autres, notamment en comparant leur popularité en fonction du nombre de contacts accumulés, participant ainsi à l’intégration de la rationalité cybernétique et néolibérale dans leur vie quotidienne. Les plateformes de type GAFAM ‒ en offrant des services personnalisés aux individus egogrégaires qui refusent d’adhérer à une quelconque forme de culture commune ‒ viennent court-circuiter le pouvoir des institutions politiques sous prétexte que la prise en charge des problèmes sociaux (en santé, environnement, culture, éducation, etc.) par les algorithmes est plus efficace que les services publics.

Penser un monde postcapitaliste et postnumérique

En résumé, la stratégie de prédation des plateformes numériques consiste en ce que David Harvey nomme une accumulation par dépossession[29]. En effet, les GAFAM investissent massivement à l’heure actuelle dans les domaines qui sont considérés comme relevant des services publics ou du bien commun, notamment, la culture, la santé et l’éducation[30]. L’introduction des technologies numériques et de l’intelligence artificielle dans ces secteurs vise à transformer l’ensemble de l’activité sociale en données qui deviendront des actifs sur lesquels les géants technologiques pourront ponctionner une rente. C’est pourquoi le combat pour la défense des services publics doit impérativement être lié à une opposition farouche face à la numérisation généralisée du monde.

Pour penser politiquement une sortie du capitalisme à l’ère numérique, il faut se défaire de la conception fallacieuse selon laquelle il suffirait de mettre en place des règles éthiques afin d’encadrer l’usage de l’intelligence artificielle afin que l’innovation technologique soit plus équitable, plus représentative de la diversité et plus inclusive. L’intelligence artificielle est une technologie spécifiquement capitaliste en ce qu’elle est le produit du « national-security, techno-financial, entertainment-surveillance complex ». L’intelligence artificielle correspond à l’aboutissement de la logique d’abstraction et de quantification de l’activité humaine qu’on retrouve au fondement de la domination dépersonnalisée du capitalisme. Comme la marchandise, la technique moderne agit comme un fétiche, c’est-à-dire qu’elle fait écran. L’intelligence artificielle masque les immenses flux d’énergie humaine et naturelle nécessaires à son fonctionnement, elle fait donc écran sur le fait que son « usage » est prédéterminé par des impératifs productivistes et destructeur de l’environnement[31]. Comme le signalait l’historien de l’économie Harold Innis, toute technologie possède un biais qui s’exprime en termes spatiotemporels permettant à la classe dominante de contrôler l’espace et le temps et ainsi de monopoliser la connaissance[32]. Selon Innis, au sein des technologies de communication à l’ère industrielle, on retrouve une conception abstraite et mécanique du temps qui conduit à une forme de présentisme qui a pour effet de nous rendre amnésiques face à la réalité du développement aveugle des sociétés capitalistes. Depuis trois siècles, cette dernière vise la mise en place de moyens toujours plus perfectionnés pour automatiser les procédures de production, de décision et de contrôle, et expulser la subjectivité humaine au profit de mécanismes pseudo-objectifs, et ce, afin d’assurer la « soumission durable » de l’humanité à la mégamachine capitaliste et à son monopole de la connaissance automatisée. En ce sens, il est illusoire de croire qu’une révolution pourrait être orchestrée à partir des plateformes numériques comme Facebook ou TikTok puisque leur configuration encourage des comportements tyranniques de la part d’individus narcissiques qui, équipés d’outils leur donnant un sentiment d’omnipotence abstraite, mais politiquement impotents, cherchent à prendre leur revanche sur ce qui subsiste encore de monde commun en exprimant leur colère et leur ressentiment en ligne. Cette pratique, bien qu’elle n’ait aucune incidence sur la logique du système, même qu’elle le nourrit, fait uniquement office de catharsis[33]. Bref, pour paraphraser Rosa Luxembourg, ou bien la société postcapitaliste sera postnumérique, ou bien on s’enfonce dans la barbarie technologique[34].

  1. Maxime Ouellet, La révolution culturelle du capital. Le capitalisme cybernétique dans la société globale de l’information, Montréal, Écosociété, 2016.
  2. Steve Joshua Heims, The Cybernetics Group, Cambridge (MA), The MIT Press, 1991.
  3. James Burnham, The Managerial Revolution. What is Happening in the World, New York, John Day Co., 1941.
  4. John Bellamy Foster et Robert McChesney, « Surveillance capitalism : monopoly-finance capital, the military-industrial complex, and the digital age », Monthly Review, vol. 66, n° 3, 2014 ; Nick Srnicek, Capitalisme de plateforme. L’hégémonie de l’économie numérique, Montréal, Lux, 2018.
  5. Baptiste Rappin, Au fondement du management. Théologie de l’organisation. Volume 1, Nice, Les éditions Ovadia, 2014.
  6. Soshana Zuboff, The Age of Surveillance Capitalism. The Fight for a Human Future at the New Frontier of Power, New York, Public Affairs, 2019. En français: L’âge du capitalisme de surveillance, Paris, Zulma, 2020.
  7. Stuart Ewen, Conscience sous influence, Paris, Aubier Montaigne, 1983.
  8. Foster et McChesney, op. cit., 2014.
  9. Thimoty Erik Ström, « Capital and cybernetics », New Left Review, n° 135, mai-juin 2022, p. 23-41.
  10. Éric Pineault, « Quelle théorie critique des structures sociales du capitalisme avancé », Cahiers de recherche sociologique, n° 45, 2008, p. 113-132.
  11. Thorstein Veblen, The Theory of the Business Enterprise, New Brunswick, Transaction Books, 1904.
  12. Dick Bryan, Michael Rafferty et Ducan Wigan, « Intangible capital », dans Leonard Seabrooke et Duncan Wigan (dir.), Global Wealth Chains. Asset Strategies in the World Economy, Oxford University Press, 2022, p. 89-113.NDLR. GAFAM : acronyme désignant les géants du Web que sont Google, Apple, Facebook (Meta), Amazon et Microsoft.
  13. Sur cette question, voir Maxime Ouellet, « Le travail en mutation », Nouveaux Cahiers du socialisme, n° 7, 2012, p. 20-31.
  14. À ce sujet, voir Cecilia Rikap, Capitalism, Power and Innovation. Intellectual Monopoly Capitalism Uncovered, New York, Routledge, 2020.
  15. Philip Mirowski, Science-Mart. Privatising American Science, Cambridge (MA), Harvard University Press, 2011.
  16. Fabienne Orsi et Benjamin Coriat, « The new role and status of intellectual property rights in contemporary capitalism », Competition & Change, vol. 10, n° 2, 2006, p. 162-179.
  17. Nikos Smyrnaios, Les GAFAM contre l’internet. Une économie politique du numérique, Paris, Institut national de l’audiovisuel (INA), 2017.
  18. Sébastien Broca, « Communs et capitalisme numérique : histoire d’un antagonisme et de quelques affinités électives », Terminal, no 130, 2021.
  19. Kean Birch et D. T. Cochrane, « Big Tech : four emerging forms of digital rentiership », Science as Culture, vol. 31, n° 1, 2022, p. 44-58.
  20. Ugo Pagano, « The crisis of intellectual monopoly capitalism », Cambridge Journal of Economics, vol. 38, n° 6, 2014, p. 1409-1429.
  21. NDLR. Pour plus d’informations concernant ce vocabulaire, on pourra consulter l’article d’André Vincent dans ce numéro : « Intelligence artificielle 101 ».
  22. André Orléan, L’empire de la valeur. Refonder l’économie, Paris, Seuil, 2011.
  23. Pablo Jensen, Deep earnings. Le néolibéralisme au cœur des réseaux de neurones, Caen, C&F éditions, 2021.
  24. Philip Mirowski, Machine Dreams. Economics Becomes a Cyborg Science, Cambridge, Cambridge University Press, 2000.
  25. Bruce Berman, « Artificial intelligence and the ideology of capitalist reconstruction », AI & Society, n° 6, 1992, p. 103-114.
  26. Antoinette Rouvroy, « Mise en (n)ombres de la vie même : face à la gouvernementalité algorithmique, repenser le sujet comme puissance », Le Club de Mediapart, 27 août 2012.
  27. Richard Barbrook et Amdy Cameron « The californian ideology », Science as Culture, vol. 6, n° 1, 1996, p. 44-72.
  28. Jacques Guigou, La cité des ego, Paris, L’Harmattan, 2008.
  29. David Harvey, « Le nouvel impérialisme : accumulation par expropriation », Actuel Marx, vol. 35, n° 1, 2004, p. 71-90.
  30. José Van Dijck, Thomas Poell et Martijn de Waal, The Platform Society. Public Values in a Connected World, New York, Oxford University Press, 2018.
  31. Alf Hornborg, La magie planétaire. Technologies d’appropriation de la Rome antique à Wall Street, Paris, Éditions divergences, 2021.
  32. Harold Innis, The Bias of Communication, Toronto, University of Toronto Press, 2008.
  33. Éric Sadin, L’ère de l’individu tyran. La fin d’un monde commun, Paris, Grasset, 2020.
  34. À ce sujet, voir Jonathan Crary, Scorched Earth. Beyond the Digital Age to a Post-Capitalist World, New York, Verso, 2022.

Par Maxime Ouellet, Professeur à l’École des médias de l’UQAM

Intelligence artificielle 101

11 avril, par André-Philippe Doré

Qu’est-ce que l’intelligence artificielle ?

« L’intelligence artificielle (IA, ou AI pour Artificial Intelligence) consiste à mettre en œuvre un certain nombre de techniques visant à permettre aux machines d’imiter une forme d’intelligence réelle. L’IA se retrouve implémentée dans un nombre grandissant de domaines d’application[1]. »

L’intelligence artificielle est donc un ensemble de théories et de techniques visant à réaliser des machines capables de simuler l’intelligence humaine[2].

L’IA s’appuie notamment sur les théories des mathématiques et des sciences cognitives. Elle fait aussi appel à la neurobiologie computationnelle (particulièrement aux réseaux neuronaux) et à la logique (partie des mathématiques et de la philosophie). Elle utilise des méthodes de résolution de problèmes à forte complexité logique ou algorithmique en s’appuyant entre autres sur la théorie des décisions. Par extension, l’IA comprend, dans le langage courant, les dispositifs qui imitent ou remplacent l’humain dans certaines mises en œuvre de ses fonctions cognitives[3].

Évolution de l’IA

L’évolution de l’intelligence artificielle peut être résumée en sept étapes principales[4] :

  • Le temps des prophètes : dans les années 1950, les pionniers de l’IA font des prédictions audacieuses sur les capacités futures des machines, mais ils surestiment largement les progrès à venir.
  • Les années sombres : dans les années 1960 et 1970, l’IA connait un ralentissement et une perte de financement, notamment à cause des limites des méthodes symboliques et des critiques de James Lighthill.
  • Le retour en grâce : dans les années 1980, l’IA bénéficie d’un regain d’intérêt et de soutien, grâce aux succès des systèmes experts, des réseaux de neurones et de la robotique.
  • Le second hiver : dans les années 1990, l’IA subit à nouveau une désillusion et une concurrence accrue d’autres disciplines informatiques, comme les bases de données ou le Web.
  • L’ère du big data : dans les années 2000, l’IA profite de l’explosion des données disponibles et de l’amélioration des capacités de calcul, ce qui lui permet de développer des applications dans de nombreux domaines, comme la reconnaissance vocale, la traduction automatique ou la recherche d’information.
  • L’avènement de l’apprentissage profond : dans les années 2010, l’IA connait une révolution avec l’émergence de l’apprentissage profond, une technique qui utilise des couches successives de neurones artificiels pour apprendre à partir de données complexes et non structurées, comme les images, les sons ou les textes.
  • L’horizon de l’intelligence artificielle générale : dans les années 2020, l’IA se confronte au défi de l’intelligence artificielle générale (IAG), c’est-à-dire à la capacité d’une machine à accomplir n’importe quelle tâche intellectuelle qu’un humain peut faire, voire à dépasser l’intelligence humaine. Ce défi soulève des questions éthiques, sociales et philosophiques, ainsi que des incertitudes sur les impacts de l’IA sur l’humanité.

Définitions

John McCarthy, le principal pionnier de l’intelligence artificielle avec Marvin Lee Minsky, définit l’IA ainsi : « C’est la science et l’ingénierie de la fabrication de machines intelligentes, en particulier de programmes informatiques intelligents. Elle est liée à la tâche similaire qui consiste à utiliser des ordinateurs pour comprendre l’intelligence humaine, mais l’IA ne doit pas se limiter aux méthodes qui sont biologiquement observables[5] ».

L’IA est également définie par Marvin Lee Minsky, comme « la construction de programmes informatiques qui s’adonnent à des tâches qui sont, pour l’instant, accomplies de façon plus satisfaisante par des êtres humains car elles demandent des processus mentaux de haut niveau tels que : l’apprentissage perceptuel, l’organisation de la mémoire et le raisonnement critique ». On y trouve donc le caractère « artificiel » dû à l’usage des ordinateurs ou de processus électroniques élaborés et le caractère « intelligence » associé à son but d’imiter le comportement humain. Cette imitation peut se faire dans le raisonnement, par exemple dans les jeux ou la pratique des mathématiques, dans la compréhension des langues naturelles, dans la perception : visuelle (interprétation des images et des scènes), auditive (compréhension du langage parlé) ou par d’autres capteurs, dans la commande d’un robot dans un milieu inconnu ou hostile.

Les types d’IA

L’intelligence artificielle se décline en trois catégories principales[6] :

  • IA faible (ou IA étroite, restreinte) : ce type d’IA est conçu pour effectuer des tâches spécifiques sans posséder de conscience ou d’intelligence générale. Par exemple, l’IA faible peut être utilisée pour la reconnaissance vocale, la recherche sur Internet ou encore le jeu d’échecs. Cependant, sa capacité d’apprentissage et d’adaptation est limitée à sa programmation initiale. Elle ne peut pas comprendre ni s’adapter en dehors de son domaine de spécialisation défini.
  • IA forte (ou IA générale) : contrairement à l’IA faible, l’IA forte possède une intelligence et une conscience similaires à celles des humains. Elle est capable de résoudre des problèmes dans divers domaines sans être limitée à une seule tâche. En somme, elle reproduit l’intelligence humaine de manière beaucoup plus authentique.
  • IA superintelligente : ce type hypothétique d’IA surpasserait l’intelligence humaine, excédant les capacités humaines dans tous les domaines, de la créativité à la prise de décision. Cependant, à ce jour, ce niveau d’intelligence artificielle n’a pas encore été atteint. De nombreux experts considèrent que l’avènement de ce type d’IA est fortement improbable.

Techniquement, comment ça marche ?

En général, on peut dire que l’IA se compose de quatre éléments clés : la puissance de calcul, les mégadonnées, la prise de décision par les algorithmes et l’argent.

Aujourd’hui, les géants de l’informatique tels que Google, Microsoft, Apple, IBM et Facebook sont tous engagés dans la recherche et le développement de l’IA. Ils ont mis en place des réseaux de neurones artificiels, composés de serveurs capables de traiter des calculs complexes sur de gigantesques quantités de données à des vitesses en croissance exponentielle. Ces réseaux sont conçus pour imiter le fonctionnement du cerveau humain, et permettent à ces systèmes d’apprendre et de s’adapter avec le temps.

Les systèmes d’IA sont formés à partir de grandes quantités de données. Ils utilisent des capacités informatiques pour analyser ces données et, sur cette base, prennent des décisions. C’est cette capacité de prise de décision qui distingue l’IA de nombreuses autres technologies comme les systèmes experts, par exemple.

Ainsi, tous les bots informatiques, les vidéos falsifiées et les images manipulées ne sont pas nécessairement le produit de l’IA. Ce qui compte, c’est si la technologie est capable de prendre des décisions. Un chatbot basé sur des règles, par exemple, renvoie des réponses prédéterminées en fonction de certaines conditions, comme l’utilisation d’un mot-clé. Il n’est pas nécessaire d’utiliser l’IA pour cela.

En revanche, un agent conversationnel utilise le traitement automatique du langage naturel (TLN), un sous-domaine de l’IA, pour extraire des informations du langage humain. Il évalue le contenu et le contexte, puis choisit une ligne de conduite, par exemple les mots à utiliser, la structure de la phrase et le ton à adopter en réponse. Contrairement à un simple chatbot basé sur des règles, un agent conversationnel doté d’IA ne renvoie pas toujours la même réponse à la même question.

Les outils basés sur l’IA comportent donc un certain degré d’incertitude ou de probabilité. Ils utilisent l’apprentissage automatique et la prise de décision algorithmique pour se rapprocher de plus en plus de la réalisation des tâches pour lesquelles ils ont été conçus. Cependant, ils le font d’une manière qui n’a pas été spécifiquement programmée. Les systèmes d’IA ont un certain degré d’autonomie, ce qui les rend beaucoup plus puissants. Cette autonomie est ce qui distingue véritablement l’IA et lui confère sa puissance.

Il existe toutefois une confusion dans le débat public entre intelligence artificielle, apprentissage automatique (machine learning) et apprentissage profond (deep learning). Pourtant, ces notions ne sont pas équivalentes, mais imbriquées. L’intelligence artificielle englobe l’apprentissage automatique, qui lui-même englobe l’apprentissage profond.

word-image-35293-1-3.png?resize=696%2C617&ssl=1

Diagramme de Venn montrant comment s’imbriquent les notions d’intelligence artificielle, d’apprentissage automatique et d’apprentissage profond[7].

Apprentissage automatique

L’apprentissage automatique consiste à permettre au modèle d’IA d’apprendre à effectuer une tâche au lieu de spécifier exactement comment il doit l’accomplir. Le modèle contient des paramètres dont les valeurs sont ajustées tout au long de l’apprentissage. La méthode de la rétropropagation du gradient est capable de détecter, pour chaque paramètre, dans quelle mesure il a contribué à une bonne réponse ou à une erreur du modèle, et peut l’ajuster en conséquence. L’apprentissage automatique nécessite un moyen d’évaluer la qualité des réponses fournies par le modèle.

Réseaux de neurones

Les réseaux de neurones artificiels sont inspirés du fonctionnement du cerveau humain : les neurones sont en général connectés à d’autres neurones en entrée et en sortie. Les neurones d’entrée, lorsqu’ils sont activés, agissent comme s’ils participaient à un vote pondéré pour déterminer si un neurone intermédiaire doit être activé et ainsi transmettre un signal vers les neurones de sortie. En pratique, pour l’équivalent artificiel, les « neurones d’entrée » ne sont que des nombres et les poids de ce « vote pondéré » sont des paramètres ajustés lors de l’apprentissage.

À part la fonction d’activation, les réseaux de neurones artificiels n’effectuent en pratique que des additions et des multiplications matricielles, ce qui fait qu’ils peuvent être accélérés par l’utilisation de processeurs graphiques. En théorie, un réseau de neurones peut apprendre n’importe quelle fonction.

Apprentissage profond

L’apprentissage profond (deep learning en anglais) utilise de multiples couches de neurones entre les entrées et les sorties, d’où le terme « profond ». L’utilisation de processeurs graphiques pour accélérer les calculs et l’augmentation des données disponibles a contribué à la montée en popularité de l’apprentissage profond. Il est utilisé notamment en vision par ordinateur, en reconnaissance automatique de la parole et en traitement du langage naturel (ce qui inclut les grands modèles de langage).

Grands modèles de langages

Les grands modèles de langage sont des modèles de langage ayant un grand nombre de paramètres, typiquement des milliards. Ils reposent très souvent sur l’architecture « transformeur ».

Les transformeurs génératifs pré-entrainés (Generative Pretrained Transformers ou GPT en anglais) sont un type particulièrement populaire de grand modèle de langage. Leur « pré-entrainement » consiste à prédire, étant donné une partie d’un texte, le token suivant (un token étant une séquence de caractères, typiquement un mot, une partie d’un mot ou de la ponctuation). Cet entrainement à prédire ce qui va suivre, répété pour un grand nombre de textes, permet à ces modèles d’accumuler des connaissances sur le monde. Ils peuvent ensuite générer du texte semblable à celui ayant servi au pré-entrainement, en prédisant un à un les tokens suivants. En général, une autre phase d’entrainement est ensuite effectuée pour rendre le modèle plus véridique, utile et inoffensif. Cette phase d’entrainement (utilisant souvent une technique appelée RLHF) permet notamment de réduire un phénomène appelé « hallucination », où le modèle génère des informations d’apparence plausible mais fausses.

Avant d’être fourni au modèle, le texte est découpé en tokens. Ceux-ci sont convertis en vecteurs qui en encodent le sens ainsi que la position dans le texte. À l’intérieur de ces modèles se trouve une alternance de réseaux de neurones et de couches d’attention. Les couches d’attention combinent les concepts entre eux, permettant de tenir compte du contexte et de saisir des relations complexes.

Ces modèles sont souvent intégrés dans des agents conversationnels, où le texte généré est formaté pour répondre à l’utilisateur ou l’utilisatrice. Par exemple, l’agent conversationnel ChatGPT exploite les modèles GPT-3.5 et GPT-4. En 2023 font leur apparition des modèles grand public pouvant traiter simultanément différents types de données comme le texte, le son, les images et les vidéos, tel Google Gemini.

Domaines d’application[8]

L’intelligence artificielle trouve des applications variées dans différents domaines. Voici un aperçu de son utilisation en médecine, dans le domaine militaire, le renseignement policier et le droit. On aurait aussi pu donner des exemples dans les domaines de la logistique et du transport, de l’industrie, de la robotique, des arts, de la politique, etc.

  • Médecine
    • Diagnostic et détection précoce : l’IA peut analyser rapidement et précisément de grandes quantités de données médicales, facilitant ainsi le diagnostic précoce de maladies et d’affections. Elle peut détecter des modèles et des signes subtils qui échappent parfois à l’œil humain.
    • Structuration des données des patients : l’IA collecte, analyse et organise méthodiquement les données massives issues des patients et patientes, ce qui facilite leur traitement ultérieur par les professionnels de la santé.
    • Prise en charge thérapeutique : l’IA peut guider les médecins dans la prise en charge thérapeutique des patients en se basant sur des cas passés et en croisant diverses données.
  • Domaine militaire
    • Surveillance et reconnaissance : l’IA est utilisée pour surveiller et reconnaitre des cibles, des mouvements de troupes et des activités ennemies.
    • Prévention des attaques : elle peut aider à anticiper et à prévenir les attaques en analysant des données et des schémas.
    • Assistance au commandement : l’IA peut fournir des informations et des recommandations aux commandants militaires.
    • Gestion de l’approvisionnement et de la logistique : elle optimise la gestion des ressources et des approvisionnements.
    • Contrôle de drones et de robots : l’IA permet de piloter ces dispositifs de manière autonome.
  • Renseignement policier
    • Analyse de données criminelles : l’IA peut aider à analyser des données complexes pour détecter des schémas criminels, des tendances et des menaces potentielles.
    • Identification de suspects : elle peut faciliter l’identification de suspects à partir d’images de vidéosurveillance ou d’autres sources.
    • Prédiction de crimes : l’IA peut anticiper les zones à risque et les moments propices à la criminalité.
  • Droit
    • Recherche juridique : l’IA peut analyser des textes juridiques, des précédents et des décisions de justice pour aider les avocats et les juges dans leurs recherches.
    • Automatisation des tâches juridiques : elle peut automatiser des tâches telles que la rédaction de contrats, la gestion des documents et la facturation.
    • Prédiction des résultats de procès : l’IA peut évaluer les chances de succès d’un procès en fonction des éléments disponibles.

Le matériel de l’artificielle intelligence

Avec les algorithmes et les mégadonnées (big data), le matériel qui sous-tend l’intelligence artificielle est la troisième composante essentielle pour permettre des capacités et des performances exceptionnelles. Il joue un rôle central dans l’innovation moderne et façonne le paysage de l’IA.

Les principales composantes matérielles clés de l’IA sont : les unités de traitement graphique (GPU), les unités de traitement tensoriel (TPU), les unités de traitement neuronal (NPU), les processeurs centraux (CPU), la mémoire et le stockage, les réseaux (réseaux locaux, LAN, et les réseaux étendus, WAN, qui permettent la communication entre les systèmes d’IA), la connectivité (la 5G offre une connectivité rapide pour les appareils mobiles et l’Internet des objets) et le matériel spécialisé.

En somme, ces composantes matérielles travaillent ensemble pour traiter et analyser de grandes quantités de données, permettant aux systèmes d’IA d’apprendre, de s’adapter et de faire des prédictions. L’IA ne serait pas possible sans cette puissance matérielle sous-jacente.

L’exemple de Nvidia[9]

Parmi les fabricants de composantes matérielles destinées à l’IA, l’entreprise Nvidia, bien que moins connu du grand public que les géants du Web, compte parmi les principaux joueurs dans ce domaine. Elle est actuellement la deuxième entreprise en termes de capitalisation boursière de la planète dans le domaine de l’IA, devancée uniquement par Microsoft. Elle présente plusieurs avantages, dont une puissance de calcul exceptionnelle. Les unités de traitement graphique (GPU) de Nvidia sont devenues un pilier fondamental de l’IA, permettant des avancées significatives dans le domaine de l’apprentissage automatique et des réseaux de neurones.

L’argent, bien matériel de l’intelligence artificielle

Avec les algorithmes, les mégadonnées et le matériel informatique, l’argent constitue la quatrième composante de l’intelligence artificielle, essentielle à son développement et à son déploiement, capitalisme oblige.

Coûts financiers de l’IA

L’intelligence artificielle est un domaine qui engendre des coûts astronomiques[10] pour les développeurs. Une grande partie des pertes associées aux IA génératrices provient des coûts d’inférence. Pour maintenir des IA capables de fournir des réponses optimales en un temps très court, une puissance informatique considérable est requise dès les phases de test. Cela implique l’utilisation de supercalculateurs actifs en permanence. Des cartes graphiques hautement performantes, coûtant environ 30 000 dollars chacune,, sont essentielles pour ces calculs.

Les coûts augmentent aussi avec la popularité de l’outil IA. Plus une IA est connue, plus elle reçoit de requêtes, ce qui entraine des prix plus élevés pour la génération de réponses. La longueur de la requête impacte également les coûts. Des requêtes plus longues reviennent plus cher aux entreprises derrière ces IA génératrices.

  • Le modèle économique de l’IA est limité :. . Par exemple,  ChatGPT, dont l’application est gratuite pour les utilisateurs et utilisatrices, a engendré des pertes estimées à  540 millions de dollars  l’an passé. Pour compenser ces pertes,  OpenAI  propose des abonnements à  20 dollars par mois  pour accéder à des versions plus performantes de ChatGPT. Chaque requête (prompt) d’IA générative coûterait entre 0,01 $ et 0,36 $, selon les estimations. À titre d’exemple, un service qui coûte 10 $ par utilisateur et par mois, entrainerait une perte de 20­ $ par mois; certains utilisateurs coûteraient au fournisseur plus de 80 $[11].

Coûts environnementaux de l’IA

L’intelligence artificielle a un impact considérable en termes de consommation d’énergie et en ressources naturelles.

  • L’entrainement des modèles d’IA, notamment les réseaux neuronaux, nécessite une grande quantité de calculs effectués dans des centres de données qui consomment énormément d’électricité[12]. Par rapport à l’apprentissage chez les humains, les tâches d’entrainement sont inefficaces car les modèles d’IA doivent lire une grande quantité de données pour apprendre à les comprendre. Par exemple, le modèle linguistique BERT (Bidirectional Encoder Representations from Transformers) a utilisé 3,3 milliards de mots tirés de livres anglais et de pages Wikipédia pour comprendre la langue.
  • L’empreinte carbone de l’élaboration de l’IA constitue un risque majeur. Selon certaines estimations, l’entrainement d’un modèle d’IA génère autant d’émissions de carbone que cinq voitures pendant toute leur durée de vie, fabrication comprise. Les chercheurs et développeurs en IA doivent être conscients de ces coûts énergétiques croissants et chercher des moyens d’optimiser l’efficacité énergétique de leurs modèles. L’utilisation de l’IA générative peut également contribuer à la sobriété écologique en surveillant les schémas de consommation d’énergie des bâtiments et en identifiant des opportunités d’économies.

Vers un monopole des géants du Web

Les IA généralistes sont en difficulté en raison des coûts élevés. Actuellement, les IA généralistes, comme ChatGPT, sont capables de réaliser de nombreuses tâches. Une possibilité serait de développer des IA spécialisées pour des tâches spécifiques, fonctionnant localement, afin de réduire les coûts liés à l’utilisation du « cloud ».

À long terme, seules les grandes entreprises américaines telles que Google, Microsoft, Meta, Apple et Amazon pourraient gérer des IA généralistes car elles ont la capacité d’absorber les pertes financières associées à leur utilisation. Cependant, même ces géants ne pourraient pas se tourner vers une utilisation à 100 % d’IA. La recherche via l’intelligence artificielle coûte six fois plus cher qu’une recherche Google standard.

Les GAFAM explorent des solutions pour réduire ces coûts. Par exemple, des puces dédiées à l’intelligence artificielle sont en projet, ce qui pourrait réduire les dépenses tout en maintenant une certaine qualité de service. De même, des centres de calcul et de données alimentées en énergie renouvelable sont en construction, pas tant pour l’environnement que pour réduire les coûts.

Investissements en IA par pays et par entreprise

Le graphique ci-joint, basé sur les données du rapport 2023 AI Index Report[13] de l’Université de Stanford, montre les pays où les sommes les plus importantes ont été investies dans des entreprises d’IA entre 2013 et 2022. Les États-Unis arrivent largement en tête avec un montant de 248,9 milliards de dollars, suivis par la Chine (95,1 milliards de dollars) et le Royaume-Uni (18,2 milliards de dollars). À remarquer, le Canada au cinquième rang avec des investissements de 8,8 milliards de dollars sur cette période, bien que n’ayant aucune entreprise dans le top 20 des entreprises du domaine de l’IA. C’est que les investissements au Canada sont souvent le fait d’entreprises multinationales étrangères en partenariat avec des laboratoires et centres de recherche universitaires ou sans but lucratif, mais largement financés par des fonds publics.

En 2022, les investissements les plus importants dans l’IA ont été réalisés dans le domaine de la médecine et de la santé (6,1 milliards de dollars), selon le rapport.

word-image-35293-2-2.jpeg?resize=696%2C696&ssl=1

Parmi les 20 plus grandes entreprises mondiales dans le domaine de l’intelligence artificielle, classées par capitalisation boursière[14] , on compte 19 entreprises américaines ou chinoises et une seule d’un autre pays, Israël. Ces entreprises représentent un mélange de matériel, de logiciels et de services basés sur l’IA.

Capitalisation boursière (en milliards de dollars US)[15]
Rang Entreprise Pays $ (US)
1 Microsoft États-Unis 3 040,00 $
2 NVIDIA États-Unis 1 980,00 $
3 Alphabet (Google) États-Unis 1 712,00 $
4 Meta (Facebook) États-Unis 1 246,00 $
5 Tesla États-Unis 639,00 $
6 Alibaba Group Chine 181,00 $
7 IBM États-Unis 169,00 $
8 Palantir États-Unis 54,00 $
9 Baidu Chine 40,00 $
10 Tencent Chine 39,00 $
11 Meituan Chine 37,00 $
12 JD.com Chine 34,00 $
13 Pinduoduo Chine 30,00 $
14 Xiaomi Chine 25,00 $
15 NetEase Chine 24,00 $
16 Hikvision Chine 23,00 $
17 Mobileye Israël 20,00 $
18 Dynatrace États-Unis 14,00 $
19 UiPath États-Unis 13,00 $
20 Sogou Chine 4,00 $

À remarquer : Apple ne fait pas partie du tableau bien que plusieurs experts estiment qu’Apple investit présentement d’énormes ressources en IA. Il y aurait deux explications à ce constat. L’entreprise n’est pas considérée comme un fournisseur de services d’IA par les statisticiens et Apple a une réputation d’opacité légendaire quant à ses projets de développement.

Prévisions du chiffre d’affaires du marché de l’IA dans le monde de 2021 à 2030 en millions de dollars US

word-image-35293-3-2.png?resize=696%2C398&ssl=1

Source: Statista Research Department, 13 février 2024, <https://fr.statista.com/statistiques/638963/revenus-marche-intelligence-artificielle-monde/>

L’encadrement de l’IA ?

Aucune loi, mesure ou réglementation n’encadre présentement le développement, le déploiement et l’utilisation de l’IA, et cela, à aucun niveau gouvernemental d’aucun pays et pas plus aux différents niveaux supranationaux. Tout est laissé aux bons soins des secteurs privé ou public de s’autoréguler. C’est réellement le Far West numérique. Quelques initiatives du secteur privé ou d’organisations de la société civile ont commencé à intenter des poursuites, à formuler des revendications et même à entreprendre des luttes pour limiter les effets néfastes des applications de l’IA dans certains domaines particuliers.

Divers projets de loi sont néanmoins à l’étude présentement un peu partout sur la planète, souvent le résultat de pressions de collectifs de chercheurs et d’experts dans divers domaines dont celui de l’IA ou d’organisations de la société civile. Tous ces projets ont en commun la même belle intention : favoriser le déploiement d’une IA responsable, verte, équitable, non discriminatoire et tutti quanti. Ils ont aussi en commun de faire des exceptions notables pour tout ce qui touche au secteur militaire, aux forces de l’ordre et aux services de renseignement.

Nous examinerons ici deux projets de loi, parmi les plus avancés en ce moment, soit ceux de l’Union européenne et de la Chine. Ils posent un minimum d’encadrement juridique au développement de l’IA, à son déploiement et à son utilisation. Au Canada et aux États-Unis, les projets de loi annoncés sont encore à l’état larvaire. Par exemple, le projet de loi de la Maison-Blanche a reçu l’appui des dirigeants des GAFAM (sauf Elon Musk). Cela dit tout sur la portée protectrice qu’aura cette loi sur les abus des géants de ce monde.

L’Union européenne

L’Union européenne (UE) a envisagé plusieurs projets de loi et règles pour encadrer l’intelligence artificielle. Ces projets visent à équilibrer la nécessité de prévenir les dangers liés à cette technologie et la volonté de ne pas prendre de retard.

Le 9 décembre 2023, le Parlement européen est parvenu à un accord provisoire avec le Conseil européen sur la loi sur l’IA. Le texte convenu devra être formellement adopté par le Parlement européen et son Conseil pour entrer en vigueur[16].

Voici un résumé des points clés[17] :

Le projet de loi sur l’IA de l’UE établit des obligations pour les fournisseurs et pour les utilisateurs en fonction du niveau de risque lié à l’IA. Les dispositions définissent quatre niveaux de risque :

  1. Risque inacceptable : les systèmes d’IA à risque inacceptable sont considérés comme une menace pour les personnes et seront interdits (par exemple, des technologies qui prétendent « prédire » des infractions »). Ces systèmes comprennent :
  1. Risque élevé : ces systèmes d’IA doivent se conformer à des exigences strictes. Par exemple, les systèmes d’identification biométrique et de catégorisation des personnes ou les systèmes utilisés pour la gestion et l’exploitation d’infrastructures critiques. Le projet de loi définit aussi des obligations spécifiques pour les utilisateurs d’IA et pour les fournisseurs.
  2. Risque limité : ces systèmes d’IA doivent être évalués. Par exemple, les systèmes utilisés dans les jeux vidéo ou les filtres anti-pourriel.
  3. Risque minimal : la plupart des systèmes d’IA actuellement utilisés dans l’UE relèvent de cette catégorie et ne nécessitent pas d’encadrement spécifique. Par exemple, les systèmes de recommandation.

Ces règles visent à garantir que les systèmes d’IA utilisés dans l’UE soient sûrs, transparents, traçables, non discriminatoires et respectueux de l’environnement.

La Chine

La Chine a récemment mis en place une nouvelle réglementation concernant les contenus générés par l’intelligence artificielle. Cette réglementation vise à maintenir la compétitivité du pays dans le domaine de l’IA tout en exerçant un contrôle strict. Voici les principales règles de cette réglementation[18].

Éthique

  • Les systèmes d’IA générative doivent adhérer aux valeurs fondamentales du socialisme.
  • Ils ne doivent pas menacer la sécurité nationale ni promouvoir le terrorisme, la violence ou la haine raciale.
  • Les fournisseurs de services doivent présenter les contenus générés par l’IA comme tels et prévenir toute discrimination basée sur le sexe, l’âge et le groupe ethnique lors de la conception des algorithmes.
  • Les logiciels d’IA ne doivent pas créer de contenu contenant des informations fausses et nuisibles.
  • Les données utilisées pour l’entrainement des logiciels d’IA doivent être obtenues légalement et ne pas porter atteinte aux droits de propriété intellectuelle d’autrui.

Sécurité

En somme, la Chine cherche à équilibrer l’innovation en IA avec des mesures de contrôle pour encourager le développement tout en évitant les abus.

Angela Zhang, professeure de droit à l’Université de Hong Kong, a indiqué à l’Agence France-Presse que « la législation chinoise est à mi-chemin entre celle de l’Union européenne (UE) et celle des États-Unis, l’UE ayant l’approche la plus stricte et les États-Unis la plus souple[19] ».

GLOSSAIRE

Agent conversationnel

Logiciel capable de communiquer de façon bidirectionnelle avec un utilisateur en langage naturel, par messagerie instantanée ou au moyen d’une interface vocale. Ces « agencements technologiques sont capables de produire des paroles ou bien des écrits pendant des interactions avec des humains et de simuler des compétences humaines, des rôles sociaux ou encore des formes de relations sociales artificielles aux utilisateurs ».

Algorithme d’apprentissage automatique

L’apprentissage machine « permet de construire un modèle mathématique à partir de données, en incluant un grand nombre de variables qui ne sont pas connues à l’avance. Les paramètres sont configurés au fur et à mesure lors d’une phase d’apprentissage, qui utilise des jeux de données d’entraînement pour trouver des liens et les classifie ». Cela peut être utilisé pour « développer des calculs dans le but de concevoir, de former et de déployer des modèles d’algorithmes, principalement dans une optique de classification et/ou de prédiction de l’usage et du comportement des utilisateurs ».

Analytique augmentée

« Processus de collecte, d’organisation et d’analyse de grands ensembles de données pour découvrir des renseignements utiles et prévoir les événements pertinents ».

Boîte noire

Dans le contexte de l’IA, les boîtes noires font référence au fait que le fonctionnement interne de nombreux systèmes d’IA est invisible pour l’utilisateur, qui ne peut pas examiner la conception ou le codage du système pour comprendre comment certaines décisions ont été prises.

Bot informatique (bot)

« Logiciel automatisé qui imite le comportement humain sur les médias sociaux en publiant des informations, en affichant son approbation (like) et en s’adressant à des personnes réelles ».

Chatbot, robot conversationnel

Agents conversationnels « conçus pour interagir avec les humains en langage naturel, robot conversationnel vocal ou écrit… qui sont capables de dialoguer avec un utilisateur par téléphone via l’appui sur des touches ou la reconnaissance vocale ».

Hypertrucage

L’IA et l’apprentissage automatique permettent de créer des contenus vidéo qui imitent des personnes spécifiques. Ces techniques comprennent « le changement de visage, la reconfiguration faciale visant à modifier l’expression faciale d’un personnage ou personnalité dans une vidéo en lui faisant virtuellement répliquer la mimique réalisée en studio par un acteur ou une tierce personne, la reconfiguration labiale consistant à modifier la bouche d’une personne pour faire croire qu’elle a dit quelque chose (qu’elle n’a jamais dite), l’apprentissage de la voix pour faire dire virtuellement à une personne n’importe quel message ».

Intelligence artificielle (OQLF)

Domaine d’étude ayant pour objet la reproduction artificielle des facultés cognitives de l’intelligence humaine dans le but de créer des systèmes ou des machines capables d’exécuter des fonctions relevant normalement de celle-ci.

L’intelligence artificielle touche à de nombreux domaines, comme les sciences cognitives et les mathématiques, et à diverses applications, notamment en reconnaissance des formes, en résolution de problèmes, en robotique, dans les jeux vidéo ainsi que dans les systèmes experts.

Intelligence artificielle faible (OQLF)

Système d’intelligence artificielle conçu pour imiter une portion spécifique du fonctionnement de l’intelligence humaine, lui permettant de reproduire certains comportements humains afin d’accomplir une ou des tâches particulières.

L’intelligence artificielle faible se distingue de l’intelligence artificielle forte, cette dernière imitant l’ensemble du fonctionnement de l’intelligence humaine.

Intelligence artificielle forte (OQLF)

Système d’intelligence artificielle conçu pour imiter le fonctionnement de l’intelligence humaine dans son ensemble, et ayant la capacité de se questionner, d’analyser et de comprendre ses raisonnements.

L’intelligence artificielle forte se distingue de l’intelligence artificielle faible, cette dernière n’imitant qu’une portion spécifique du fonctionnement de l’intelligence humaine.

Intelligence artificielle générale (IAG)

Technologies d’IA « capables de traiter de l’information par un processus s’apparentant à un comportement intelligent, et comportant généralement des fonctions de raisonnement, d’apprentissage, de perception, d’anticipation, de planification ou de contrôle ».

Intelligence artificielle générative

« Méthode qui permet à un système informatique d’apprendre à partir de données existantes et de générer de nouvelles données qui peuvent être utilisées pour des applications variées telles que la création d’images, de musique, de vidéos et de contenu textuel ».

Mégadonnées (big data en anglais) (OQLF)

Ensemble d’une très grande quantité de données, structurées ou non, se présentant sous différents formats et en provenance de sources multiples, qui sont collectées, stockées, traitées et analysées dans de courts délais, et qui sont impossibles à gérer avec des outils classiques de gestion de bases de données ou de gestion de l’information.

Lorsqu’il est question de mégadonnées, il y a souvent une référence au principe des « trois V » : volume (généralement massif), variété (sources et formats divers) et vitesse (rapidité de traitement). Certains spécialistes ajoutent également la véracité (données crédibles et réelles). Les mégadonnées proviennent notamment des publications dans les médias sociaux, des données publiques mises en ligne, des données transmises par les téléphones intelligents, des relevés de transactions électroniques, des signaux des systèmes de localisation GPS, etc. Elles peuvent être de nature autant personnelle que professionnelle ou institutionnelle.

Neurone artificiel (OQLF)

Unité de base d’un réseau de neurones artificiels dont le rôle est de convertir les signaux porteurs d’information qu’elle reçoit en un signal unique qu’elle transmet à d’autres unités du réseau ou qu’elle dirige vers la sortie.

À l’origine, les inventeurs du neurone artificiel se sont inspirés du neurone biologique en tentant de lui donner un modèle mathématique.

Réseau de neurones artificiels (OQLF)

Ensemble organisé de neurones artificiels interconnectés, créé dans le but de pouvoir effectuer des opérations complexes ou de résoudre des problèmes difficiles grâce à un mécanisme d’apprentissage lui permettant d’acquérir une forme d’intelligence.

À l’origine, les créateurs de réseaux de neurones artificiels se sont inspirés du fonctionnement du système nerveux, lequel est organisé en fonction des liaisons qui s’établissent entre des neurones biologiques.

Réseau de neurones profond (OQLF)

Réseau de neurones artificiels comportant de nombreuses couches cachées qui lui permettent, en multipliant les possibilités de traitement, d’augmenter ses capacités d’apprendre, d’améliorer son efficacité à effectuer certaines opérations complexes et d’accroître ses moyens de résoudre certains problèmes difficiles.

Robot (OQLF)

Machine programmable, généralement contrôlée par ordinateur, qui est conçue pour effectuer de manière autonome une ou plusieurs tâches dans des environnements spécifiques.

Les robots sont généralement des automates évolués qui possèdent l’équipement nécessaire pour s’adapter à leur environnement et interagir avec les objets qui les entourent. Ils effectuent souvent des tâches variées qui exigent des facultés propres à l’être humain à la fois sur les plans moteur et cérébral. Les progrès de l’intelligence artificielle vont accroître l’autonomie des robots en leur permettant de disposer de mécanismes perfectionnés d’apprentissage et de prise de décisions.

Système d’intelligence artificielle (OQLF)

Système conçu pour simuler le fonctionnement de l’intelligence humaine afin d’exécuter des fonctions relevant normalement de celle-ci.

Test de Turing (OQLF)

Test qui consiste à mettre en communication, à l’aveugle, un être humain et un ordinateur afin de vérifier s’ils sont capables d’atteindre les mêmes niveaux de performance. Si l’opérateur humain ne parvient pas à distinguer lequel de ses interlocuteurs est l’ordinateur, on considère que la machine a passé le test de Turing et est ainsi dotée d’intelligence artificielle. Le test de Turing a été imaginé par le mathématicien britannique Alan Turing.

Traitement automatique du langage humain (TALN). Traitement du langage naturel (TAL)

« Technique d’apprentissage automatique qui permet à l’ordinateur de comprendre le langage humain ». Les fonctions et applications relevant du TAL incluent la traduction automatique, les agents conversationnels, et le traitement de la parole.

Traitement automatique des langues (OQLF)

Technique d’apprentissage automatique qui permet à l’ordinateur de comprendre le langage humain. Les applications du traitement automatique des langues incluent, entre autres, la traduction automatique, la synthèse de la parole, la reconnaissance de la parole, la reconnaissance de l’écriture manuscrite et l’assistant virtuel.

Références

Par André Vincent, Professeur en infographie retraité du Collège Ahuntsic, édimestre des Nouveaux Cahiers du socialisme


NOTES

  1. Chaire UNESCO pour la culture de la paix, Qu’est ce que l’intelligence artificielle ?, <https://chaireunesco.org/Intelligence_artificielle>.
  2. Dictionnaire Larousse Encyclopédie, Intelligence artificielle, <https://www.larousse.fr/encyclopedie/divers/intelligence%20artificielle/187257>.
  3. Une partie de ce texte est tirée directement ou adaptée de l’article intitulé Intelligence artificielle de l’encyclopédie libre Wkipédia, <https://fr.wikipedia.org/wiki/Intelligence_artificielle>.
  4. Pour en savoir plus sur l’évolution de l’IA, on peut consulter les sources suivantes :- Wikipédia, Histoire de l’intelligence artificielle, <https://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_de_l%27intelligence_artificielle>.- Encyclopædia Universalis, Évolution de l’intelligence artificielle, <https://www.universalis.fr/encyclopedie/intelligence-artificielle-ia/2-evolution-de-l-intelligence-artificielle/>.- Jean-Luc Goudet, « Intelligence artificielle : les 7 innovations majeures selon Joël de Rosnay », Futura, 25 août 2017, <https://www.futura-sciences.com/tech/actualites/technologie-intelligence-artificielle-7-innovations-majeures-selon-joel-rosnay-68331/>.- Rémy Demichelis, « L’explosion de l’intelligence artificielle en quatre graphiques », Les Échos, 21 décembre 2018, <https://www.lesechos.fr/tech-medias/intelligence-artificielle/lexplosion-de-lintelligence-artificielle-en-quatre-graphiques-240916>.
  5. Wikipédia, Intelligence artificielle, <https://fr.wikipedia.org/wiki/Intelligence_artificielle#D%C3%A9finition>.
  6. Actualité informatique, Quels sont les 3 types d’IA ?, <https://actualiteinformatique.fr/intelligence-artificielle/quels-sont-les-3-types-ia>.
  7. Bouliech, CC BY-SA 4.0 <https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0>, via Wikimedia Commons.
  8. Wikipédia, Intelligence artificielle. Domaines d’application, <https://fr.wikipedia.org/wiki/Intelligence_artificielle#Domaines_d’application>.
  9. Agence France Presse, « Au cœur de la course à l’IA, les puces de Nvidia suscitent la convoitise des start-up », La Croix, 29 septembre 2023, <https://www.la-croix.com/Au-coeur-course-IA-puces-Nvidia-suscitent-convoitise-start-2023-09-29-1301284791>.
  10. Thibault Mairesse, « L’intelligence artificielle : un gouffre financier », Études Tech, 18 octobre 2023, < https://www.etudestech.com/decryptage/combien-coute-intelligence-artificielle/> .
  11. Tom Dotan et Deepa Seetharaman, « Big tech struggles to turn AI hype into profits », Wall Street Journal, 9 octobre 2023.
  12. Kate Saenko, « La recherche en IA est très énergivore, voici pourquoi », The conversation, 25 janvier 2021, <https://theconversation.com/la-recherche-en-ia-est-tres-energivore-voici-pourquoi-152128>
  13. Jack Clark et Ray Perrault, Artificial Intelligence Index Report 2023, Stanford University, <https://aiindex.stanford.edu/wp-content/uploads/2023/04/HAI_AI-Index-Report_2023.pdf>.
  14. Largest AI companies by market capitalization, <https://companiesmarketcap.com/artificial-intelligence/largest-ai-companies-by-marketcap/>.
  15. Données regroupées de diverses sources consultées le 29 février 2024, dont : Largest AI companies by market capitalization – CompaniesMarketCap.com, < https://companiesmarketcap.com/artificial-intelligence/largest-ai-companies-by-marketcap/> ; Largest Chinese companies by market capitalization – CompaniesMarketCap.com, https://companiesmarketcap.com/china/largest-companies-in-china-by-market-cap/ ; Top 10 Chinese AI Companies, AI Magazine, <https://aimagazine.com/top10/top-10-chinese-ai-companies>.
  16. Parlement européen, Loi sur l’IA de l’UE : première règlementation de l’intelligence artificielle, 9 juin 2023, mise à jour le 19 décembre 2023, <https://www.europarl.europa.eu/topics/fr/article/20230601STO93804/loi-sur-l-ia-de-l-ue-premiere-reglementation-de-l-intelligence-artificielle>.
  17. Ibid.
  18. Agence France-Presse, « L’intelligence artificielle encadrée par une nouvelle réglementation en Chine », Journal de Montréal, 18 août 2023, <https://www.journaldemontreal.com/2023/08/18/lintelligence-artificielle-encadree-par-une-nouvelle-reglementation-en-chine>.
  19. LEXPRESS.fr avec AFP, « Contenus géné
PHOTO : André Querry -Manifestation pour GAZA - 23 mars 2024

S’il est minuit dans le siècle

30 mars, par Rédaction
<

PHOTO : André Querry -Manifestation pour GAZA - 23 mars 2024

ÉDITORIAL[1]  — Malgré les nombreuses protestations à travers le monde et dans leur propre pays, émanant de divers groupes, y compris d’organisations rassemblant des Juifs[3], plusieurs gouvernements occidentaux continuent de soutenir le gouvernement israélien. Pourtant, ils ont, et les États-Unis en particulier, les moyens de faire pression afin de faire cesser immédiatement le génocide en cours du peuple palestinien. Ce génocide accompagne les volontés de recolonisation de la bande de Gaza par l’extrême droite israélienne[4] qui a pris le prétexte des représailles des crimes inhumains commis par le Hamas le 7 octobre dernier pour la mettre en œuvre à grande échelle.

Ce constat sur l’attitude de puissances occidentales en dit long sur l’époque que nous vivons, alors que les classes dirigeantes gagnées par le néolibéralisme ont perdu le sens de l’intérêt collectif et qu’elles préfèrent continuer leurs calculs stratégiques en défense de leurs intérêts à court terme. Car qui peut ignorer que la haine et la violence alimentent le désespoir et la haine et la violence ? D’une certaine façon, Israël en est l’illustration, avec sa population prise en tenaille par un gouvernement sioniste d’extrême droite, qui instrumentalise la Shoah et prétend parler au nom des Juifs de la planète.

Les élites néolibérales, y compris lorsqu’elles flirtent avec l’extrême droite et mettent en œuvre des politiques autoritaristes, n’ignorent pas qu’une part de consentement de certaines couches de la société est nécessaire pour gouverner. Comme disait Talleyrand à Napoléon : « On peut tout faire avec des baïonnettes, sauf s’asseoir dessus[5] ». Les refus de certains pays, dont le Canada et le Québec, de voter une résolution appelant au cessez-le-feu à l’Assemblée des Nations unies est un non-sens criminel. Mais le soutien inconditionnel à Israël est sans doute une façon d’alléger la culpabilité de l’Europe et des États-Unis. Car, dès 1942, Roosevelt, Churchill et d’autres savaient ce qui se passait dans les camps d’extermination, mais n’ont rien fait pour arrêter la Shoah. Depuis, on laisse le sionisme développer son récit de l’histoire sur le thème : « Seul Israël peut assurer la sécurité des Juifs ». Ce qui ressemble à une gigantesque tartufferie quand on regarde la montée de l’antisémitisme un peu partout dans le monde depuis le début des représailles génocidaires[6].

Mais les classes dirigeantes n’ont-elles jamais eu une vision du bien commun quand les populations du Sud global sont en jeu ? Plus de cinq cents ans d’histoire faite de génocides des Autochtones, de traite des Noirs africains et de l’esclavage, de colonialisme, de racisme et d’antisémitisme nous ont démontré le contraire.

Aujourd’hui, lorsque l’on compare les réponses occidentales à l’invasion de l’Ukraine par la Russie et celles suivant la destruction en cours de Gaza et de ses habitants par Israël, on constate qu’il n’y a aucun support gouvernemental digne de ce nom des Palestiniens et Palestiniennes. Pire, plusieurs pays occidentaux, dont le Canada, les États-Unis, l’Italie et la Grande-Bretagne ont immédiatement coupé le financement de l’UNRWA[7], un organisme des Nations unies, sur les seules allégations d’Israël au sujet d’une participation d’employés de cet organisme aux attaques du Hamas le 7 octobre. Pourtant, dans d’autres situations où des employés d’organismes de l’ONU ou des Casques bleus étaient accusés de viols et d’autres atrocités lors d’interventions, les sanctions n’ont pas été dirigées contre les organismes[8], car on arguait, avec raison, qu’il ne fallait pas confondre leur raison d’être avec le personnel employé ou mobilisé. En outre, ces allégations sont intervenues juste après qu’ait été confirmé, le 26 janvier dernier, le risque de génocide des Palestiniens par la Cour internationale de justice, qui avait été saisie par des avocats de l’Afrique du Sud, ce pays où la population noire a mis fin à l’apartheid. Or, l’arrêt du financement de l’UNRWA va transformer le risque de génocide des Palestiniens en réalité.

L’UNRWA joue en effet un rôle essentiel dans la survie du peuple gazaoui qui, en plus des bombardements, subit la soif, la famine et les épidémies en raison du blocus en eau, nourriture, électricité et essence imposé par Israël. Car Israël contrôle tout dans la bande de Gaza. C’est son gouvernement et son administration, ses services secrets, son armée qui décident de tout ce qui se passe à Gaza, et même de qui peut travailler pour l’UNRWA ou bénéficier d’une autorisation pour rejoindre sa famille en France ou au Canada !

Pour les gouvernements occidentaux qui ont choisi de refuser de réclamer un cessez-le-feu immédiat, toutes les vies n’ont pas la même valeur. C’est ce qu’on retiendra au-delà des calculs stratégiques de Biden et de ses conseillers qui ne veulent pas donner l’impression qu’ils ne soutiennent plus Israël – ce qui risque par ailleurs de saper les chances que le Parti démocrate l’emporte sur Trump. Les États-Unis ont, il est vrai, durci leur discours, puis annoncé des sanctions contre les colons israéliens qui, profitant du chaos régnant, sévissent brutalement et souvent mortellement en Cisjordanie. Mais selon cette stratégie des petits pas diplomatiques, qui demande du temps, les Palestiniens font figure de « dommages collatéraux ». Cela est inadmissible, même si Biden et son administration prennent soin de ne pas confondre la population israélienne avec son gouvernement, et préfèrent attendre que Netanyahou soit obligé de partir pour mettre en œuvre un cessez-le-feu et la solution à deux États prévue par l’ONU depuis 1947 et prémisse des accords d’Oslo en 1993. Si tant est que cette solution soit encore viable, alors que c’est Netanyahou lui-même et sa clique d’extrême droite qui ont aidé le développement du Hamas – dont on ne peut ignorer les méthodes de gestion par la terreur sur la bande de Gaza[9] – parce qu’ils misaient sur le fait que le Hamas, qui était comme eux opposé à ces accords, les fasse échouer. Ces accords représentaient pourtant d’importants reculs par rapport aux aspirations des Palestiniens à reconquérir leur territoire de 1967[10]. Ils résultaient notamment du soutien inconditionnel des États-Unis et d’autres puissances occidentales pour Israël, mais aussi du manque de vision politique de Yasser Arafat, dirigeant de l’Organisation de libération de la Palestine, majoritaire à l’époque parmi les Palestiniens, et de l’absence d’un réel appui des gouvernements des pays arabes. Malgré de grandes déclarations, ces derniers ont plus souvent laissé les Palestiniens à leur sort, quand ils ne les ont pas réprimés, préférant normaliser leurs relations avec Israël et l’Occident.

Combien de temps encore avant que les Israéliennes et les Israéliens ne mettent Netanyahou à la porte ? Car la majorité enrage contre leur premier ministre depuis leur mobilisation massive contre un projet de réforme judiciaire antidémocratique, bien avant le 7 octobre. Mais critiquer les politiques n’était plus dans les priorités depuis le 7 octobre, hormis pour celles et ceux qui risquent leur propre vie pour documenter et défendre les Palestiniennes et les Palestiniens de Cisjordanie contre les crimes qui se multiplient de la part des colons israéliens. En partie sous l’emprise d’un Netanyahou qui gouverne « par la peur[11] », la population est surtout focalisée sur les otages encore détenus par le Hamas et ses satellites, et sur les crimes commis le 7 octobre dernier, que certains vont jusqu’à qualifier de nouvelle Shoah, pratiquant aussi du coup une « autre forme de révisionnisme », comme le remarque Laurel Leff dans Haaretz[12], le seul journal israélien qui maintient une volonté critique d’information. Mais dans leur majorité, les Israéliens semblent indifférents au sort des Palestiniens. Quelques centaines ont toutefois manifesté le 18 janvier dernier à Tel-Aviv, pour réclamer un cessez-le-feu, expliquant notamment que « la guerre est mauvaise pour les Israéliens et pour les Palestiniens », mais « bonne pour le Hamas et pour Bibi[13] ». On est loin cependant des dizaines de milliers de manifestantes et manifestants qui défilaient au cours d’époques précédentes pour la paix avec les Palestiniens[14]. Selon un manifestant, le 18 janvier, la plupart des Israéliens « soit ne veulent pas comprendre ce qui se passe à Gaza, soit préfèrent détourner les yeux[15] ». Cela changera-t-il avec la reprise, début février, de manifestations contre le gouvernement Netanyahou, dont les prises de position reposent sur les mêmes soubassements racistes, xénophobes et colonialistes que les discours ou des lois anti-immigrants portés par une partie de l’extrême droite européenne ?

Dans un message (post) qui circulait sur Facebook en ce début d’année, il était écrit : « Ce qui est mort à Gaza, c’est l’idée que l’Occident incarnait l’humanité et la démocratie[16] ». Historiquement parlant, cette idée est morte avant, en 1942, et encore avant, pendant les siècles de domination coloniale qui ont précédé. La différence aujourd’hui, c’est que le génocide se déroule en direct, documenté par des journalistes palestiniens qui perdent la vie[17], les uns après les autres, dans ce combat destiné à informer et à restituer un nom, une voix et une histoire à ces dizaines de milliers d’êtres humains, femmes et enfants en premier lieu, qui sont morts ou mutilés.

La différence tient aussi dans le fait que les populations, qu’elles soient au Sud ou au Nord, sont plus sensibles aux enjeux. Les aspirations à l’égalité et à la démocratie se sont élargies pour intégrer une vision intersectionnelle des dominations et une conscience des rapports de pouvoir Nord-Sud – en témoigne l’ampleur des manifestations pour le cessez-le-feu, notamment dans ces pays occidentaux conduits par un néolibéralisme ravageur pour les pauvres, les minorités ou groupes minorés et les femmes. Dès lors, on peut croire en la capacité des êtres humains à se saisir de cette relativisation de l’héritage occidental pour poursuivre et mettre en pratique d’autres visions du monde.

En attendant, nous sommes dans ce moment dont parlait Gramsci lorsque l’Italie était dirigée par Mussolini et que le fascisme faisait des émules : « Le vieux monde se meurt, le nouveau monde tarde à apparaitre et dans ce clair-obscur surgissent les monstres ». Cela, avec des conséquences désastreuses en termes de vies humaines.

Par Carole Yerochewski, pour le comité de rédaction[2]


NOTES

  1. Ce titre est celui d’un livre écrit en 1939 par Victor Serge, anarchiste gagné au trotskysme pendant la Révolution russe, qui a été emprisonné par Staline et qui dénonce cette machine à broyer les êtres humains, en redonnant un visage et un nom à ces opposantes et opposants qui mourraient dans l’anonymat, comme meurent aujourd’hui tant de Palestiniennes et de Palestiniens broyés par les bombes de l’armée israélienne.
  2. Carole Yerochewski et le comité de rédaction remercient Rabih Jamil pour sa participation à la réflexion qui a conduit à l’écriture de cet éditorial.
  3. Comme Voix juives indépendantes Canada, et d’organisations ou représentants et représentantes de Juifs sionistes, selon les pays, notamment aux États-Unis.
  4. Rania Massoud, « En Israël, l’extrême droite rêve tout haut à la recolonisation de Gaza », Radio-Canada, 22 décembre 2023.
  5. « Sauf s’asseoir dessus » exprimait le fait qu’on ne peut se reposer sur la force, c’est-à-dire gouverner sans craindre ou risquer des protestations et des contre-réactions à cette violence.
  6. L’antisémitisme et le racisme anti-arabe ont décuplé ces derniers mois un peu partout. Voir à ce sujet :Tamara Alteresco, « Montée de l’antisémitisme en France », reportage de Radio-Canada, 6 novembre 2023 ; Oona Barrett, « Comprendre la montée de l’antisémitisme », Pivot, 17 novembre 2023 ; « Deux expertes de l’ONU dénoncent la montée de l’antisémitisme et de l’islamophobie dans le monde », ONU info, 22 décembre 2023.
  7. UNRWA : United Nations Relief and Works Agency for Palestine Refugees in the Near East; en français, l’Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient.
  8. Human Rights Watch, « République centrafricaine : Des viols commis par des Casques bleus », 4 février 2016, <https://www.hrw.org/fr/news/2016/02/04/republique-centrafricaine-des-viols-commis-par-des-casques-bleus>.
  9. Voir un état des lieux par Amnistie internationale ; Voir aussi : AFP et Le Figaro, « Gaza : un émissaire de l’ONU condamne la répression par le Hamas de manifestations », 17 mars 2019.
  10. Voir l’analyse d’Edward Saïd, « Au lendemain d’Oslo », 1993, dans lequel il rappelle les conditions pour mettre en œuvre une autodétermination palestinienne, un objectif oublié dans les discours actuels : <https://blogs.mediapart.fr/t-allal/blog/260124/pour-memoire-au-lendemain-doslo-dedward-said>.
  11. Netanyahou a été désigné comme « le plus grand marchand de peur de l’histoire d’Israël » par le journal Haaretz, qui sous-titre « Comment les tactiques de peur de Netanyahou manipulent les Israéliens », 27 janvier 2024.
  12. Laurel Leff, « Comment la Nakba a éclipsé l’Holocauste dans les médias américains depuis le 7 octobre », Haaretz, 10 décembre 2023.
  13. Surnom du premier ministre Benjamin Netanyahou.
  14. Voir La Paix maintenant, un mouvement extra-parlementaire israélien : <https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Paix_maintenant>.
  15. Voir Aya Batrawy, « Israeli protesters demand Gaza cease-fire in rare anti-war march through Tel-Aviv », Wamu 88.5, 19 janvier 2024, < https://wamu.org/story/24/01/19/israeli-protesters-demand-gaza-cease-fire-in-rare-anti-war-march-through-tel-aviv/>.
  16. Notre traduction.
  17. Plus de 80 journalistes sont morts depuis le début des représailles. Voir Yunnes Abzouz et Rachida El Azzouzi, « Journalistes tués en Palestine : comment et pourquoi Mediapart a enquêté », 11 février 2024, <https://www.mediapart.fr/journal/international/110224/journalistes-tues-en-palestine-comment-et-pourquoi-mediapart-enquete>. Une veillée en leur honneur a été organisée le 11 janvier dernier à Montréal par Palestinian Youth Movement avec la participation de plusieurs organisations dont Voix juives indépendantes.

 

Cerveau artificiel et argent

L’intelligence artificielle – Mythes, dangers, désappropriation et résistances

22 mars, par Rédaction

Cerveau artificiel et argent

INTRODUCTION AU DOSSIER – Ce n’est pas d’hier que le capitalisme mondialisé développe et s’approprie les techniques et les technologies les plus avancées et productives pour générer plus de capital privé par l’exploitation du travail et par la consommation étendue à l’échelle de l’humanité. Le capitalisme a aussi mis en place des mécanismes de discrimination qui surexploitent les plus dominé·e·s afin de maximiser les profits.

L’intelligence artificielle (IA) fait partie de ce monde capitaliste. Elle est présente dans nos vies depuis quelques décennies sous différentes formes, on n’a ici qu’à penser à la reconnaissance vocale en téléphonie déployée en 1995 par Bell Canada, pionnier mondial dans ce domaine, en éliminant au passage quelques milliers d’emplois occupés principalement par des femmes. Dans cette joyeuse marre aux algorithmes, les enjeux sont de l’ordre de centaines de milliards de dollars.

Jusqu’ici le développement et le déploiement de l’IA se faisaient plutôt discrets dans des centres de recherche enfouis dans les universités, en « partenariat » avec quelques géants de l’univers numérique. On nous en laissait parfois entrevoir quelques applications « innovantes », dans le domaine de la médecine, de l’automobile autonome, de la reconnaissance faciale, etc. Mais cela restait sous la bonne garde des géants de ce monde.

Mais voilà qu’à la fin de 2023 retentit un coup de tonnerre médiatique dans ce merveilleux univers numérique. L’IA générative, qui depuis une bonne décennie était réservée aux entreprises qui pouvaient se la payer, devient accessible à monsieur et madame Tout-le-Monde sous la forme du robot conversationnel ChatGPT.

La nouvelle a fait fureur et elle n’a pas tardé à déclencher de par le monde un déluge de commentaires et de jugements à l’emporte-pièce. Voilà que l’on pouvait, par le biais d’une simple application, disposer des services d’un robot conversationnel apparemment prodigieux capable de générer instantanément une dissertation de qualité sur n’importe quel sujet de son choix dans la langue de sa convenance.

Bien que l’IA générative sous forme de robot conversationnel ne soit qu’une sous-branche des applications de l’IA basée sur l’apprentissage profond – l’IA couvre beaucoup plus large – il n’en fallut pas plus cependant pour que sur les médias sociaux et dans les grands médias institutionnels finisse par s’imposer un nouveau discours hégémonique en la matière, un discours passe-partout et tout puissant, globalement favorable à l’intelligence artificielle de dernière génération ainsi qu’à ses multiples déclinaisons possibles. Cela est présenté comme quelque chose d’inéluctable et d’indispensable à notre vie future, mettant en sourdine ou à la marge, ou encore passant sous silence bien des dimensions problématiques de l’intelligence artificielle[1].

En guise d’introduction à ce dossier sur l’IA, nous voulons déchiffrer cet emballement pour l’IA et montrer ce qu’il y a derrière ce discours devenu si prégnant, en mettant en évidence comment il reste difficile dans nos sociétés contemporaines de faire la part des choses en matière de découvertes ou de progrès scientifiques et techniques, au point de jouer à l’autruche devant une multitude de dangers pourtant des plus inquiétants.

Sur l’idée de progrès

Il faut dire que pendant longtemps, modernité oblige, nous avons été portés – y compris à gauche – à doter le progrès économique et technique d’un indice hautement positif.

Après l’imprimerie en 1450, la machine à vapeur en 1770, le moteur à explosion en 1854, l’électricité en 1870, les technologies de l’information et de la communication dans les années 1970 et aujourd’hui l’intelligence artificielle, nous pourrions facilement imaginer être partie prenante d’une vaste trajectoire historique pleine de promesses, nous délivrant pas à pas de lourdes tutelles pesant sur notre humanité. Comme si, en nous laissant emporter par l’inéluctable passage du temps, le futur allait nécessairement nous offrir un avenir meilleur que le présent ou le passé.

On a tous en tête des images fortes – par exemple dans le dernier film de Sébastien Pilote, Maria Chapdelaine – de l’existence que menaient nos ancêtres à la fin du XIXe siècle ou au début du XXe dans ce pays de froid et de neige qu’était le Québec. Ils n’avaient ni eau courante ni électricité ni médecin assuré. Pour survivre et pour faire face aux défis d’une nature hostile, il ne leur restait qu’une vie faite de bûchage acharné et de durs travaux agricoles, d’économies et de privations. Au regard de notre vie d’aujourd’hui, qui souhaiterait revenir à de tels temps ?

Bien sûr, il y avait dans ces images trop simplistes quelques signaux contraires, mais nous avons mis longtemps à en tirer les véritables conséquences. Le progrès, en même temps qu’il délivrait l’être humain de bien des fardeaux, apportait son lot d’inquiétudes et de destruction. À preuve cette ombre de la menace nucléaire qui, à partir de 1945, s’est mise à grignoter, comme un sombre présage, les lumières philosophiques de toutes nos humaines interrogations.

Il y avait aussi ceux et celles qui, à gauche, avaient compris que ce progrès était porté par un mode de production particulier – le mode de production et d’échange capitaliste – qui en sapait une grande partie des potentialités positives. Ils voyaient donc dans un système socialiste, où les richesses privées seraient socialisées, le moyen de redonner au progrès humain ses vertus émancipatrices et libératrices.

Pourtant la plupart d’entre eux, en installant cette socialisation dans un futur indéterminé ou en fermant les yeux sur les difficultés de son actualisation, passée comme présente, et en se croyant portés par le vent de l’histoire, tendaient malgré eux à reprendre à leur compte le mythe d’un progrès inéluctable. D’ailleurs, ils étaient devenus si nombreux, si influents, si assurés de l’avenir – quelle que soit la manière dont ils le pensaient – qu’on avait même fini par tous les regrouper sous un même chapeau : le progressisme. Ils étaient, disait-on, des « progressistes » pariant, plein d’optimisme, sur les valeurs de la modernité, sur les avancées assurées et positives de l’histoire[2].

Le « progressisme », que nous le voulions ou non, nous en sommes, à gauche, les héritiers, et l’idée d’un progrès inéluctable se déployant positivement au fil du temps, continue de nous habiter. Et cela, même si l’histoire parait avoir depuis des décennies infirmé une bonne partie de ces prophéties.

En ne débouchant jusqu’à présent sur aucun changement sociétal de fond, sur aucun saut qualitatif, sur aucun « bond de tigre » comme disait Walter Benjamin, les indéniables avancées scientifiques et techniques qui continuent de fleurir à notre époque s’accompagnent de désordres économiques criants, de guerres nouvelles, de malaises sociaux grandissants, de blocages politiques et de contradictions culturelles. D’autant plus qu’aux maux traditionnels de l’exploitation ou de l’inégalité, fruits connus du capitalisme, sont venus se rajouter ceux, passablement inquiétants et longtemps ignorés, d’un productivisme échevelé : des prédations environnementales généralisées et de brutaux changements climatiques posant cette fois-ci, dans un proche avenir, la question même de notre survie comme humanité.

Voir les choses depuis la perspective de l’histoire

En fait, tout – en particulier ce qui touche aux effets des récentes découvertes scientifiques et techniques sur les sociétés humaines – devrait pouvoir être discuté aujourd’hui, se retrouver sur la grande table des débats collectifs, sans peur et en toute liberté.

Les crises multiples et combinées (crises économiques, sociales, politiques, sanitaires, écologiques, géopolitiques) que collectivement nous affrontons aujourd’hui nous le montrent comme jamais : cette trajectoire ascendante du progrès est en train de se déliter, voire de se transformer peu à peu en son contraire. Elle nous oblige brutalement à nous questionner sur le type de vie auquel nous aspirons comme humains, et sur le devenir de l’humanité. S’épanouira-t-elle sous le signe de la liberté ou de l’émancipation, ou au contraire se distordra-t-elle au gré des impasses d’un « désordre établi » maintenu d’une main de fer par les puissants d’aujourd’hui ? Tout des drames grandissants d’aujourd’hui ne nous oblige-t-il pas à voir les choses de loin, à les scruter depuis la perspective de l’histoire ? Il y a plus de 150 ans de cela, un certain Karl Marx rappelait que :

la seule liberté possible est que l’homme social, les producteurs associés règlent rationnellement leurs échanges avec la nature […] et qu’ils accomplissent ces échanges en dépensant un minimum de force et dans les conditions les plus dignes et les plus conformes à la nature humaine. Mais, rappelait-il […] cette activité constituera toujours le royaume de la nécessité. C’est au-delà que commence le développement des forces humaines comme fin en soi, le véritable royaume de la liberté[3].

Cette vision large et prospective de la liberté, envisagée pour l’humanité universelle comme une libération vis-à-vis du temps de travail obligé, c’est là tout un programme dont on est loin de voir l’aboutissement aujourd’hui. Elle reste néanmoins d’une brûlante actualité quand on songe au surgissement dans nos sociétés de l’intelligence artificielle de dernière génération, si on ose s’arrêter à tout ce qu’elle bouscule sur le plan des conditions structurelles, économiques et techniques, favorisant ou non le déploiement possible d’une liberté humaine. Car on touche là, avec ce nouveau type de technologies, à quelque chose de résolument nouveau dont on peine à mesurer les conséquences sur les multiples dimensions de nos vies, travail et loisirs compris.

Il faut dire que les prouesses, dont cette intelligence artificielle est à l’origine, ont de quoi impressionner. La puissance et la rapidité de ses calculs comme les prodigieux résultats que ses algorithmes atteignent en matière de production quasi instantanée de textes conversationnels, d’images et de sons utilisables par tout un chacun, paraissent lui assurer un avenir à tout coup prometteur. Il faut dire aussi que cette capacité à recourir à des masses gigantesques de données numériques et à les trier à la vitesse de l’éclair recèle de potentiels côtés positifs, notamment en termes d’avancées scientifiques, et plus particulièrement ces derniers temps en termes de diagnostics médicaux. À condition cependant que ces machines apprenantes restent étroitement encadrées par des humains, selon des principes et des exigences éthiques et politiques réfléchies et connues de tous et toutes, de manière à pouvoir de part en part contrôler, dans la transparence, tous leurs tenants et aboutissants, leurs effets problématiques ou inattendus et leurs toujours possibles biais et bévues.

Derrière les prouesses des machines apprenantes, une désappropriation généralisée ?

Tel est le problème décisif : l’indéniable attractivité de l’IA l’a dotée d’une aura si séduisante qu’on tend, dans le grand public, à faire l’impasse sur les formidables dangers dont elle est en même temps le véhicule. Car telle qu’elle se présente aujourd’hui (aux mains des tout puissants monopoles que sont les GAFAM), telle qu’elle se déploie dans nos sociétés contemporaines (au sein d’un marché capitaliste néolibéralisé) et telle qu’elle est en train de faire son chemin dans nos vies (au travers d’une surveillance généralisée et d’une utilisation dérégulée de nos données numériques), l’IA risque bien de participer à un vaste mouvement de « désappropriation[4] » de nos vies. Oui, c’est bien cela : nous désapproprier d’une série d’habiletés collectives, de manières de faire, de façons d’être et de penser, de nous organiser socialement et politiquement, de nous éduquer; toutes choses qui étaient jusqu’à présent le propre de notre humanité commune, avec certes les indéniables limitations qu’elles portaient en elles, mais aussi toutes les libertés en germe qu’elles ne cessaient de nous offrir.

L’IA tend à participer à ce mouvement de désappropriation, en remplaçant ces manières de faire et d’être par des machines et des modèles automatisés et interconnectés, au fonctionnement et aux finalités à priori particulièrement opaques. Les voilà en effet aux mains de grands monopoles privés, eux-mêmes fouettés par le jeu d’une concurrence impitoyable et mus par le jeu cruel et impersonnel de l’accumulation infinie du capital. Le tout, en sachant qu’il s’agit de grands monopoles sur lesquels nous n’avons, dans l’état actuel des choses, pratiquement aucun contrôle démocratique, aucun pouvoir de décision citoyen, aucune prise sociale ou individuelle digne de ce nom.

L’IA risque ainsi d’accentuer, d’élargir et de parachever le mouvement de désappropriation que le mode de production capitaliste faisait déjà peser sur la vie des travailleurs et des travailleuses, en touchant cette fois-ci non pas seulement à l’organisation de leur travail ou à l’extorsion d’une survaleur économique, mais en s’immisçant dans, et en bouleversant de part en part les mécanismes d’information, d’organisation, de « gouvernementalité » de la société entière, tout comme d’ailleurs en se donnant les moyens de contrôler plus étroitement la subjectivité de chacun des individus qui la composent. Le tout, en tendant à pousser les sociétés humaines vers la surveillance généralisée, le contrôle bureaucratique systématisé, la fragmentation définitive des liens sociaux et communautaires; à rebrousse-poil de tous les idéaux démocratiques, d’égalité, de liberté, de fraternité et de diversité que tant d’entre nous continuent à poursuivre par le biais de la lutte sociale et politique.

C’est la raison pour laquelle nous avons décidé de commencer cette présentation par une mise en perspective autour de la notion de progrès, et surtout, nous avons voulu placer ce dossier sur l’intelligence artificielle de dernière génération sous la forme d’une insistante interrogation dont nous chercherons à éclairer les enjeux sous-jacents : dernière les prouesses des machines apprenantes, ne se cache-t-il pas une désappropriation généralisée ?

Avec l’IA, en effet, l’affaire est plus que sérieuse, mais peut-être pas où on l’imaginerait de prime abord. Ici, il ne faut pas craindre de s’en prendre aux mythes qui circulent à son propos et qui, par exemple, verraient une sorte de grand ordinateur, super-intelligent et doté de conscience, prendre le dessus sur des sociétés humaines entières, un peu comme dans le célèbre film de Stanley Kubrick, 2001 : L’odyssée de l’espace, où l’ordinateur de bord HAL 9000 a pris le contrôle d’un vaisseau spatial malgré tous les efforts contraires de son équipage. Le problème n’est pas là, loin de là. Pourtant, si les peurs qu’une telle dystopie peut faire naitre sont actuellement dénuées de fondement, il reste qu’on a quand même bien des motifs d’être inquiets au regard des développements contemporains de l’IA de dernière génération.

Les véritables dangers de l’IA

Si aujourd’hui, ainsi que le rappelle Chomsky[5], l’IA dans sa forme actuelle est loin encore de pouvoir rivaliser sérieusement avec la versatilité et l’inventivité de l’intelligence humaine, ce qui fait néanmoins problème, c’est la manière dont ces nouvelles machines apprenantes – avec les impressionnants pouvoirs de mise en corrélation qu’elles recèlent – s’insèrent et se déploient dans les pores de nos sociétés déterminées par les logiques de l’accumulation capitaliste; elles-mêmes déjà profondément transformées par le déploiement récent des nouvelles technologies de la communication et de l’information (ordinateur, Internet, téléphones intelligents, réseaux sociaux, etc.).

En ce sens, l’IA n’est qu’un pas de plus, une nouvelle étape qu’on serait en train de franchir, l’expression d’un saut qualitatif effectué dans le nouvel ordonnancement d’un monde globalisé, connecté de part en part et mis systématiquement en réseau grâce aux puissances de l’informatique couplées maintenant à celles de l’intelligence artificielle de dernière génération. Avec une nuance de taille cependant : cet ordonnancement tend, par la course aux profits et aux logiques concurrentielles qui l’animent, par l’opacité et le peu de régulation dont elle est l’objet, à court-circuiter les interventions sociales et collectives pensées depuis le bas, ainsi que les démarches démocratiques et citoyennes et toute perspective émancipatrice touchant aux fins poursuivies par l’implantation de ces nouvelles technologies. Tout au moins si nous ne faisons rien pour empêcher son déploiement actuel, si nous ne faisons rien pour tenter d’en encadrer mieux et plus rigoureusement la mise en place, et plus encore pour imaginer les contours d’un autre monde possible et lutter collectivement pour son avènement : un monde dans lequel les nouvelles technologies seraient au service de l’humanité universelle et non son triste contraire.

C’est la raison pour laquelle nous avons voulu penser ce dossier comme une invitation à l’échange et à la discussion, au débat, mais aussi comme un appel à la résistance et à l’action. L’importance et la nouveauté des dangers encourus, tout comme le contexte sociopolitique difficile dans lequel nous nous trouvons, appellent à combiner des forces, à trouver des alliés, à élaborer des fronts amples pour faire connaître l’ampleur des dangers qui sont devant nous, pour faire de l’intelligence artificielle une question politique cruciale auprès d’un large public.

Le côté inédit de ces dangers nous demande en particulier de réfléchir et de travailler sur la nécessité d’une réglementation immédiate et beaucoup plus stricte que celle, balbutiante, que nous connaissons aujourd’hui. Non pas en imaginant qu’on pourra ainsi facilement et définitivement « civiliser » une technologie aux logiques pernicieuses, mais en nous donnant les moyens de gagner déjà de premières batailles sur ce front, aussi minimes soient-elles au départ, pour pouvoir par la suite aller plus loin et s’interroger en profondeur sur le mode de vie qu’on veut imposer de la sorte ainsi que sur la conception du progrès sous-jacente qui en voile toutes les dimensions problématiques.

Car avec l’intelligence artificielle de dernière génération, voilà soudainement les plus intimes des potentialités intellectuelles et artistiques de l’humanité, ses fondements démocratiques, ses outils professionnels d’information, etc., qui risquent d’être profondément chambardées par les dynamiques d’un technocapitalisme dérégulé auquel nous faisons face aujourd’hui.

Un dossier pour débattre et résister

La nouveauté comme la complexité des dangers et les problèmes entrevus obligent à l’humilité et à la prudence, mais il faut s’y arrêter, prendre connaissance de la situation et voir les possibilités de résistance.

Nous allons d’abord tenter avec André Vincent (Intelligence artificielle 101) d’explorer les constituantes technologiques sur lesquelles repose ce qu’on appelle l’IA. On y explique les apports de chacune des quatre constituantes de ce « réseau de neurones apprenant profondément et générant quelque chose » : les machines, les logiciels, les données et l’argent. Et comment tout cela s’imbrique dans diverses applications dans une foule de domaines d’activités. On y examine aussi les diverses formes d’encadrement de l’IA proposées à ce jour ainsi que leur portée. Un glossaire des principaux termes utilisés en IA complète cet article.

Après ce texte d’introduction à l’IA, la partie du dossier, De quelques bouleversements structurels, veut exposer quelques-uns des dangers et des problèmes les plus évidents qui semblent aujourd’hui sauter aux yeux des spécialistes. Et comme en ce domaine, on est loin de l’unanimité, on verra la richesse et la diversité des points de vue, y compris d’importantes oppositions. En particulier quand il s’agit de nommer et de conceptualiser les bouleversements d’ordre systémique qui s’annoncent à travers le développement de l’économie numérique.

Ainsi Maxime Ouellet (Penser politiquement les mutations du capitalisme à l’ère de l’intelligence artificielle) critique ceux qui ont tendance à amplifier le caractère inédit d’une nouvelle forme de capitalisme induite par l’exploitation des données numériques, et qui oublient d’expliquer comment ces transformations s’inscrivent dans la continuité de dynamiques structurelles plus larges du capitalisme de l’après-guerre. Il insiste sur le fait que le développement capitaliste contemporain s’appuie moins sur la forme marchandise prédictive des algorithmes que sur la valorisation financière d’une nouvelle classe d’actifs intangibles (brevets, droits de propriété intellectuelle, fusions et acquisitions, alliances stratégiques, etc.). Il s’oppose ainsi aux thèses de Jonathan Durand Folco et de Jonathan Martineau (Vers une théorie globale du capitalisme algorithmique) qui cherchent au contraire à montrer que l’on assiste à une mutation importante du capitalisme rendue possible par l’utilisation des algorithmes, une mutation du même type que celle apportée par la révolution industrielle du XIXe siècle. Ils veulent mettre en lumière comment l’algorithme est devenu le nouveau principe structurant qui, tout en prenant appui sur lui, réarticule et dépasse le néolibéralisme financiarisé.

C’est aussi cette thèse que tentent de confirmer Giuliana Facciolli et Jonathan Martineau (Au cœur d’une reconfiguration des relations internationales capitalistes), en critiquant l’approche de Cédric Durand[6] sur le « techno-féodalisme ». Sur la base de cette critique, l’autrice et l’auteur veulent démontrer comment les dynamiques du capitalisme algorithmique permettent de mieux comprendre les phénomènes de la périphérisation de certains espaces du capitalisme mondial et de renouveler la compréhension des rapports de dépendance coloniale entre le Nord (États-Unis et désormais Chine) et le Sud global, se traduisant par de nouvelles formes de dépendance de gouvernementalité algorithmique.

On trouvera aussi dans cette première partie un autre axe révélateur de débat entre, d’une part, les thèses défendues par Philippe de Grosbois (L’intelligence artificielle, une puissance médiocre) et, d’autre part, celles promues par Eric Martin (La privation du monde face à l’accélération technocapitaliste). Alors que le premier insiste sur le fait qu’un travail critique sur l’IA doit éviter de lui attribuer des capacités qu’elle n’a pas (« Il n’y a pas d’intelligence dans l’IA »), le second va à l’inverse montrer comment, sous l’emprise du capitalisme et du machinisme formaté à l’IA, on est en train de passer d’une société aux aspirations « autonomes » à des sociétés « hétéronomes » au sein desquelles le sujet se trouve alors « privé de monde » par un processus de déshumanisation et de « démondanéisation ». Deux approches apparemment aux antipodes l’une de l’autre, mais qui toutes deux cherchent à mieux mesurer – véritable défi – l’impact exact de l’IA sur nos vies : avec d’un côté, de Grosbois minimisant la portée d’une telle technologie et rappelant l’importance de poursuivre les tâches non achevées de déconstruction des systèmes d’oppression patriarcale et raciale, pendant que de l’autre côté, Martin insiste sur la nouveauté et le danger majeur que représente cet « oubli de la société » induit par le déploiement de l’IA.

Dans une tout autre perspective, Myriam Lavoie-Moore (Quelques leçons féministes marxistes pour penser une l’intelligence artificielle autrement) explore certains éléments des théories féministes de la reproduction sociale afin de voir si, à travers elles, on peut envisager une production et un usage de l’IA qui serviraient les activités reproductives sans les asservir aux impératifs de la valorisation. En refusant de rejeter en bloc l’adoption de telles technologies, elle fait cependant apercevoir, au fil de son analyse, certaines des limitations qu’elles comportent, notamment en ce qui concerne le rapport entre le temps de travail obligé et les tâches du « care », d’ordre relationnel.

Dans un deuxième temps cependant, De quelques effets bien concrets, certains auteurs ne manqueront pas de nous ramener à la vie ordinaire en montrant les effets immédiats et bien concrets de l’IA.

Ainsi Dominique Peschard de la Ligue des droits et libertés (Capitalisme de surveillance, intelligence artificielle et droits humains) traite des effets pervers associés d’ores et déjà à l’IA. Il insiste autant sur les activités toxiques qu’elle tend à promouvoir (le discours haineux, le partage non consensuel d’images intimes, etc.) que sur les problèmes de santé (la dépendance aux écrans) qui en résultent, les impacts environnementaux qu’elle induit ou encore la surveillance policière qu’elle renforce.

Le texte de Caroline Quesnel et Benoit Lacoursière de la Fédération nationale des enseignantes et enseignants du Québec (L’intelligence artificielle comme lieu de lutte du syndicalisme enseignant) va dans le même sens, mais en insistant, pour le domaine de l’éducation, sur les vertus d’une perspective technocritique permettant de résister au risque de la discrimination algorithmique comme à celui du non-respect des droits d’auteur ou encore aux fraudes grandissantes. Elle et il mettent en lumière la nécessité d’un encadrement plus strict de l’IA et l’importance d’appliquer le principe de précaution à celle-ci.

On retrouve la même approche avec Jérémi Léveillé (L’intelligence artificielle et la fonction publique : clarification et enjeux), cette fois-ci à propos de la fonction publique, en montrant comment l’IA « perpétue plutôt le statu quo, c’est-à-dire la marginalisation et la discrimination de certaines populations selon des critères de genre, de religion, d’ethnicité ou de classe socioéconomique », le tout permettant à l’État d’accroitre la productivité et de diminuer les coûts.

De son côté, Jonathan Martineau (Les temporalités sociales et l’expérience du temps à l’ère du capitalisme algorithmique) fait ressortir les effets très concrets que risque de faire naitre l’IA à propos d’une dimension de notre vie d’humain à laquelle on ne prête pas nécessairement toute l’attention requise : notre façon d’expérimenter le temps. Il montre que le déploiement de l’IA brouille la distinction traditionnelle entre temps de travail et temps de loisirs, mais aussi tend à accélérer tous les rythmes de vie ainsi qu’à nous enfermer dans une vision « présentiste » du temps, c’est-à-dire qui privilégie indûment le moment du présent sur ceux du passé et de l’avenir.

Enfin, dans un troisième temps, De quelques considérations sur l’avenir, Jonathan Durand Folco (Dépasser le capitalisme algorithmique par les communs ? Vers un communisme décroissant technosobre) décrit comment l’IA – dans une société post-capitaliste où la prise en charge des communs serait assumée collectivement et démocratiquement – pourrait être utilisée dans une perspective de technosobriété et de décroissance. Faisant cependant ressortir les multiples inconnues comme les nombreux débats qui sont nés à ce propos, son texte se présente comme un exercice prospectif nous permettant de saisir toute l’ampleur des questions en jeu.

On ne sera donc pas étonné de réaliser que si ne manquent pas les dénonciations et points de vue critiques théoriques comme pratiques, notre dossier ne s’est cependant guère attardé aux formes de lutte à mener. C’est que, nouveauté de la thématique de l’IA, bien peu a encore été élaboré, bien peu a été pensé et mis en pratique de manière systématique à propos des luttes globales à entreprendre à l’encontre des dangers et des dérives de l’IA et de ses multiples applications. Tout reste à faire !

Pourtant les défis que la conjoncture contemporaine a placés devant nous obligent à lier étroitement réflexion et action, et par conséquent à réfléchir en situation, en fonction du contexte où l’on se trouve et qui ouvre ou non à la possibilité d’agir collectivement. On ne peut en effet ne pas tenir compte de la réalité des rapports de force sociopolitiques existants. Mais on ne peut en même temps, ainsi que nous le montre ce dossier sur l’IA, ne pas radicaliser nos interrogations sur le cours du monde, c’est-à-dire oser prendre les choses à la racine et par conséquent pousser la réflexion aussi loin que possible, en toute liberté, en n’hésitant pas à aller à rebrousse-poil de toutes les confortables indifférences de l’heure, pour agir ensemble. Puisse ce dossier nous aider à aller dans cette direction !

Par Flavie Achard, Édouard Lavallière, Pierre Mouterde, André Vincent


NOTES

  1. Voir à titre d’exemple l’émission spéciale de deux heures de Radio-Canada le 7 décembre 2023, L’intelligence artificielle décodée, <www.youtube.com/watch?v=QFKHd2k_RNE>.
  2. Sur le plan culturel, la modernité est née quand, dans le cadre d’une conception générale du monde, ont commencé à s’imposer au XVIIIe siècle, à l’encontre des traditionnelles idées d’immuabilité du monde, de divinité, de foi et de fidélité, les idées nouvelles d’histoire, d’humanité, de raison (les sciences) et de liberté. Et au sein du paradigme culturel de la modernité, les progressistes apparaissaient comme ceux qui avaient repris à leur compte l’idée d’une histoire nous conduisant nécessairement vers le progrès. On pourrait avancer qu’il y avait en fait deux grands courants de progressistes : ceux qui imaginaient, notamment aux États-Unis, « la révolution par le progrès » et ceux qui imaginaient, notamment dans l’ex-URSS, « le progrès par la révolution ».
  3. Karl Marx, Le capital, Livre 3, Paris, Éditions sociales, 1976, chap. 48, p. 742.
  4. Le terme de « désappropriation » nous semble, dans le cas de l’IA, plus juste que celui de « dépossession » dans le sens où cette désappropriation va bien au-delà du phénomène de l’exploitation par exemple d’un salarié, quand on le dépossède – par l’extorsion d’une plus-value – de la part de valeur qui lui revient à travers son travail. En fait, avec l’IA et ses effets en chaîne, se poursuit et s’accomplit ce mouvement de dépossession en l’élargissant à la société entière et en bousculant les processus cognitifs et émotionnels à partir desquels l’être humain pouvait collectivement et à travers la culture faire preuve d’intelligence – user donc de cette capacité d’unifier le divers – en ayant ainsi les moyens de développer à travers l’histoire un sens de l’innovation inédit.
  5. « Contrairement à ChatGPT et ses semblables, l’esprit humain n’est pas un volumineux moteur de recherches statistiques en quête de modèles, avalant des centaines de téraoctets de données et extrapolant la réponse la plus probable à une question ou la solution la plus vraisemblable à un problème scientifique. Bien au contraire, l’esprit humain est un système étonnamment efficace et même raffiné qui fonctionne avec de petites quantités d’informations ; il ne cherche pas à déduire des corrélations sommaires à partir de données, mais à élaborer des explications. […] ChatGPT fait preuve de quelque chose de très similaire à la banalité du mal : plagiat, apathie et évitement. Elle reprend les arguments habituels de la littérature dans une sorte de superbe automaticité, refuse de prendre position sur quoi que ce soit, plaide non seulement l’ignorance mais aussi le manque d’intelligence et, en fin de compte, offre une défense du type « je ne fais que suivre les ordres », en rejetant toute responsabilité sur ses créateurs. » Noam Chomsky, New York Times, 8 mars 2023, traduction du site Les Crises, <https://www.les-crises.fr/la-promesse-trompeuse-de-chatgpt-noam-chomsky/>.Voir aussi Hubert Krivine, L’IA peut-elle penser ? Miracle ou mirage de l’intelligence artificielle, Louvain-la-Neuve, De Boeck Supérieur, 2021, p. 79 : « Comme l’écrit Yan Le Cun, « le fait que le monde soit tridimensionnel, qu’il y ait des objets animés, inanimés, mous, durs, le fait qu’un objet tombe quand on le lâche… les humains apprennent ça par interaction. Et ça, c’est ce qu’on ne sait pas faire avec les ordinateurs. Tant qu’on y arrivera pas, on n’aura pas de machines vraiment intelligentes. » […] Pour Descartes, c’est bien connu, « le bon sens est la chose du monde la mieux partagée; il ne l’est pas pour la machine. Bien des bévues de l’IA résultant de calculs très sophistiqués, doivent être corrigées en y faisant tout simplement appel ».
  6. Cédric Durand, Techno-féodalisme. Critique de l’économie numérique, Paris, Zones, 2020. Ce dernier rejoint en partie les thèses de Maxime Ouellet sur l’importance des biens intangibles (brevets, droits de propriété intellectuelle, etc.) au sein du capitalisme contemporain.

 

Il était une fois l’arsenic à Rouyn-Noranda…

27 novembre 2023, par Rédaction

BILAN DE LUTTES – La crise de l’arsenic est sans aucun doute l’un des dossiers qui m’a le plus sollicitée lors de mon mandat à titre de députée de Rouyn-Noranda-Témiscamingue de 2018 à 2022. Originaire du Témiscamingue, née en 1991, je suis arrivée en poste sans connaitre vraiment les enjeux reliés la Fonderie Horne de la compagnie Glencore qui pourtant mobilisaient des citoyennes et des citoyens de Rouyn-Noranda depuis des décennies déjà. Toutefois, même lorsque je n’en ai pas été moi-même la porteuse, j’ai toujours été une alliée des causes environnementales et sociales, raison pour laquelle j’ai décidé de faire le saut en politique à l’automne 2018 sous les couleurs de Québec solidaire.

Me voilà donc arrivée en poste, dans des souliers immenses, à 26 ans, sans compétence connue pour les fonctions de député, mais avec au ventre des convictions profondes pour améliorer et préserver le bien commun.

Dans les premières semaines qui ont suivi l’élection, j’ai rencontré des représentants du CISSS[1] de l’Abitibi-Témiscamingue pour échanger sur les grands dossiers du moment. L’étude de biosurveillance visant à connaitre les impacts de la pollution de l’air sur la santé de la population était à l’ordre du jour. Rouyn-Noranda était la ville qui enregistrait la plus mauvaise qualité de l’air au Québec, cela inquiétait les autorités de la Santé publique, avec raison.

C’est en mai 2019 que nous furent publiés les premiers résultats[2] : les enfants du quartier Notre-Dame au pied de la Fonderie Horne ont en moyenne quatre fois plus d’arsenic dans leurs ongles que les enfants du groupe témoin à Amos. Cet écart grimpe même jusqu’à 56 fois plus d’arsenic dans le corps d’un petit garçon du quartier. C’est une onde de choc. Mère de deux enfants, je suis atterrée, assommée.

L’arsenic est reconnu comme étant le roi des poisons. Personne n’en veut dans son corps et là, il se retrouve dans celui de nos enfants, ceux-ci en sont imprégnés jusqu’au bout des ongles. Rapidement, nous commençons à documenter la situation. Dès lors, nous constatons qu’il existe une norme québécoise pour limiter la présence d’arsenic dans l’air. Cette norme est fixée à une concentration moyenne annuelle de 3 ng/m3 d’air. Une exposition prolongée au-dessus de ce taux expose la population à des risques pour sa santé. Au même moment, on apprend que Glencore jouit d’un droit de polluer qui lui permet en 2018 d’émettre 200 ng/m3 dans l’air de Rouyn-Noranda. C’est 67 fois la norme québécoise. Un scandale !

Ce droit de polluer s’appelle une attestation d’assainissement, ou une autorisation ministérielle, dans le langage du ministère de l’Environnement. Celle-ci est renouvelable aux cinq ans. Elle a pour but de resserrer progressivement les exigences environnementales en fonction des connaissances acquises, des disponibilités technologiques et économiques ainsi que des besoins particuliers de protection des milieux récepteurs.

À Québec, je dénonce vivement la situation à la période des questions à l’Assemblée nationale. C’est le ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, Lionel Carmant, qui me répond : « J’ai demandé à la Santé publique si les enfants de Rouyn-Noranda vont bien et effectivement, on m’a répondu que les enfants sont en santé[3] ». Pour le reste, on devra attendre le rapport de l’étude pour se poser davantage de questions, les premiers résultats étant jugés insuffisants.

Sur le terrain à Rouyn-Noranda, ça bouge. Se forme un comité de parents d’enfants du quartier Notre-Dame et de citoyennes et citoyens inquiets et mobilisés pour protéger la santé de leurs enfants et de la population de Rouyn-Noranda : le comité ARET, pour Arrêt des rejets et émissions toxiques. Ce comité se donne la tâche de s’informer et de documenter la situation. Les travaux de recherche d’ARET ont permis d’apprendre qu’il y a eu deux attestations d’assainissement depuis l’entrée en fonction de la fonderie, la première en 2007 et la seconde en 2017. Ces attestations n’ont donc pas été émises aux cinq ans et elles l’ont été sans resserrement des exigences : une autorisation de 200 ng/m3, de 2007 à 2012, et une autre de 2017 à 2021 où on demandait d’atteindre 100 ng/m3 à la fin de l’année : quatorze ans pour resserrer une norme à un niveau 33 fois plus grand que la norme québécoise ! Autant dire que les gouvernements qui se sont succédé pendant ces années n’ont jamais pris à cœur la protection de la santé de la population de Rouyn-Noranda.

Les risques pour la santé de la population, il y en a plusieurs, et ils sont très préoccupants : risques accrus de cancer (poumon, vessie, prostate, peau), risques cardio-vasculaires, problèmes respiratoires, risques reliés à la grossesse (retard de croissance intra-utérine, petit poids à la naissance, accouchement prématuré, etc.). Les enfants sont aussi plus fragiles à la toxicité des métaux lourds, dont l’arsenic et le plomb. Plus on est exposé tôt, plus le risque est grand et celui-ci augmente avec la durée d’exposition.

Pour espérer corriger la situation, il a fallu clarifier ce que faisait la Fonderie Horne de Glencore. Cette fonderie, qui existe depuis 1926, est à l’origine de la création de la ville de Rouyn-Noranda, la « capitale nationale du cuivre », car l’usine fond du cuivre depuis ce temps : d’abord le cuivre de la mine qui se trouve sous le site, et ensuite du minerai en provenance de partout dans le monde quand la mine fut fermée en 1976.

Actuellement la fonderie traite du concentré dit « vert »[4], tiré de gisements de cuivre avec peu d’arsenic et autres métaux, auquel on ajoute un concentré complexe, riche en or, en argent et en « poisons ». Ce sont ces derniers qui émettent le plus de métaux lourds dans l’air. Ailleurs dans le monde, les teneurs d’arsenic acceptées pour ce type de résidus sont beaucoup plus sévères. Personne ne veut ce concentré complexe, pas même la Chine : il est donc plus payant pour la fonderie de le traiter que de le vendre au rabais. La fonderie fait aussi le recyclage de matériaux électroniques et de « déchets industriels ». Elle insiste sur le recyclage, cela « enverdit » son activité…

On attire beaucoup l’attention sur l’arsenic parce que ça frappe l’imaginaire, mais la fonderie rejette aussi du plomb, du cadmium, du nickel, du bismuth, du chrome, etc. Presque tout le tableau périodique des éléments y passe.

Plus tard, on apprendra que le gouvernement connaissait cette situation depuis bien longtemps. Dès 1982, des chercheurs de l’Université Laval ont levé un drapeau rouge en concluant qu’il y a plus de cancers du poumon et plus de maladies pulmonaires chroniques, de maladies du système digestif et du système endocrinien à Rouyn-Noranda qu’à Val-d’Or et au Québec, et cela, en excluant les mineurs et les fumeurs.

On apprendra aussi que, dès 2004, des recommandations avaient été formulées pour réduire drastiquement les émissions d’arsenic. Après 10 ans de concentration « record » d’arsenic dans l’air ambiant, avec un pic de plus de 1000 ng/m3 en l’an 2000, onze experts interministériels, toxicologues, métallurgistes… déclarent :

Finalement, le groupe de travail ne croit pas qu’une évaluation de risques de grande envergure soit nécessaire pour améliorer la connaissance de la situation. On dispose actuellement de renseignements suffisants pour affirmer que les émissions d’arsenic dans l’air ambiant doivent être mieux contrôlées par la Fonderie Horne[5].

Ils recommandent d’exiger que la fonderie atteigne une moyenne annuelle de 10 ng/m3 d’arsenic dans l’air en 18 mois et qu’elle se dote d’un plan pour atteindre la norme de 3 ng/m3.

Ces recommandations n’ont pas eu de suite. L’attestation qui suivit en 2007 fixait une cible à 200 ng/m3 en 2012 alors que les émissions étaient autour de 150 ng/m3. À l’Assemblée nationale, je mets le dossier à l’avant-plan à l’automne 2019, une fois publié le fameux rapport de la Santé publique régionale. On n’y apprenait rien de neuf. Tout dans ce rapport militait pour poser des gestes rapidement. J’ai eu droit à des déclarations inquiétantes : « Les risques sont minimes » ! nous a dit le premier ministre François Legault ; Benoit Charrette, ministre de l’Environnement, m’a accusée « d’exacerber les inquiétudes de la population ». Sous la pression populaire, le gouvernement pose toutefois quelques gestes : il demande un plan de réduction à la fonderie et met en place un comité interministériel pour évaluer ce plan. L’échéance est fixée au 15 décembre 2019.

À ce moment-là, peu de médias nationaux ont de l’appétit pour le sujet. Le dossier résonne entre les frontières de l’Abitibi-Témiscamingue, mais il ne franchit pas le parc de La Vérendrye.

Puis la pandémie de COVID-19 est arrivée. Le coronavirus était sur toutes les lèvres et dans tous les bulletins télé et radio. Le Québec a découvert le travail de la Santé publique et son directeur national, « héros » de l’ombre, Horacio Arruda. Mais pendant deux ans, les choses ont peu avancé sur le dossier de l’arsenic. La fonderie a finalement déposé un plan bonifié en juillet 2020, mais il a fallu attendre mars 2021 pour que le comité interministériel dépose un rapport complaisant. Aucune cible n’est exigée, aucun échéancier clair, demande d’accélération de quelques actions tout au plus, de sorte qu’en 2020, la fonderie émet une moyenne de 70 ng/m3 d’arsenic et, en 2021, le taux augmente à 87 ng/m3.

Au printemps 2022, le dossier refait surface quand la Santé publique régionale de l’Abitibi-Témiscamingue publie de nouvelles données alarmantes sur l’état de santé de la population de Rouyn-Noranda[6]. On y apprend la surreprésentation de bébés de petit poids à la naissance (30 % de plus) et avec un retard de croissance intra-utérine; une espérance de vie écourtée de six ans partout dans Rouyn-Noranda; 30 % de plus de cancers du poumon; 50 % de plus de maladies pulmonaires chroniques alors que la ville n’a pas plus de fumeurs que la moyenne du Québec.

Pour la première fois, des médecins de Rouyn-Noranda prennent la parole sur la place publique[7]. Outre ces données qui nous incitent à remettre le dossier de l’avant, l’échéance de l’attestation d’assainissement arrive. En novembre prochain, une nouvelle entente devra être signée avec Glencore et de nouvelles cibles devraient donc être exigées. En commission parlementaire, j’arrive à arracher la réponse du ministre de l’Environnement : 30 ng/m3, c’est la nouvelle cible souhaitée. C’est encore 10 fois plus que la norme québécoise.

Le 10 juin 2022, dernier jour des travaux de l’Assemblée nationale, j’ai l’honneur de poser la dernière question de Québec solidaire à la période des questions. Je tente un ultime essai pour mettre de la pression sur le gouvernement. Le ministre de l’Environnement me répond qu’exiger la norme québécoise à la fonderie, c’est exiger sa fermeture. C’est le début d’un discours de peur. Une semaine plus tard, alors que l’actualité « s’en va en vacances », ici, en Abitibi-Témiscamingue, on publie un article rapportant que le docteur Arruda aurait retiré une annexe importante du rapport de biosurveillance de 2019 et qui concernait les taux de cancers à Rouyn-Noranda[8].

C’est le début du plus gros battage médiatique qu’il m’a été donné de connaitre. Enfin ! Sur le terrain, de nouveaux groupes citoyens naissent et s’impliquent : Rouyn-Noranda, faut qu’on se parle; RN Rebelle; Mères au front; Association pour la défense des droits, IMPACTE (médecins). Des gens influents, normalement plutôt discrets sur ces enjeux, s’expriment publiquement. L’agenda du gouvernement caquiste est bousculé. Chaque fois que François Legault fait un point de presse, on le questionne sur la Fonderie Horne. En pleine période électorale, les occasions sont nombreuses. Plus de 250 personnes se présentent à une assemblée publique organisée au début de juillet. Les journalistes affluent de partout pour venir couvrir ce qui se passe à Rouyn-Noranda. Les mentions du dossier dans les médias nationaux se multiplient : à l’émission 24/60 de RDI, Midi-Info, Noovo, à la radio 98,5 à Montréal… Tout le Québec a les yeux rivés sur Rouyn-Noranda et sur sa lutte citoyenne qui prend de l’ampleur. Des médias français se déplacent à Rouyn-Noranda; des films sont produits. Le docteur Luc Boileau, qui a succédé au Dr Arruda, se rend dans la région à plusieurs reprises pendant l’été pour tenter de rassurer la population, mais chaque fois, c’est plutôt l’effet inverse qui se produit. La confiance de la population est minée à l’égard du gouvernement et de la Santé publique nationale qui mettent de plus en plus de l’avant une cible de 15 ng/m3, encore cinq fois de plus que la norme provinciale !

À la mi-août, le ministère de l’Environnement précise les exigences qui seront demandées à la fonderie : 15 ng/m3 au terme de la prochaine attestation, soit en 2027. Il reprend le discours de la Santé publique, mais avec un échéancier qui ne fait aucun sens – dans cinq ans ! – puisque la santé de la population est encore négligée. De plus, le plan est moins ambitieux que celui présenté par la fonderie en juillet 2020 !

La semaine suivante, la fonderie annonce un plan qui colle à celui du ministère, ce qui soulève l’ire de la population. Le 1er septembre, le docteur Boileau revient dans la région. Lors d’une assemblée publique, après trois heures d’intenses échanges avec la population, il admet qu’il ne souhaite pas attendre cinq ans pour l’atteinte de 15 ng/m3. Le gouvernement de la Coalition avenir Québec (CAQ), déclinant sa responsabilité, nous dit que ce sera à la population de Rouyn-Noranda de décider si le plan est recevable ou pas. Il y aura une consultation publique du 6 septembre au 20 octobre alors que les élections québécoises auront lieu le 3 octobre…

La population de Rouyn-Noranda manifeste avec éclat le 21 septembre : plus de 1000 personnes de tous les âges marchent dans les rues pour réclament la norme québécoise et l’encadrement de tous les métaux lourds. Le 29 septembre, François Legault débarque à Rouyn-Noranda pour soutenir son candidat caquiste et répéter son discours menaçant : la fonderie risque de fermer si on est trop exigeant avec elle, il y a danger de perdre 600 jobs, très bien payées… Un discours qui suscite la colère, mais aussi la division.

Le 3 octobre, après un été de lutte aux côtés des groupes citoyens et de la population, je perds mes élections au profit de la CAQ. C’est la consternation partout d’un bout à l’autre du Québec. On parle de cette défaite dans l’ensemble des médias. Un média anglophone va même jusqu’à écrire : « The chickens voted for Colonel Sanders[9] ».

Quelques semaines plus tard, les résultats de la consultation publique sont dévoilés : il n’y a aucune acceptabilité pour le plan proposé par la fonderie et le ministère. Mais durant l’automne, la fatigue militante se fait sentir. Tout le monde passe en mode attente de ce qui se retrouvera finalement dans la fameuse attestation d’assainissement et les prochaines exigences à Glencore.

C’est finalement en mars 2023 que la CAQ dévoile son plan en jetant un nouveau pavé dans la marre : l’établissement d’une zone tampon aux abords de la fonderie. Si les cibles pour les émissions d’arsenic restent les mêmes que celles du plan initial, soit l’objectif de 15 ng/m3 en 2027, le gouvernement a décidé de relocaliser 200 ménages et de détruire 80 bâtiments pour « éloigner » des habitants de la fonderie. Les gens visés par cette expropriation déguisée l’ont appris à la radio en même temps que le reste du Québec.

C’est le début d’un nouveau chapitre de cette lutte qui se poursuit encore : la lutte pour la santé de la population de Rouyn-Noranda et pour son droit à un air de qualité comme dans le reste du Québec, mais aussi pour que les exproprié·e·s de la zone tampon ne soient pas doublement perdants après avoir vécu des décennies à l’ombre de ces « cheminées éternelles comme l’enfer[10] », comme le chante Richard Desjardins.

La dénonciation de cette injustice sanitaire et environnementale n’aurait pu se faire sans l’implication individuelle ou en groupe de nombreux citoyens et citoyennes. Il est difficile de se faire entendre loin des grands centres urbains. Cette lutte citoyenne rallie et trace la voie à d’autres groupes au Québec qui vivent des injustices et les encourage à faire reconnaitre leur droit à vivre dans un milieu sain.

Le 26 septembre dernier, près de 1000 personnes ont marché dans les rues de Rouyn-Noranda pour dénoncer encore une fois le plan totalement inacceptable de la fonderie. La lutte résonne encore, mais est-ce que le gouvernement saura bouger maintenant qu’il est confortablement assis sur son trône pour encore quatre ans, bien au chaud, à 900 km des volutes d’arsenic…

Par Émilise Lessard-Therrien, ex-députée de Rouyn-Noranda-Témiscamingue avec la collaboration du comité ARET de Rouyn-Noranda.


NOTES

  1. CISSS : Centre intégré de santé et de services sociaux.
  2. CISSS de l’Abitibi-Témiscamingue, Études de biosurveillance sur l’imprégnation à l’arsenic de la population du quartier Notre-Dame de Rouyn-Noranda, 2019, </www.cisss-at.gouv.qc.ca/biosurveillance/#:~:text=%C3%80%20l’automne%202019%2C%20la,%2DDame%20%C3%A0%20Rouyn%2DNoranda>.
  3. Véronique Morin, « Arsenic à Rouyn-Noranda : un scandale “national”, selon l’expert en environnement Louis-Gilles Francoeur », Journal de Québec, 15 mai 2019.
  4. « Les concentrés de cuivre, catégorisés par l’exploitant en deux classes, notamment les concentrés verts et complexes, proviennent des différentes mines à travers le monde. Les concentrés verts sont constitués essentiellement de cuivre et contiennent peu d’impuretés. Les concentrés complexes contiennent un mélange de cuivre, de métaux précieux (or, argent, platine, palladium, etc.) et d’autres substances telles que le plomb, le cadmium et l’arsenic. » Ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, Avis technique, 17 décembre 2021, <www.environnement.gouv.qc.ca/ministere/consultation-fonderie-horne/documents/Enjeux%20environnementaux/Renouvellement%20autorisation%20minist%C3%A9rielle%202022-2027/Avis%20concernant%20la%20gestion%20des%20GMR%20et%20des%20GMDR/2021-12-17_MELCC_Avis_technique_GMR_et_GMDR.pdf>.
  5. Ministère de l’Environnement, ministère de la Santé et des Services sociaux, Institut national de santé publique, Avis sur l’arsenic dans l’air ambiant à Rouyn-Noranda, Québec, gouvernement du Québec, novembre 2004.
  6. Avis de la Direction de santé publique du Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Abitibi-Témiscamingue sur les émissions de la Fonderie Horne et sur le plan déposé dans le cadre du renouvellement de son autorisation ministérielle, 15 octobre 2022,<www.cisss-at.gouv.qc.ca/wp-content/uploads/2022/10/2022-10-15_Avis-DSPu-AT_Renouvellement-autorisation-ministerielle-Glencore-Fonderie-Horne_Final-web.pdf> et <www.cisss-at.gouv.qc.ca/partage/BIOSURVEILLANCE/2022-05-11_CC-PRESENTATION-SANTE.pdf>.
  7. Jean-Thomas Léveillé, « Cri du cœur des médecins », La Presse, 3 juillet 2022.
  8. Jean-Marc Belzile, « Horacio Arruda a empêché la diffusion de données sur le cancer à Rouyn-Noranda », Radio-Canada, 20 juin 2022 ; « Le DArruda a rencontré la fonderie Horne avant de retirer de l’information », La Presse, 21 juin 2022.
  9. NDLR. « Les poulets ont voté pour le colonel Sanders ». Il s’agit d’une expression retrouvée aux États-Unis à diverses occasions en référence à la chaine de restauration rapide PFK de poulet frit fondée par le colonel Sanders.
  10. Avec ces paroles, le chanteur Richard Desjardins fait référence aux deux immenses cheminées de la Fonderie Horne de Rouyn-Noranda, sa ville natale. On les retrouve dans la chanson Et j’ai couché dans mon char, 1990.

 

La fatigue de compassion dans une société capitaliste et patriarcale

6 novembre 2023, par Rédaction

Capitalisme, colonialisme, patriarcat et intersectionnalité des mal-être.

L’éthique du care n’est pas une éthique de la réciprocité, mais une éthique désintéressée : nous ne nous soucions pas d’autrui pour nous acquitter d’une dette ni pour que notre sollicitude soit récompensée, mais parce que sa vulnérabilité nous engage moralement[2].

Dans une ère de pénurie de main-d’œuvre, de définancement et de privatisation des services publics, il importe de réfléchir au soin et à la façon dont celui-ci s’intègre dans notre quotidien. Que l’on pense au manque de main-d’œuvre dans le secteur de la santé et des services sociaux, aux places en garderie qui se font rares ou à la proche aidance qui est le lot de plus de 30 % de la population active au Canada[3], la prestation de soins s’érige comme une question sociale et politique importante qui dépasse largement la sphère privée.

Si prendre soin des autres est un don de soi remarquable qui contribue à la santé et au bien-être d’autrui, la personne qui offre ces soins peut voir sa santé et son bien-être significativement affectés. En effet, selon l’Institut de la statistique du Québec, 64 % des proches aidantes et aidants ont diminué leurs activités sociales ou de détente, 50 % ont réduit le temps passé avec leur conjoint·e et 34,5 % ont modifié ou annulé leurs vacances, des facteurs qui tous contribuent à l’épuisement[4]. Dans ce contexte, il est juste de parler de fatigue de compassion, soit une forme d’épuisement émotionnel lié à la prise en charge d’autrui.

La fatigue de compassion est une usure émotionnelle qui apparaît lorsqu’une personne est témoin de la souffrance d’autrui de façon répétée et se sent impuissante devant cette souffrance[5]. Alors que la fatigue de compassion est largement documentée, son intersection avec les systèmes de pouvoir et d’oppression est moins étudiée. La fatigue de compassion semble pourtant amplifiée par certains systèmes sociaux. En effet, les femmes occupent davantage de rôles de care comparativement aux hommes[6]. Par ailleurs, les impératifs de productivité capitalistes semblent dénaturer le don de soi désintéressé.

Cet article explore la façon dont les dynamiques genrées et le capitalisme peuvent influer sur la fatigue de compassion chez les personnes qui prodiguent des soins. Le travail de care sera d’abord défini. On proposera ensuite des pistes de réflexion pour analyser la façon dont les dynamiques genrées du care et le capitalisme peuvent constituer un terreau fertile pour la fatigue de compassion.

Care et épuisement : le poids invisible de la compassion

Le terme « care » se traduit particulièrement mal en français. Il est fréquemment traduit par « sollicitude ». Le « care » signifie à la fois « prendre soin de », mais aussi « accorder de l’importance à », « se sentir concerné par », « tenir à », « être attaché à », « ressentir de l’affection pour », ou encore « avoir à cœur »[7]. La théoricienne Joan Tronto définit le care comme « une activité générique qui comprend tout ce que nous faisons pour maintenir, perpétuer et réparer notre “monde”, en sorte que nous puissions y vivre aussi bien que possible[8] ».

Le care exprime donc à la fois le geste et la préoccupation et comporte des dimensions cognitives, morales et émotionnelles, tout comme les gestes physiques et les paroles motivés par ces composantes de nature psychologique. Il inclut autant des activités rémunérées visant au bien-être physique et psychologique des autres, les professions du domaine de la santé comme les soins infirmiers, la psychologie ou le travail social, le travail dans le milieu communautaire, l’enseignement…, mais aussi les tâches effectuées gratuitement, que ce soit au sein du foyer familial, les tâches domestiques, les soins aux enfants, ou à l’extérieur, comme prêter main forte ou une oreille attentive à un proche dans le besoin, y compris la proche aidance. Le care peut aussi comprendre les actions militantes en santé, pour l’environnement, pour la justice sociale, pour les droits des animaux, etc.

Or, être dans un état de préoccupation et poser constamment des gestes pour favoriser le bien-être des autres ou de la société peut devenir épuisant. Les professions de soins sont largement associées à la fatigue de compassion dans la littérature scientifique[9]. Toutefois, dans certains types de texte, la fatigue de compassion semble souvent mal mesurée et comprend une variété de facteurs de stress professionnel qui n’ont parfois rien à voir avec la compassion et l’épuisement qui peut y être associé. Sinclair et ses collègues[10] parlent de la fatigue de compassion comme d’une expression en suremploi quand elle décrit l’épuisement professionnel dans le domaine de la santé. Cette expression serait potentiellement sous-utilisée dans le cas de la fatigue militante[11] ou de celle des proches aidantes et aidants, toutes deux une forme de fatigue de compassion[12]. En ce sens, la fatigue de compassion peut donc accabler toute personne qui se trouve engagée moralement par la vulnérabilité d’autrui et effectue un travail de care.

Le care : une dynamique genrée qui vulnérabilise les femmes

Le care constitue, encore aujourd’hui, un ensemble d’activités hautement genrées. Traditionnellement, les femmes ont été perçues comme naturellement douées pour ce rôle et ont donc davantage été conditionnées à dispenser des soins[13]. Cette assignation de genre a des effets sur elles : non seulement elle limite leurs perspectives, mais elle les expose à un risque accru de fatigue de compassion en raison des attentes disproportionnées dont elles sont l’objet. Les femmes sont placées dans une situation de vulnérabilité de différentes manières, notamment sur les plans économique et social, ce qui peut contribuer à la fatigue de compassion.

Dans le système capitaliste, le care en tant que travail a des conséquences économiques importantes. Sur le plan salarial, les femmes qui occupent des emplois associés au care, socialement et historiquement dévalorisés, ont un salaire qui n’est pas toujours à la hauteur de leur investissement émotionnel[14]. Effectué gratuitement, le care peut avoir pour effet de précariser financièrement les personnes qui le pratiquent, majoritairement des femmes. En effet, plus de 20 % des personnes proches aidantes vivent de l’insécurité financière[15]. Il s’agit d’une préoccupation qui s’ajoute à la charge mentale de ces personnes et peut contribuer à leur vulnérabilité émotionnelle. Quelques statistiques du Conseil du statut de la femme[16] illustrent le fardeau économique et émotionnel des proches aidantes :

  • plus nombreuses que les hommes, les femmes proches aidantes travaillent plus d’heures et manifestent un engagement qualitativement différent;
  • les femmes sont plus nombreuses à travailler à temps plein en plus d’apporter de l’aide à leur proche;
  • les femmes sont plus nombreuses à devoir quitter leur emploi, que ce soit de façon temporaire ou permanente, afin de s’occuper de leur proche à temps plein, ce qui a inévitablement des conséquences sur leur situation économique;
  • les personnes proches aidantes ont des enfants à charge : 42 % des femmes et 35 % des hommes;
  • les femmes considèrent davantage leurs responsabilités de proches aidantes comme stressantes (40 % des femmes, 22 % des hommes) et considèrent que ces responsabilités ont des conséquences négatives sur leur vie familiale;
  • les femmes effectuent une plus grande variété de tâches qui exigent un engagement personnel et émotif plus intense. Ce sont souvent des tâches qui ont un effet direct sur la personne et qui doivent être accomplies systématiquement (planifier et préparer les repas, organiser des rendez-vous, s’occuper de l’hygiène de la personne, acheter les médicaments, etc.), tandis que les hommes effectuent d’habitude des tâches d’entretien ponctuelles (peinture, rénovations, etc.) qui ont un effet moins direct sur la personne et comportent donc une charge mentale ou émotive moins grande;
  • enfin, les femmes sont moins nombreuses à bénéficier du soutien financier du gouvernement pour leur travail de proche aidante et plus nombreuses à avoir un faible revenu[17].

En plus des coûts psychologiques et des revenus perdus, les proches aidantes dépensent beaucoup d’argent pour les soins à leurs proches, soit en moyenne 7 600 dollars par année, peu importe leur revenu[18]. De plus, la proche aidance, tout comme les autres formes de care accomplies gratuitement, permet à l’État de faire des économies substantielles. Une étude indique que si ce travail était effectué par des employé·e·s du secteur public, « il en coûterait environ 3,95 milliards de dollars à l’État québécois » chaque année[19]. C’est donc l’État qui bénéficie du travail, invisible, des proches aidantes, pour lequel elles reçoivent bien peu tant financièrement qu’en termes de reconnaissance. Ces chiffres mettent en lumière la façon dont l’enjeu du soin dans nos sociétés dépasse largement la sphère privée et constitue une question politique importante. Cette situation économique, ajoutée à la dévalorisation de leur travail, peut accentuer le stress et l’épuisement et ainsi rendre les femmes plus vulnérables à la fatigue de compassion. Les soins prodigués aux autres et la préoccupation envers autrui peuvent également entraver le soin envers soi-même et la régénération de l’énergie nécessaire pour occuper cette fonction déjà lourde émotionnellement.

Au-delà des effets liés à la nature genrée de ce travail sur les femmes, les hommes, socialement éloignés des rôles compassionnels, vivent également les contrecoups de cette double contrainte. Ils peuvent se sentir détachés de leur propre capacité à prodiguer des soins, ressentir une pression à ne pas exprimer leur propre fatigue ou leur besoin de soutien et renforcer ainsi une dynamique genrée toxique et les risques d’épuisement[20].

La combinaison du capitalisme et du patriarcat crée un environnement où les femmes sont à la fois poussées à prodiguer des soins et contraintes par un système qui dévalorise cette compassion[21], notamment en ne leur offrant ni soutien financier adéquat ni reconnaissance. La reconnaissance du care peut être financière (crédits d’impôt, aide gouvernementale, salaire, etc.), mais aussi sociale (accommodements au travail, changement d’attitude à grande échelle concernant la place du soin dans la société, humanisation des soins institutionnalisés ou désinstitutionnalisation et communautarisation des soins, etc.).

Individualisme et productivité : le prix de l’empathie dans le système capitaliste

Le capitalisme, en mettant l’accent sur la compétitivité et l’individualisme, crée un environnement où la compassion peut être perçue comme une faiblesse ou même une distraction[22] au travail. La course incessante à la productivité et à l’efficacité laisse peu de place à la vulnérabilité et à l’humanité : prendre soin des autres et faire preuve d’empathie deviennent un « luxe » souvent inaccessible.

Certaines professions exposent plus les praticiennes et praticiens à la fatigue de compassion en raison de leur proximité avec la souffrance humaine. Celles et ceux qui choisissent une profession d’aide, comme le travail social, la psychologie ou la médecine se trouvent pris au piège : être efficaces ou rentables et en même temps profondément humains et compatissants[23]. Les valeurs du marché rendent la compassion « coûteuse », car elle contrevient à l’impératif de rentabilité[24]. Ainsi ces personnes vivent-elles un paradoxe entre la productivité qu’on attend d’elles et l’empathie dont elles souhaitent faire preuve dans leur travail. L’épuisement qui résulte de cette incapacité à effectuer adéquatement leur travail tout en respectant les contraintes externes peut entraver leur capacité à prodiguer des soins de qualité, ce qui crée un cercle vicieux qui offre de moins en moins de soutien à ceux qui sont déjà vulnérables. L’exigence de productivité dans les emplois associés au soin, où la productivité est difficile à quantifier, peut ainsi mettre en danger la santé des travailleuses et travailleurs et priver de sens leur travail.

Le fait de travailler dans un milieu de soins et la charge de travail[25] sont associés à la fatigue de compassion[26]. Le soutien de l’organisation, des superviseurs et des collègues, tout comme la réduction de la charge de travail, peuvent affaiblir les facteurs associés à la fatigue de compassion[27]. Mais, dans le système de santé actuel, les professionnel·le·s sont encouragés à voir le plus de patientes et patients possible, le plus rapidement possible, ce qui contribue à la fatigue de compassion.

De plus, ces conditions de travail ancrées dans la dévalorisation sociale de ces professions – enseignement, soins infirmiers, psychologie, éducation à l’enfance, etc. – limitent l’autonomie professionnelle et peuvent décourager l’exercice de ces professions, ce qui contribue à la pénurie de main-d’œuvre dans ces secteurs. En effet, les contrecoups de la fatigue de compassion dans les professions liées au care comprennent une hausse de l’absentéisme et du roulement de personnel, une dégradation de la qualité des soins et de la satisfaction des patientes et patients, de même que des difficultés liées au recrutement et à la rétention du personnel[28]. Par ailleurs, les conséquences individuelles comportent des sentiments de frustration, de déconnexion, d’intolérance, de mélancolie, de dépression et un manque de compassion pour les personnes qui reçoivent les soins, notamment[29].

Dans un monde qui a plus que jamais besoin de compassion, nos structures sociales et économiques semblent presque conçues pour l’éradiquer. Prendre soin de l’autre devient un fardeau, une source de souffrance et met parfois en danger la santé de la personne aidante.

Ce texte met en lumière le rôle du capitalisme et du patriarcat dans la fatigue de compassion et l’importance de reconnaitre la valeur intrinsèque du soin, indépendamment des contraintes capitalistes ou des attentes patriarcales. Au-delà de la fatigue de compassion, le care peut avoir des effets grandement positifs sur celles et ceux qui le pratiquent, dont un sentiment de réalisation personnelle et de connexion aux autres[30]. Il semble impératif de repenser la manière dont nos sociétés valorisent et soutiennent celles et ceux qui prennent soin des autres, de façon à favoriser leur bien-être mais aussi celui des personnes soignées. Repenser les structures sociétales et organisationnelles pour valoriser davantage la solidarité et l’entraide pourrait contribuer à un environnement moins propice à cette fatigue[31].

Par Catherine Côté, candidate à la maîtrise en science politique à l’Université de Montréal et patiente partenaire[1]


NOTES

  1. « Le ou la patiente partenaire est une personne dont le vécu et les savoirs avec la maladie sont reconnus par son équipe médicale, dont il ou elle fait partie intégrante.» Association québécoise de l’encéphalomyélite myalgique, <https://aqem.ca/2022/03/15/pour-en-savoir-plus-sur-le-role-dun-patient-partenaire/>.
  2. Caroline Ibos, Aurélie Damamme, Pascale Molinier, Patricia Paperman, Vers une société du care. Une politique de l’attention, Paris, Le Cavalier Bleu, 2019.
  3. Janet Fast, Caregiving for Older Adults with Disabilities. Present Costs, Future Challenges, IRPP Study n° 58, Montréal, Institut de recherche en politiques publiques, 2015.
  4. Chantale Lecours, « Portrait des proches aidants et les conséquences de leurs responsabilités d’aidant », Institut de la statistique du Québec, Coup d’œil sociodémographique, n° 43, 2015.
  5. Charles R. Figley (dir.), Compassion Fatigue. Coping with Secondary Traumatic Stress Disorder in Those who Treat the Traumatized, New York, Brunner/Mazel, 1995.
  6. Nancy Folbre, « Should women care less ? Intrinsic motivation and gender inequality », British Journal of Industrial Relations, vol. 50, n° 3, 2012, p. 597-619.
  7. Word Reference (s.d.), Care, <www.wordreference.com/synonyms/SD%20card>.
  8. Joan Tronto, « Du care », Revue du MAUSS, vol. 2, n° 32, 2008, p. 243-265.
  9. Richard E. Adams, Joseph A. Boscarino et Charles R. Figley, « Compassion fatigue and psychological distress among social workers. A validation study », The American Journal of Orthopsychiatry, vol. 76, n° 1, 2006, p. 103-108 ; Charles R. Figley, 1995, op cit. ; Charles R. Figley, « Compassion fatigue. Psychotherapists’ chronic lack of self care », Journal of Clinical Psychology, vol. 58, n° 11, 2002, p. 1433-1441 ; Jasmeet Singh, Maria Karanika-Murray, Thom Baguley et John Hudson, « A systematic review of job demands and resources associated with compassion fatigue in mental health professionals », International Journal of Environmental Research and Public Health, vol. 17, n° 19, 2020, p. 6987 ; Dorien Wentzel et Petra Brysiewicz, « The consequence of caring too much : Compassion fatigue and the trauma nurse », Journal of Emergency Nursing, vol. 40, n° 1, 2014, p. 95‑97.
  10. Shane Sinclair, Shelley Raffin-Bouchal, Lorraine Venturato, Jane Mijovic-Kondejewski et Lorraine Smith-MacDonald, « Compassion fatigue. A meta-narrative review of the healthcare literature », International Journal of Nursing Studies, vol. 69, avril 2017, p. 9‑24.
  11. Paul Gorski, « Fighting racism, battling burnout. Causes of activist burnout in US racial justice activists », Ethnic and Racial Studies, vol. 42, n° 5, 2019, p. 667‑687, 2019 ; Paul Gorski et Stacy Lopresti-Goodman, «“Nobody’s paying me to cry”. The causes of activist burnout in United States animal rights activists », Social Movement Studies, vol. 18, n° 3, 2019, p. 364‑380.
  12. Conseil du statut de la femme, Les proches aidantes et les proches aidants au Québec. Analyse différenciée selon les sexes, Québec, Gouvernement du Québec, 2018.
  13. Carole Gilligan, In a Different Voice. Psychological Theory and Women’s Development, Cambridge, Harvard University Press, 1982, p. 24-39; Nancy Folbre, 2012, op. cit.
  14. Marie-Françoise Colliere, « Invisible care and invisible women as health care-providers », International Journal of Nursing Studies, vol. 23, n° 2, 1986, p. 95-112.
  15. Janet Fast, 2015, op. cit.
  16. Conseil du statut de la femme, 2018, op. cit.
  17. Catherine Côté, « La proche aidance, un enjeu féministe ? D’“aidante naturelle” à “proche aidante”», L’Amnésique, 2019.
  18. Janet Fast, 2015, op. cit.
  19. Raphaëlle Corbeil, « Proche aidance : un portrait qui donne l’heure juste », La Gazette des femmes, 2018.
  20. Raewyn Connell, Masculinities, Londres, Routledge, 2005.
  21. Arlie Russel Hochschild, The Managed Heart, Berkeley, University of California Press, 1983.
  22. Katherine N. Kinnick, Dean N. Krugman et Glen D. Cameron, « Compassion fatigue. Communication and burnout toward social problems », Journalism & Mass Communication Quarterly, vol. 73, n° 3, 1996, p. 687-707.
  23. Arlie Russel Hochschild, 1983, op. cit.
  24. Nancy Eisenberg et Paul Mussen, The Roots of Prosocial Behavior in Children, Cambridge (R-U), Cambridge University Press, 1989.
  25. Charles R. Figley, 2002, op cit.
  26. Jasmeet Singh et coll., 2020, op. cit.
  27. Ibid ; Charles R. Figley, 2002, op cit.
  28. Dorien Wentzel et Petra Brysiewicz, 2014, op. cit.
  29. Ibid.
  30. Susan H. Lynch et Marie L. Lobo, « Compassion fatigue in family caregivers. A Wilsonian concept analysis », Journal of Advanced Nursing, vol. 68, n° 9, 2012, p. 2125‑2134.
  31. Richard E. Adams et coll., 2006, op. cit.

Augmenter les taux d’intérêt, pas la réponse à l’inflation

29 octobre 2023, par Rédaction

Entrevue avec Bertrand Schepper[1]

 Introduction

Face à la montée de l’inflation, qui domine la perception de la conjoncture économique dans l’après-pandémie, les banques centrales des États-Unis et du Canada ont adopté une politique monétaire que l’on peut qualifier d’orthodoxe[2]. Elle consiste à avoir pour principal objectif la stabilité des prix, et par là même, la stabilité du rendement des placements, en augmentant les taux directeurs qui servent de référence aux prêts entre banques. La Banque centrale européenne s’apprêtait en juillet dernier à faire de même dans l’espoir de juguler l’inflation. L’idée est de limiter la monnaie en circulation, et donc la capacité de dépenser des particuliers et celle d’investir des entreprises, afin par contrecoup de ralentir la hausse des prix en mettant une pression sur l’offre.

Partout, le coût du crédit augmente donc. Mais sur le plan macroéconomique, les taux d’intérêt restent inférieurs à l’inflation, qui continue de galoper. Le coût réel du crédit, et donc des emprunts d’État, reste négatif. Cela alimente les croyances orthodoxes comme quoi, finalement, il n’y a pas lieu de s’inquiéter, si ce n’est pour les pays du Sud fortement endettés vis-à-vis des pays dominant la mondialisation, et qui sont au bord de la rupture de paiement en subventionnant des aliments pour leur population[3].

Le risque de ce retour du monétarisme est de précipiter une récession, à laquelle tous les économistes s’attendent, et de renouer avec des politiques d’austérité, puisque les importantes dettes contractées par les États pendant la pandémie vont coûter plus cher en intérêts, ce qui va peser sur la capacité des gouvernements d’effectuer des dépenses publiques, et ce, d’autant plus que les banques centrales sont décidées à ne plus racheter d’obligations d’État.

Plusieurs reportages et enquêtes journalistiques témoignent en outre du fait que les ménages à faible et moyen revenu souffrent. Pour eux, l’augmentation des taux d’intérêt se combine à – et non contrecarre – l’inflation, qui grève déjà lourdement leur budget. Face à l’adoption de cette politique monétaire à la sortie du confinement, nous ne sommes pas plus égaux que nous ne l’étions lors du confinement, quand les travailleuses et travailleurs essentiels continuaient de se rendre sur leur lieu de travail et prenaient d’importants risques pour leur santé pour des salaires ridicules[4].

Aujourd’hui, même si la politique monétaire réussissait à freiner les prix sans trop freiner l’économie, la hausse qui s’est produite ne s’effacera pas. Des réajustements salariaux sont nécessaires, même d’un point de vue orthodoxe. Cependant, la situation paraît particulièrement dramatique pour les personnes qui dépendent de prestations ou de pensions, car celles-ci n’ont pas connu de rattrapage ces derniers mois, contrairement aux salaires[5]. Des économistes appellent donc à des mesures ciblées d’accompagnement[6].

Mais en ne prenant que des mesures pour atténuer les pires effets de ce monétarisme, ne reste-t-on pas dans une vision à court terme, aveugle aux modifications des relations et des rôles entre pays ? Par exemple, les pays du Nord arrivaient à maintenir leur niveau de vie en limitant les hausses salariales, car ils profitaient du fait que la Chine produisait à bas prix – ce qu’elle ne va pas continuer à faire. L’horizon d’une politique monétaire, et des politiques publiques en général, se limite-t-il à assurer la stabilité des prix, des profits et des placements financiers pour soutenir la pérennité d’un système dont on sait pourtant qu’il s’en va dans le mur[7] ?

NCS – Pourquoi le choix de traiter l’inflation par une hausse des taux d’intérêt n’est pas le remède ?

Bertrand Schepper – Tout d’abord, il est nécessaire de ramener dans ce débat les principales causes de l’inflation. Car il n’y a pas de cause unique qui viendrait d’une économie en surchauffe. Les raisons de l’inflation varient selon les époques et les pays. Actuellement, il s’agit d’enjeux d’approvisionnement, qui jouent sur les prix des denrées alimentaires et sur l’accessibilité du pétrole notamment. Ces enjeux résultent de la pandémie et des politiques de confinement, qui ont d’autant plus d’effet que l’on vit dans un monde just in time[8] et que des pays ont cherché à recomposer leurs stocks alimentaires.

Après la pandémie, on estimait qu’il faudrait de six à huit mois pour rétablir les chaînes d’approvisionnement, mais la guerre en Ukraine est venue bouleverser les prévisions. Il en est de même pour les coûts énergétiques, qui ont décollé à partir de l’été 2021, et qui continuent depuis de grimper. Il y a aussi deux autres facteurs qui ont joué : les importantes sécheresses qui diminuent les récoltes de riz ou de céréales et le maintien d’une politique dure de confinement en Chine, qui menace aussi d’affecter significativement les récoltes, ce qui renforcera les risques de famine dans certains pays, en particulier ceux du Sud-Est asiatique.

Alors, bien sûr, on peut tenir le raisonnement que dans ces crises d’approvisionnement, on a des intermédiaires qui en profitent, notamment dans les chaînes de distribution alimentaire, ce qui aggrave la hausse des prix. Il y aurait donc une surchauffe contre laquelle les économistes orthodoxes réclament de fortes hausses des taux directeurs car ils jugent que les banques centrales n’ont que trop tardé à réagir. Ils font le calcul que si une récession se précise à l’automne, on pourra alors jouer à nouveau sur une baisse des taux.

C’est ce raisonnement qui justifie d’avoir recours à un remède appliqué à partir des années 1970, lorsque la politique monétaire mondiale, sous l’égide des États-Unis, n’a plus eu pour objet le plein emploi, mais la stabilité des prix, dans une fourchette d’inflation entre 1 % et 3 %. Les monétaristes misent sur le fait que la hausse des taux directeurs envoie un message clair aux marchés en mettant un frein à la circulation de la monnaie. Ainsi, en augmentant les taux, on fait diminuer la consommation des individus et les investissements des entreprises, ce qui, à terme, augmente le chômage; cette augmentation exercerait une pression pour maintenir les salaires plus bas lors des négociations salariales, ce qui éventuellement diminuerait l’inflation.

En l’occurrence, la Banque du Canada a fait savoir qu’il faut cesser la spéculation immobilière, qui se répercute sur le coût du logement, puisque les taux d’intérêt des emprunts ne permettent plus d’acheter facilement. Cependant, on pourrait dire que le marché immobilier au Canada se calmait déjà avant la hausse.

Surtout, il faut souligner que le raisonnement décrit précédemment peut fonctionner si ce sont effectivement les salaires qui alimentent l’inflation. Or, ce n’est pas le cas actuellement. En outre, au Canada et au Québec, la hausse des taux directeurs n’a de toute façon pas d’effet sur les principaux facteurs d’inflation, qui résultent d’évènements à l’extérieur du pays, et qui sont hors du contrôle des gouvernements fédéral et provincial.

Il y a ainsi de bonnes raisons de douter du bien-fondé d’une telle politique, qui risque d’avoir des effets d’autant plus délétères au Canada et au Québec, que cela fait des années que l’on dit aux gens de s’endetter. C’est d’ailleurs le recours à l’endettement, qui reste élevé malgré l’accroissement de l’épargne lors de la pandémie, qui a permis d’amortir en partie les impacts de la crise de 2008, mal gérée par les gouvernements, qui n’ont pas aidé directement les particuliers; c’est là une des leçons qu’on a retenues à l’époque, et c’est pourquoi, lors de la pandémie, le gouvernement fédéral a créé la prestation canadienne d’urgence.

NCS – Quelle alternative peut-il y avoir à cette politique monétariste ?

B. S. – On a l’impression que la politique monétaire axée sur l’inflation est le seul outil que l’on peut utiliser. Or, cela relève d’un choix politique. Le Canada et le Québec ont les moyens de faire autrement. Une chose qu’on ne souligne pas assez dans le débat actuel, c’est que le Canada est un pays extractiviste : lorsque le prix du pétrole augmente, les revenus pétroliers suivent. Il y a actuellement un afflux de demandes pour les gaz de schiste ou bitumineux. Tout comme le Canada par la TPS, le Québec en profite aussi par l’accroissement des recettes de la TVQ et l’augmentation des tarifs d’Hydro-Québec.

Actuellement, les gouvernements canadien et québécois ont donc des marges de manœuvre financière et devraient plutôt se concentrer sur la façon d’accompagner les ménages qui subissent de plein fouet l’inflation et la hausse des taux d’intérêt, ainsi que sur l’organisation de la sortie de la dépendance aux énergies fossiles.

Mais il n’y a aucune vision de transition écologique dans ce retour à la politique monétariste. Au moins dans les années 1970, lorsque les pays de l’OPEP ont décidé de changer leurs rapports avec les pays occidentaux et d’augmenter le prix du pétrole, ces derniers ont cherché à diminuer leur consommation. Lors de leur dernier sommet en juin dernier, les pays du G7 ont au contraire approuvé une augmentation du recours aux énergies fossiles, comme s’il n’y avait que ce moyen pour moins dépendre de la Russie !

NCS – Concrètement, quelles mesures le gouvernement québécois pourrait-il prendre ?

B. S. – On peut très bien proposer, puisque l’argent est là, de prendre acte de la crise alimentaire pour développer des circuits courts de production locale, ainsi que pour favoriser des projets écologiques par l’intermédiaire de la Caisse de dépôt et placement du Québec. L’intervention de l’État doit être orientée vers la mise en place d’un tissu industriel qui assure la résilience économique, l’inclusion sociale et le respect de l’intégrité des écosystèmes. En la matière, les objectifs que s’est donnés le gouvernement de la Coalition avenir Québec sont très inférieurs aux besoins en matière de réduction des gaz à effet de serre (GES). On le constate par exemple lorsqu’on examine le plan de mise en circulation de 1,5 million de véhicules électriques d’ici à 2030, alors qu’on a déjà 5,3 millions de véhicules de promenade sur les routes du Québec, ou l’augmentation insuffisante du prix de la tonne de carbone (la tonne d’émission de GES), qui prend appui sur une politique d’autorégulation du privé – une logique de gestion qui a toujours été mise en échec. On a besoin d’une politique plus audacieuse qui va se traduire par l’arrêt de certaines activités, la création d’autres et l’accompagnement des salarié·e·s, sachant que les industries à faible intensité de carbone sont aussi celles où la densité d’emploi est la plus importante. On a les moyens d’assurer une transition juste[9].

Par ailleurs, au lieu d’avoir fait un chèque électoraliste de 500 dollars à tous les ménages gagnant moins de 100 000 dollars par année, ce qui contribue à l’inflation, il serait socialement juste d’augmenter les minima sociaux, comme l’aide sociale et les pensions de retraite, ainsi que le salaire minimum à un niveau décent. Ce niveau dépasse aujourd’hui les 18 $ l’heure[10] pour lesquels une coalition de syndicats et d’organismes communautaires, baptisée Minimum 18 $ !, s’est formée en début d’année pour relancer le débat à ce sujet. Le gouvernement pourrait aussi revaloriser les salaires du secteur public et parapublic lors des négociations des conventions collectives. Voilà qui serait un signal intéressant pour le secteur privé afin que ce ne soit pas les classes populaires qui fassent les frais de cette crise. Enfin, toujours dans une perspective à moyen et long terme, il est important non seulement d’envisager d’encadrer les tarifs de certains besoins de base, mais surtout de revoir notre structure d’imposition. Et ce d’autant plus qu’à l’heure actuelle, vu la structure de leur consommation, les riches subissent moins l’inflation.

Entrevue menée par Carole Yerochewski, sociologue.


NOTES

  1. B. Shepper est chercheur à l’Institut de recherche et d’informations socioéconomiques (IRIS).
  2. La politique monétaire orthodoxe ou monétarisme sont des termes issus des controverses des années 1980 lorsque Thatcher au Royaume-Uni et Reagan aux États-Unis ont appliqué cette politique tournée vers l’offre, c’est-à-dire vers les entreprises. Pour un clair historique sur ce sujet et sur la façon de faire face aux enjeux actuels, voir Guillaume Hébert, La politique monétaire au service du bien-être collectif, IRIS, série Après la pandémie, fiche n° 4, février 2022 et Bertrand Schepper et Mathieu Dufour, Inflation : que peuvent faire les gouvernements ?, billet, IRIS, 8 décembre 2021.
  3. Voir Martine Orange, « Banques centrales : la guerre inversée des monnaies », Mediapart, 19 juin 2022.
  4. Pour mémoire, plusieurs étaient payés au salaire minimum de 13,10 $ l’heure à l’époque, ce qui avait amené les gouvernements du Canada et du Québec à financer ou à allouer des primes COVID (500 $ par mois dans le cas du Québec).
  5. Voir notamment Éric Desrosiers, « Une inflation (un peu) moins forte pour les moins riches », Le Devoir, 25 juin 2022 et « Tous inégaux devant l’inflation », Le Devoir, 7 janvier 2022.
  6. Voir par exemple l’entrevue avec Éric Heyer, « Inflation : “On ne pourra pas aider tout le monde”, prévient un économiste », France Info, 27 juin 2022.
  7. Voir Orange, op. cit.
  8. Le just in time ou flux tendu désigne une méthode de rentabilisation de la production qui consiste à ne garder aucun stock.
  9. Voir aussi Bertrand Schepper, La nécessaire transition écologique, série Après la pandémie, fiche n° 3, IRIS, février 2022.
  10. Le montant de 18 $ représente le taux horaire minimum nécessaire pour qu’une personne qui travaille à temps plein toute l’année puisse espérer sortir de la pauvreté au Québec.

Le « convoi de la liberté » : le 18 Brumaire de Pierre Poilievre et d’Éric Duhaime

27 octobre 2023, par Rédaction

Hegel remarque quelque part que tous les grands faits et les grands personnages de l’histoire universelle se répètent pour ainsi dire deux fois. Il a oublié d’ajouter : la première fois comme tragédie, la seconde fois comme farce.
— Karl Marx[1]

Un parfum de fascisme à l’odeur de diésel a flotté sur la ville d’Ottawa pendant près d’un mois. Est-il exagéré de comparer cet événement grotesque et ridicule (une farce) à celle, meurtrière, de l’Europe des années 1930 et 1940 (une tragédie) ? Probablement. Mais il faut tout de même reconnaître l’émergence d’un courant qui n’est pas pour autant inoffensif.

Le « convoi de la liberté »… et de la colère

Ayant convergé à la dernière fin de semaine de janvier vers la capitale fédérale, principal théâtre d’une mobilisation pancanadienne contre les mesures sanitaires, le « convoi de la colère », à l’aide de son avant-garde de camions lourds, a occupé le centre-ville jusqu’à la fin du mois de février, renforcé chaque vendredi par l’afflux de centaines, voire de milliers, de manifestantes et de manifestants. Ce fut un douloureux spectacle pour les personnes résidentes prises au piège du tourbillon d’agressivité devant lequel la police d’Ottawa n’offrait qu’une réponse complaisante que certains ont même qualifiée de complice.

En réaction aux diverses mesures sanitaires, mais aussi pour la défense de la « liberté », le mouvement affichait un refus général des règlements, un soutien à l’exploitation pétrolière et une haine envers la personne de Justin Trudeau, en plus de faire preuve d’homophobie et d’une pléthore d’autres attitudes discriminatoires. La caractéristique la plus atypique de cette mobilisation relève toutefois de sa forme, distincte de la manifestation classique. Les participantes et participants eux-mêmes ont évoqué « Woodstock » : il s’agissait pour plusieurs d’un événement culturel animé où, souvent accompagnés de leurs jeunes enfants, se côtoyaient des militantes et des militants à différents degrés d’engagement, les uns mettant en place des camps de fortune et d’autres préférant le confort de l’hôtel, tous rassemblés au centre-ville de la capitale pour afficher leur colère.

Au même moment, d’autres manifestations se tenaient dans plusieurs villes canadiennes, notamment à Québec. Cependant, c’est la présence de plusieurs blocus à la frontière avec les États-Unis qui a semblé prendre de court les dirigeants politiques, créant une perturbation économique à laquelle ils ont répondu promptement[2]. De plus, des manifestations d’envergure variable ont surgi dans différentes villes, même plusieurs mois après les événements, reprenant parfois la forme du convoi, entrée dans le répertoire des actions collectives comme catalyseur de la démonstration. Ainsi, en mai, c’était au tour d’un convoi de motocyclistes d’être le détonateur d’une autre manifestation censée s’opposer aux mesures sanitaires.

Il semble qu’il s’agit là de la sortie de l’ombre d’un mouvement multiforme qui a profité de la conjoncture pour croître et se radicaliser. Non seulement le contexte pandémique l’a-t-il propulsé à l’avant-scène, mais la montée en puissance de l’extrême droite mondiale, particulièrement de son aile « trumpiste » étatsunienne, fortement liée à l’organisation du convoi, a été le principal catalyseur de la mobilisation. Nous assistons ainsi à un réalignement international où une bonne partie de la droite politique, pour se renouveler et rester au pouvoir, se soude en un bloc plus radical. Ce dernier est composé de quelques figures de proue médiatisées, mais ce sont les petits propriétaires ruraux et des personnes reliées à l’industrie pétrolière et gazière qui en sont la véritable colonne vertébrale financière[3]. Finalement, le mouvement a trouvé un soutien populaire chez les « laissés-pour-compte » (à défaut d’une meilleure expression), simples pions dans son entreprise de droitisation et de libéralisation. Camionneurs, ex-policiers, ex-militaires ou agriculteurs sont devenus le symbole du mouvement, et leurs croyances, parfois loufoques, ont permis qu’ils se sentent « importants », qu’ils soient les « héros » de l’époque actuelle[4].

Au-delà des clichés et des raccourcis, la présence de ces laissés-pour-compte ne signifie pas pour autant que la gauche traditionnelle aurait abandonné les classes populaires ou le précariat. En effet, le petit commerce était fort représenté dans ce mouvement dont le moteur était la colère, l’intolérance et le racisme. L’opposition aux mesures sanitaires a servi à rassembler autour de ce « signifiant vide » une chaîne de revendications et d’opinions politiques diverses. Une fois celles-ci réunies, le poids politique du mouvement est devenu considérable.

Les relais politiques

Sur le plan politique, c’est Pierre Poilievre qui a su rapidement profiter de la situation. Homme de la droite radicale, Poilievre est un député du Parti conservateur de la banlieue d’Ottawa et un ancien ministre du gouvernement de Stephen Harper. Ses excès d’enflure verbale, qu’il diffuse habilement en ligne, séduisent les militantes et militants conservateurs. Comme plusieurs de ses collègues, il n’a pas hésité à appuyer le convoi et ainsi à se positionner comme leader en devenir de sa formation. Depuis son élection comme chef conservateur, Erin O’Toole s’était présenté comme le porteur de l’équilibre entre le populisme radical, identifié à l’ouest du pays, et le conservatisme affairiste, identifié à l’est. Toutefois, à la suite de sa défaite électorale aux mains des libéraux, son leadership s’est retrouvé de plus en plus fragilisé. C’est ainsi qu’en janvier, pris de panique devant la rébellion qui se préparait dans ses propres troupes, il a tenté de sauver la mise en allant à la rencontre des manifestantes et des manifestants du convoi. Quelques jours plus tard, son caucus lui montrait pourtant la porte.

Poilievre veut transgresser encore plus la ligne du parti sans ménager l’aile traditionnelle de celui-ci. Son discours est totalement différent de celui des conservateurs traditionnels, mais typique de la droite populiste. Dépassant le régionalisme, il dénonce les élites, la concentration des pouvoirs politiques, économiques et culturels aux mains des « soi-disant experts », des « wokes » et de la « coalition socialiste » que formeraient les libéraux et les néo-démocrates. En plus de son leitmotiv de la « liberté », son cheval de bataille principal est le coût de la vie, une stratégie par ailleurs adoptée par Marine Le Pen, en France, dans sa démarche de « dédiabolisation ». Avec une approche populiste qui lui permet d’élargir le bassin conservateur à la petite-bourgeoisie rurale et aux « laissés-pour-compte », il dénonce le prix excessif du logement qui serait, selon lui, le résultat du pouvoir corrompu de l’entourage de Justin Trudeau, dont le Nouveau Parti démocratique serait complice.

Au Québec, même si Éric Duhaime et son Parti conservateur n’ont pas participé aux manifestations et aux convois, ces derniers ont constitué pour eux une démonstration de force. À la différence de Maxime Bernier, qui tente de défendre, sans le même succès, des idées semblables sous une forme similaire, Duhaime apparaît comme un fin stratège sur le plan de la communication. La curiosité, voire la fascination médiatique qu’il suscite, est entretenue par des propos habiles qu’ils lui permettent de toujours repousser la limite acceptable et de devenir le relais des mouvements contestataires de droite, ce qui normalise un discours qui serait autrement jugé farfelu, voire dangereux.

En croyant que le mouvement s’essoufflerait avec la fin de la pandémie, les forces progressistes, de leur côté, ont eu une attitude attentiste face à cette croissance de l’extrême droite[5]. Il s’agit toutefois d’une erreur : les graines de l’intolérance et de la réaction ont été plantées, et leurs effets commencent à se faire sentir. Comme ce fut le cas pour la « Manif pour tous » en France – un « Mai 68 conservateur » –, les manifestations d’Ottawa et d’ailleurs au pays, la croissance des échanges en ligne et le regroupement au sein de partis politiques ou d’organisations ont agi comme vecteurs de socialisation pour les personnes adhérentes et sympathisantes du mouvement[6]. Après la pandémie, ces personnes qui se sont reconnues ne s’oublieront pas du jour au lendemain, et leurs idées poursuivront leur convergence. Elles vont continuer de croire que les gouvernements nous mentent et qu’ils veulent brimer notre liberté. Elles parleront d’immigration, de culture et d’identité, et mettront de l’avant un programme économique de droite, basé sur la « liberté de choix ». L’opposition aux mesures sanitaires pourrait bien constituer un cheval de Troie qui a contribué au processus de normalisation de l’extrémisme.

Sans avoir pris le pouvoir, même si ses éléments les plus radicaux et délirants l’avaient souhaité, le mouvement d’Ottawa aura marqué bien des esprits. Ses participantes et participants attendent l’émergence d’un Napoléon III ou l’apparition d’autres occasions de se faire entendre. Leur rassemblement lors de cet événement à haute visibilité leur a permis de se rendre compte qu’ils avaient une importance politique pour la droite canadienne tentée par le virage « trumpiste ».

Que faire ?

La question est de savoir comment agir face à ce phénomène pour pouvoir le combattre. La répression policière ou le recours à des instruments autoritaires ne sont pas des solutions à privilégier. En plus du fait qu’il est moralement condamnable d’y recourir, elles peuvent au contraire renforcer le sentiment d’opposition que le mouvement met de l’avant. Une condamnation purement morale pourrait aussi paraître du mépris de classe envers les participantes et participants du mouvement. L’adoption par les médias d’une perspective plus critique et plus informée serait souhaitable, mais elle est difficilement envisageable.

La mobilisation citoyenne et politique, sous différentes formes, semble être la voie la plus efficace. Sans condamner ni soutenir l’idée d’organiser une confrontation directe à la manière des manifestations antifascistes, affronter la peur par le nombre constitue une option sur laquelle il faudrait se pencher et à laquelle il faudrait réfléchir davantage[7].

Sur le plan des organisations politiques, nous assistons à une lutte hégémonique pour la signification de l’impact de la pandémie. Le pouvoir semble préférer, comme repoussoir et garantie du statu quo, une opposition comme celle du convoi. Il s’agit d’un jeu dangereux. Les forces progressistes doivent pouvoir incarner le changement et barrer la route à ces élans réactionnaires.

Pendant ce temps, le parfum continue de se répandre avec ses effluves de violence, d’intolérance, d’appétit de domination et de désinformation. Avec le convoi de la liberté, l’extrême droite a fait son entrée dans la politique canadienne et pousse encore davantage vers la droite radicale les organisations politiques conservatrices traditionnelles.

En somme, cet événement est le symptôme canadien d’un virage mondial vers l’extrême droite, symptôme que l’on dénonce trop peu, sinon à demi-mot, sans jamais lui apposer l’étiquette qui lui convient le mieux : le néofascisme.

Par Milan Bernard, doctorant en science politique à l’Université de Montréal et membre du Collectif d’analyse politique.


NOTES

  1. Karl Marx, Le 18 Brumaire de Louis-Napoléon Bonaparte, Paris, Les Éditions sociales, 1969.
  2. Pour une analyse qui aborde davantage la réponse du gouvernement fédéral au mouvement comme tel, voir l’un des derniers textes du regretté Pierre Beaudet, notre ami cofondateur des Nouveaux Cahiers du socialisme : <www.monde-diplomatique.fr/mav/182/BEAUDET/64517>.
  3. Pour un bref portrait des donateurs du convoi, voir Luke Ottenhof, « Meet some of the wealthy Canadians who donated to the trucker convoy », The National Observer, 16 février 2022, <www.nationalobserver.com/2022/02/16/news/meet-some-wealthy-canadians-who-donated-trucker-convoy>.
  4. Les manifestantes et les manifestants s’identifient entre eux comme des « patriotes ». En plus de la référence à Marx pour qui le sous-prolétariat parisien fut gâté par Louis-Napoléon Bonaparte au point d’en devenir son avant-garde, l’utilisation du terme « héros » renvoie également à l’étude de Franco « Bifo » Berardi sur le phénomène des « tireurs solitaires », une des manifestations des tendances de notre temps. Ceux-ci seraient plutôt les « héros d’une époque de nihilisme et de stupidité spectaculaire : l’ère du capitalisme financier ». L’héroïsme auquel fait référence Berardi est celui qui a émergé avec le néolibéralisme : l’individualisme exacerbé qui impose une lecture compétitive à l’ensemble de la société, sous tous ses aspects, pour faire émerger les « gagnants ». Franco Berardi, Tueries : forcenés et suicidaires à l’ère du capitalisme absolu, Montréal, Lux, 2016, p. 27.
  5. La condamnation venant de l’élite progressiste ne porte que sur le plan moral. Plutôt que d’offrir une réponse politique, on a plutôt opté pour l’affichage sur les réseaux sociaux d’une vertu ostentatoire.
  6. Gaël Brustier, Le Mai 68 conservateur, Paris, Les Éditions du Cerf, 2014. L’appellation « Manif pour tous », du nom de la principale organisation du mouvement, réfère aux manifestations de 2012 et de 2013 contre le mariage homosexuel et l’homoparentalité en France.
  7. À Vancouver, les manifestants sympathisants du « Convoi » ont été tenus en échec par des contre-manifestants à bicyclette qui se déplaçaient rapidement en groupe pour bloquer la voie aux camions. Ian Holliday, « Counter-protesters say ‘Go Home’ as Vancouver convoy disrupted », CTV News Vancouver, 5 février 2022, <https://bc.ctvnews.ca/counter-protesters-say-go-home-as-vancouver-convoy-disrupted-1.5769541>.

Pierre Beaudet : la passion de l’internationalisme

27 octobre 2023, par Rédaction

Quelques mois après son départ, nous mesurons la place qu’a occupée Pierre Beaudet, et nous ressentons à quel point il nous manque. En pensant à Pierre, je me rappelle la proposition de Gramsci qui citait Romain Rolland : « Il faut savoir allier le pessimisme de la raison et l’optimisme de la volonté ». J’ai connu peu de personnes qui, autant que Pierre, illustraient cette proposition. L’intelligence de Pierre lui faisait voir les difficultés, les impossibilités de certaines situations. Ce qui ne l’empêchait jamais de s’y engager pleinement, avec sa fougueuse volonté, son humour et son grand sourire. Pierre ne se mettait pas en avant, mais quand il était passé quelque part, il y avait toujours quelque chose qui avait changé, des lignes qui avaient bougé. La fraternité se traduisait toujours en actes.

Je voudrais dans cette contribution rappeler l’attachement de Pierre Beaudet à l’internationalisme, sa passion de l’internationalisme. Il le traduisait dans la solidarité internationale, cette fraternité élargie qui constitue un internationalisme concret ; dans sa pratique critique du développement pour contribuer à la transformation des sociétés et du monde ; dans son engagement politique pour l’altermondialisme qui représente la forme actuelle de l’internationalisme ; dans l’engagement politique constant et dans les projets pour construire l’espace international.

La solidarité internationale et l’internationalisme concret

Pierre alliait naturellement, dans la solidarité, le local et le global. Les deux pôles de son engagement associaient, d’un côté, la transformation radicale de la société québécoise et, de l’autre, les mouvements révolutionnaires dans le monde. Il naviguait entre ce qu’il appelait, avec humour, son village d’Astérix et le monde. Il combinait parfaitement l’internationalisme et l’enracinement. Il voyageait entre le local dans ses différentes acceptations, le national, les grandes régions géoculturelles et le mondial.

Il rappellera son parcours dans On a raison de se révolter. Chronique des années 70[1]. L’internationalisme de Pierre était d’abord concret, il travaillait directement avec des mouvements dans les différentes parties du monde. Il apprenait d’eux, toujours à leur écoute, attentif aux différences, enrichi par les constructions d’avenir ancrées dans des sociétés millénaires. Il y apportait son écoute fraternelle et son engagement. Il apportait aussi l’appui d’un réseau international auquel il a toujours contribué à partir de la création d’Alternatives, en 1994.

Cette solidarité internationale se concrétisait dans des découvertes, des échanges et des amitiés. C’était des rencontres extraordinaires ; j’en citerai une parmi beaucoup d’autres pour montrer ce que peut apporter et ce que signifie un internationalisme concret. C’est Pierre qui m’a fait connaître Mohammad Ali Shah, le fondateur du Pakistan Fisherfolk Forum (PFF), qui nous a quittés, probablement d’une complication du COVID-19, il y a un an, à l’âge de 66 ans. Le PFF est un syndicat de pêcheurs et de leur famille. Mohammad Ali Shah était un leader reconnu par plus de cinq millions de personnes de la communauté des pêcheurs du Sindh et du Baloutchistan. Fondé officiellement en 1998, le PFF compte 100 000 membres, dont plus de 35 % sont des femmes. Pendant plusieurs années, Alternatives Montréal, avec la participation d’autres associations, dont le Centre d’études et d’initiatives de solidarité internationale (CEDETIM)[2], a accompagné le PFF et a énormément appris de ce partenariat fraternel.

Avec Mohammad Ali Shah, le PFF menait les batailles sur plusieurs fronts. Lorsque, sous la dictature de Pervez Musharraf, l’armée s’est emparée par la force, au Pakistan, du commerce de la pêche dans les lacs intérieurs du district de Badin, dans la province de Sindh, Shah a mené une série de manifestations et mobilisé l’opinion publique, obligeant ainsi l’armée à se retirer de l’industrie de la pêche. Lorsque les politiques néolibérales des gouvernements, national et provincial, n’ont pas tenu compte des licences des pêcheurs autochtones et ont plutôt vendu aux enchères les lacs sous contrat à de grands propriétaires et à des sociétés commerciales, la communauté de pêcheurs déjà appauvrie a été durement touchée. Elle a mené d’énormes mobilisations et protestations dans tout le Sindh, sous la houlette du PFF.

Le PFF, qui a pu mesurer la dégradation terrible de la baie de l’Indus, est devenu l’une des plus actives associations de défense de l’écologie. Au moment des grandes inondations, le PFF a lutté contre la politique de réaménagement capitaliste qui cherchait à éliminer les villages de pêcheurs pour les remplacer par de grands hôtels, des zones touristiques et de l’agro-industrie. Sous la direction de Shah, le PFF a participé activement à des initiatives régionales et internationales progressistes telles que le Forum des peuples Pakistan-Inde pour la paix et la démocratie (PIPFPD), le Forum mondial des pêcheurs (WFFP) et le Forum social mondial (FSM). Il a joué un rôle clé dans l’organisation du FSM qui s’est tenu à Karachi au Pakistan en 2006 ; il a reçu les délégations du FSM sous une grande tente de 10 000 personnes, essentiellement des pêcheurs.

Pierre adorait les rencontres improbables. Il était à l’écoute des luttes et des mobilisations dans toutes les parties du monde. Il se passionnait pour l’histoire des mouvements sociaux et citoyens et pour les militantes et les militants qui y étaient engagés. Il les recevait au Québec ; il envoyait de jeunes volontaires s’y former. Il était aussi attentif à l’histoire longue dans ses différentes déclinaisons, à commencer par l’histoire des civilisations. Je me souviens du jour où un ami irakien nous avait beaucoup fait rire en nous déclarant : « Ce qui nous énerve chez les Américains, c’est qu’ils nous prennent pour des sauvages ; alors qu’ils ont à peine deux cents ans et que leur histoire a moins de cinq siècles, tandis que notre histoire, avec la Mésopotamie, a commencé il y a cinq millénaires !

Pierre avait compris très tôt, bien avant beaucoup d’autres, l’importance des peuples premiers, des peuples autochtones ou des peuples indigènes sous leurs différentes dénominations. Comment comprendre le Québec et le Canada si on ne prend pas en compte cette inscription dans le temps long. Pour lui, c’est dans le temps long, celui de la continuité et des ruptures ente les civilisations, que commence la solidarité internationale. Il a d’ailleurs rédigé plusieurs publications sur l’indianisme et la paysannerie en Amérique latine[3] et sur les peuples premiers et les peuples autochtones.

La pratique critique du développement

Pierre était complètement engagé dans la nécessaire compréhension des sociétés et du monde. Dans l’esprit que Marx avait défini dans les thèses sur Feuerbach, nous voulons comprendre le monde pour le transformer. Pierre était investi dans la volonté de transformation des sociétés et du monde ; c’était le sens de son engagement théorique, pratique, professionnel et pédagogique sur le développement. La notion de développement s’était imposée, et avait été imposée, comme la manière de prendre en compte le débat stratégique et technique sur la transformation des sociétés.

Pierre participait donc aux débats sur le développement à partir d’une démarche critique. Il combinait les approches de l’engagement politique radical avec la pratique dans la conduite de programmes d’action, de la recherche théorique, de l’enseignement. Il inscrivait cet engagement dans la discussion critique sur le développement en mettant en avant les grands enjeux de la solidarité et de la coopération internationale. Il analysait les effets négatifs de la mondialisation et soutenait les pratiques d’autonomie en Afrique, en Amérique latine et centrale, en Asie et en Europe. Il appuyait directement les actions de mouvements dans de nombreux pays, en Angola, au Brésil, en Inde, au Pakistan, en Afrique du Sud, en Palestine, au Niger, au Maghreb… Chaque fois qu’un mouvement défendait son autonomie et s’inscrivait dans la défense des droits fondamentaux, il cherchait, à partir de la camaraderie avec les animateurs et animatrices de ces mouvements, à réunir les moyens pour les renforcer et les faire reconnaître.

Pierre s’était inscrit dans les différentes écoles de critique du développement, celles de renouvellement du marxisme, amorcées par Henri Lefebvre ou par Althusser, Etienne Balibar et Emmanuel Terray. Il était attentif aux propositions qui avaient accompagné la remise en cause du développement à partir des travaux de François Partant sur la fin du développement et de Serge Latouche. Il était surtout partie prenante des démarches engagées par Samir Amin, Immanuel Wallerstein, Giovanni Arrighi et André Gunder Frank explicitées dans les livres La crise, quelle crise ? et Le grand tumulte[4]. Il avait perçu très vite que l’écologie remettait en cause inexorablement la doxa du développement fondée sur la croissance économique qui subordonnait le développement à la pensée capitaliste.

À l’initiative de Pierre, Alternatives et le CEDETIM se sont engagés dans une longue histoire commune. D’abord dans le soutien aux mouvements des peuples des pays du Sud. Ensuite, dans l’émergence du mouvement altermondialiste par les luttes contre la dette et les programmes d’ajustement structurel, contre les politiques des institutions internationales, le Fonds monétaire international (FMI), la Banque mondiale, puis l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Nous, du CEDETIM, avons appris beaucoup de choses d’Alternatives : de la longue lutte contre la Zone de libre- échange des Amériques (ZLEA) qui commencera dès 1994 jusqu’aux grandes mobilisations de 2001 ; et de manière plus directe avec l’expérience internationaliste d’Alternatives, notamment son programme de volontaires qui nous servira à définir le lancement de l’association Échanges et Partenariats.

En 1998, avec Pierre, nous avions participé, à Bruxelles, avec Samir Amin et François Houtard, au lancement du Forum mondial des alternatives (FMA). Le FMA prendra part, en janvier 1999, à Davos, aux premières manifestations contre le Forum économique mondial, avec quelques organisations, notamment ATTAC[5], la KTCU[6] de Corée du Sud, le Mouvement des sans-terre (MST) brésilien, des paysans burkinabés, des femmes québécoises. Ce contre-sommet précédera les manifestations contre l’OMC à Seattle à la fin de novembre 1999.

À partir de 2001, l’altermondialisme ouvre une nouvelle période de rencontres et de visibilité internationaliste. C’est le début des forums sociaux mondiaux à Porto Alegre. Dans le même temps, le mouvement québécois constitue un élément majeur dans les mobilisations qui auront raison de la ZLEA. Pierre et Alternatives Montréal jouent un rôle de premier plan dans la succession des forums sociaux, à Porto Alegre (2001, 2002, 2003, 2005), Mumbai (2004), Bamako (2006), Caracas (2006), Karachi (2006), Nairobi (2007), Belém (2009), Dakar (2011), Tunis (2013, 2015), Montréal (2016), Salvador de Bahia (2018). Pierre inscrivait le débat critique sur le développement dans la solidarité internationale. L’internationalisme interpelle la notion dominante du développement et en renouvelle la conception.

L’altermondialisme inscrit dans l’histoire de l’internationalisme

L’histoire des internationales, et particulièrement la Première Internationale, nous servait de référence. Pierre a édité, avec Thierry Drapeau, un très beau livre, L’Internationale sera le genre humain ! De l’Association internationale des travailleurs à aujourd’hui[7]. Nous inscrivions l’altermondialisme et les forums sociaux mondiaux dans cette histoire.

L’altermondialisme est la forme que prend l’internationalisme à partir des années 1980, avec l’imposition du néolibéralisme, et il se concrétise dans les forums sociaux mondiaux, à partir de l’an 2001. Pierre va s’y engager à fond. L’altermondialisme, c’est l’émergence des mouvements sociaux et politiques qui, sans être des partis politiques, renouvellent l’engagement politique à partir des luttes sociales, politiques et idéologiques. C’est aussi l’ouverture vers les mouvements syndicaux, ouvriers, salariés et paysans, les peuples autochtones, les mouvements des pays du Sud. L’altermondialisme s’élargira aux nouvelles radicalités, au féminisme et aux mouvements de genre, à l’écologie et au climat, à la lutte antiraciste et contre les discriminations, aux peuples autochtones, aux migrants et migrantes. C’est l’invention d’une nouvelle culture de l’émancipation.

L’altermondialisme se construit dans la convergence des mouvements, autour de quelques principes : celui de la diversité et de la légitimité de toutes les luttes contre l’oppression, celui de l’orientation stratégique pour l’égalité des droits et un accès universel, celui d’une nouvelle culture politique qui lie engagement individuel et collectif. À plusieurs reprises, la notion de mouvement se précise par rapport à celle de parti, de société civile et de peuple. En 1984, à Hiroshima, à l’invitation du mouvement social japonais, des mouvements asiatiques et des intellectuels proposent de lancer une alliance mondiale des peuples (Global alliance of people), mais ils se demandent qui va construire cette alliance. Vinod Raina[8] nous avait rapporté la réponse qui s’était précisée dans ces débats : « Ce sont les mouvements qui construiront l’alliance des peuples. Ce ne sont pas les partis, ni les associations, ni les ONG, ce sont les mouvements sociaux et citoyens ». Cette proposition, confirmée par les zapatistes dans le Chiapas mexicain, caractérisera les futurs forums sociaux mondiaux.

Le Forum social de 2009 à Belém au Brésil constitue le moment de plus marquant des FSM. Les mouvements sociaux présents à Belém ont mis l’accent sur une triple crise emboîtée : une crise du néolibéralisme en tant que phase de la mondialisation capitaliste ; une crise du système capitaliste lui-même qui combine la contradiction spécifique du mode de production, celle entre le capital et le travail, celle entre les modes de la production et les modes de la consommation et celle entre les modes productivistes et les contraintes de l’écosystème planétaire ; une crise de civilisation, renforcée par la question des rapports entre l’espèce humaine et la nature, qui interpelle la modernité occidentale et qui interroge certains des fondements de la science contemporaine.

Le mouvement altermondialiste prolonge et renouvelle plusieurs mouvements qui ont marqué les luttes sociales depuis cent ans : le mouvement des libertés démocratiques, le mouvement ouvrier, le mouvement pour les droits économiques, sociaux et culturels, le mouvement des droits des femmes, le mouvement paysan, le mouvement de la décolonisation et des droits des peuples, le mouvement écologiste, le mouvement des peuples autochtones, le mouvement des migrants et migrantes. Chacun de ces mouvements définit ses objectifs et les approfondit. À partir de 2010, une nouvelle période de crise s’intensifie. Chaque mouvement y répond de son côté en creusant son sillon ; nous pouvons ensuite mesurer ce qui manque, un projet d’ensemble qui donnerait une perspective commune.

L’altermondialisme s’appuie sur le rôle des mouvements sociaux et citoyens par rapport au rôle des partis. Il ne remet pas en cause l’importance du politique, mais il conteste le monopole de l’action politique et de la direction du politique, qui est attribué aux partis politiques. D’ailleurs, les différents partis progressistes sont très présents dans les forums sociaux mondiaux à travers des syndicats, des associations et les différents mouvements qui leur sont liés. Comme l’avait souligné Immanuel Wallerstein, cette interrogation sur les partis accompagne celle sur l’équation stratégique : créer un parti, pour conquérir l’État, pour changer la société. Il faut cependant admettre que le parti créé pour conquérir l’État devient un parti-État avant même d’avoir conquis l’État et que l’État induit fortement les changements possibles des sociétés. Cette interrogation amène à reconsidérer la définition même de la démocratie.

La passion des mouvements devient une nouvelle forme de la passion du politique. Elle pose alors une nouvelle question, celle des nouvelles formes du réformisme et des récupérations à travers l’« ONGéisme ». Il faut évidemment distinguer les mouvements sociaux et citoyens des ONG. Cette distinction n’est pas toujours facile sur le plan des orientations, car il y a des ONG réformistes et des ONG radicales, et il y a aussi, dans les mouvements sociaux, des radicaux et des réformistes. Mais surtout, les tentatives de récupération idéologique et financière brouillent les frontières. Le capitalisme tente d’intégrer les associations, les mutuelles, les coopératives… Il tente aussi de brouiller les frontières de l’économie sociale et solidaire, associative, locale en prétendant que leur évolution vers le capitalisme est inéluctable, et en leur imposant, comme seule norme de l’efficacité, celle des entreprises capitalistes et de la financiarisation. C’est l’un des fronts de la bataille pour la construction d’alternatives émancipatrices.

La nouvelle situation internationale

Nous pouvons définir la gauche à partir de l’émergence des valeurs de l’égalité et des droits. Au-delà des révolutions bourgeoises, anglaise, américaine et française (1789), Pierre insistait sur l’accélération de l’histoire avec la Première Internationale (1864), la Commune de Paris (1871), les révolutions soviétiques, chinoises, vietnamienne, la décolonisation à partir de 1920. On peut resituer l’altermondialisme dans la période du dernier siècle. Depuis le milieu des années 1970, l’altermondialisme constitue une réponse à la période de 40 ans d’offensive contre la décolonisation et les mouvements sociaux dans les pays décolonisés. Cette offensive a été étendue aux pays qui avaient connu des révolutions et dans les pays industrialisés. Nous insistions sur la nécessité d’une orientation alternative à la mondialisation capitaliste.

Cette orientation comporte plusieurs enjeux : l’enjeu d’une nécessaire démocratisation et l’enjeu majeur d’une nouvelle phase de la décolonisation qui correspondrait, au-delà de l’indépendance des États, à l’autodétermination des peuples. Elle met aussi sur le devant de la scène la question de l’épuisement des ressources naturelles, particulièrement celui de l’eau, et les questions du climat, de la biodiversité, du contrôle des matières premières, de l’accaparement des terres. Elle nécessite un renouvellement culturel et civilisationnel.

La référence à la Première Internationale, l’Associations internationale des travailleurs (AIT) de son nom officiel, a marqué l’émergence et l’organisation politique de la classe ouvrière dans l’histoire. L’AIT a été capable de se dépasser et de s’élever à l’échelle d’une histoire en train de se faire. Elle a permis à la classe ouvrière de se définir comme un acteur de cette histoire et de contribuer à la modifier. Le monde a changé et continue de changer ; et les fondements que l’AIT avait dégagés restent essentiels. La décolonisation, les droits des femmes, l’écologie, l’impératif démocratique introduisent de nouvelles nécessités. Il faut aussi tenir compte des échecs sur la route de l’émancipation : le deuil des régimes issus de la décolonisation ; le deuil du soviétisme ; le deuil de la social-démocratie fondue dans le néolibéralisme.

L’histoire se renouvelle ; de nouvelles révoltes éclatent et de nouvelles propositions émergent. Pierre Beaudet était à l’écoute, à partir de 2011, des mouvements massifs, quasi insurrectionnels, qui témoignaient, dans plus de quarante pays, de l’exaspération des peuples. Ce qui a émergé à partir des places[9], c’était une nouvelle génération qui s’imposait dans l’espace public. Cette nouvelle génération a tenté de construire, par ses exigences et son inventivité, une nouvelle culture politique. Elle a expérimenté de nouvelles formes d’organisation à travers la maîtrise des réseaux numériques et sociaux, l’affirmation de l’auto-organisation et de l’horizontalité. Elle tente de redéfinir, dans les différentes situations, des formes d’autonomie entre les mouvements et les instances politiques. Elle recherche des manières de lier l’individuel et le collectif. Ce n’est pas un changement du rapport au politique, c’est un processus de redéfinition du politique. Les nouveaux mouvements marquent la transition entre les mouvements de contestation de la dernière phase du cycle ouvert par le néolibéralisme et les mouvements anti-systémiques de la phase à venir. On retrouve dans les mouvements récents une nouvelle génération culturelle, celle qui, comme les Iraniennes, se désigne comme la troisième génération.

Les interrogations essentielles sur la démocratie et sur les formes d’organisation émergent à partir des luttes et des mobilisations, de la recherche de pratiques nouvelles et d’un effort continu d’élaboration. Une part de ce qui est nouveau cherche son chemin à l’échelle d’une génération et n’est visible qu’à l’échelle des grandes régions et du monde. C’est à cette échelle que se construisent de nouveaux mouvements sociaux et citoyens qui modifient les situations et ouvrent la possibilité à de nouvelles évolutions. Les enjeux de la nouvelle période, d’une nouvelle révolution se précisent : la définition de nouveaux rapports sociaux et culturels ; de nouveaux rapports entre l’espèce humaine et la nature ; la nouvelle phase de la décolonisation ; la réinvention de la démocratie. Ce sont les défis du mouvement altermondialiste.

Ces interrogations sur la démocratie s’inscrivent dans la bataille pour l’hégémonie culturelle qu’analysait Gramsci. Cette bataille oppose, aujourd’hui, une conception sécuritaire, identitaire et nationaliste mise en avant par les extrêmes droites à une conception fondée sur l’égalité et la solidarité portée par une gauche à reconstruire. Cette bataille partage les conceptions de la liberté, une conception libertarienne pour la droite, des conceptions individuelles et collectives pour la gauche.

Les dangers de la nouvelle situation sont de plus en plus visibles, et Pierre y était très sensible ; son pessimisme de la raison lui montrait les dangers. La montée des idées d’extrême droite, la victoire des Dutertre, Modi, Orban, Trump, Bolsonaro, Melone, avait de quoi inquiéter. D’autant qu’elle polarisait les droites traditionnelles et que la gauche n’avait toujours pas défini de projet mobilisateur à la suite de l’échec du soviétisme qui s’était présenté comme l’héritier du socialisme des révolutions de 1917 et de la décolonisation. Nous avions une analyse, qui se voulait optimiste, de cette montée des extrêmes droites et de leur capacité à polariser les couches moyennes et une partie des couches populaires. Nous analysions cette progression de l’extrême droite comme une résistance aux nouvelles radicalités, comme une panique par rapport à un nouveau monde caractérisé par la montée du féminisme, de l’antiracisme, des peuples premiers, de la décolonialité ; la panique de voir le monde ancien s’écrouler et les jeunesses s’engager dans de nouvelles voies. Tout en admettant, comme l’enseigne le pessimisme de la raison, que l’exigence de ce nouveau monde n’était pas sûre de l’emporter, que le néolibéralisme avait déjà défini son évolution austéritaire, identitaire et sécuritaire, répressive et liberticide ; que les guerres et les répressions violentes pouvaient prolonger les offensives idéologiques et médiatiques et ouvrir à tous les dangers. La période à venir sera contradictoire, menaçante et violente.

Le présent s’analyse par rapport à l’avenir

Pierre Beaudet avait toujours plusieurs projets d’avenir en cours et en préparation. Pour lui, le présent se vivait toujours par rapport à des projets d’avenir. Pour conclure provisoirement ce rappel, je voudrais citer deux projets que Pierre avait partagés et qu’il avait participé à mettre en œuvre ; il s’agit d’Alterinter et d’Intercoll.

Pierre pensait qu’il fallait mettre de l’avant, parallèlement au forum social mondial, une initiative qui s’inscrive plus clairement dans la construction de l’internationalisme. Alternatives Montréal avait proposé, avec le CEDETIM-IPAM[10], de construire Alternatives International, Alterinter, avec des mouvements luttant contre les injustices sociales, le néolibéralisme, l’impérialisme et la guerre. On y retrouvait Alternative Espaces citoyens Niger à Niamey, Alternatives Asie à New Delhi, Alternative Information Center à Jérusalem, Alternatives Terrazul à Fortaleza, le Forum des Alternatives Maroc à Rabat, Teacher Creativity Center à Ramallah, Un Ponte Per à Rome. C’était l’amorce du noyau d’une internationale.

La deuxième initiative a été la création d’Intercoll. En 2010, nous étions à Ramallah au Forum social mondial sur l’éducation. Alterinter accompagne Refaat Sabbah qui, avec le Teacher Creativity Center, est l’un des principaux animateurs du forum de Ramallah. Nous discutons, Pierre, Vinod Raina, Hamouda Soubhi[11] et moi de la situation. Nous savons qu’il faut renouveler fondamentalement le processus des forums et qu’en attendant de dégager une nouvelle voie, il faut continuer à les assumer. Que faire alors ? Dans la discussion animée qui s’engage, nous en arrivons, à partir d’une phrase de Gramsci, à la nécessité d’un intellectuel collectif international des mouvements sociaux. Nous venons de lancer Intercoll. Ce nouveau projet va bien nous occuper. C’est avec une grande tristesse que nous assistons, avant le décès de Pierre, à celui de Vinod qui nous a tant apporté.

C’est au cours du séminaire d’Intercoll à Taiwan, organisé par Pierre et les militants Shenjing et Mei, avec des participantes et participants de différentes régions de la Chine continentale que nous avons avancé sur la définition d’Intercoll. Pierre a démontré une fois de plus ses capacités d’initiatives politiques et pédagogiques. Par un exposé brillant, il expliqua que le défi est d’être capable de traduire les concepts dans les différentes cultures afin de construire une culture d’engagement international. Selon lui, Intercoll devait partir des différentes régions géoculturelles du monde pour construire un nouvel internationalisme. La traduction entre les langues sera au centre de cette initiative, mais il ne s’agit pas d’une traduction simple, il s’agit de traduire des concepts qui sont nés dans des cultures différentes. Ainsi, avait-il expliqué, traduire par exemple, « buen vivir » dans une autre langue, ce n’est pas simplement « bien-vivre ». Pour comprendre ce concept, il faut être capable d’intégrer ce qu’apporte de novateur la culture des peuples premiers d’Amérique. C’est l’amorce de l’invention d’un nouvel internationalisme, un internationalisme riche des cultures des peuples.

Chaque fois que je retourne dans mes souvenirs, je retrouve des échanges avec Pierre, des interrogations et des réflexions. Et, à chaque fois, les discussions s’orientent vers des interrogations fondamentales, un retour sur nos sources de référence autour du marxisme et de l’internationalisme. Et à chaque fois, la discussion apporte des propositions d’initiatives innovantes, de nouveaux chemins à explorer, de nouveaux engagements, vers l’optimisme de la volonté.

Par Gustave Massiah, économiste, écrivain et militant altermondialiste.


NOTES

  1. Pierre Beaudet, On a raison de se révolter. Chronique des années 70, Montréal, Écosociété, 2008.
  2. NDLR. Le CEDETIM est une organisation française de solidarité internationale. Gustave Massiah a contribué à sa création en 1967. Depuis 2003, le CEDETIM fait partie du réseau Initiatives pour un autre monde (IPAM) avec d’autres organisations.
  3. José Carlos Mariátegui et Álvaro García Linera, Indianisme et paysannerie en Amérique latine, textes réunis par Pierre Beaudet, Ville Mont-Royal, M Éditeur, 2012.
  4. Samir Amin, Giovanni Arrighi, André Gunder Frank, Immanuel Wallerstein, La crise, quelle crise ? Paris, Maspéro, 1982 ; Le grand tumulte ?, Paris, La Découverte, 1991.
  5. ATTAC : Association pour la taxation des transactions financières et pour l’action citoyenne.
  6. KCTU : Confédération coréenne des syndicats.
  7. Pierre Beaudet et Thierry Drapeau (dir.), L’Internationale sera le genre humain ! De l’Association internationale des travailleurs à aujourd’hui, Saint-Joseph-du-Lac, M Éditeur, 2015.
  8. Vinod Raina est un militant indien qui a démissionné de son poste à l’Université de Delhi pour travailler sur les réformes de l’éducation en Inde. Co-auteur du livre The Dispossessed (1999), membre du Conseil international du Forum social mondial, il a œuvré avec divers groupes populaires et politiques.
  9. Depuis 2011, on assiste à des mobilisations citoyennes massives, par exemple, le mouvement de la place Tahrir au Caire (Égypte) ou de Maïdan à Kiev (Ukraine).
  10. IPAM : Initiatives pour un autre monde.
  11. Hamouda Soubhi a travaillé à titre d’agent de développement à Alternatives et a contribué à la mise sur pied du Forum des alternatives Maroc. Il est actuellement membre observateur du conseil d’administration d’Alternatives. Il œuvre également avec le Conseil marocain des droits de l’Homme. Il est l’actuel secrétaire général du Conseil international du Forum social mondial.

Après la pandémie : l’urgence de repenser et de transformer la responsabilité sociale des entreprises

27 octobre 2023, par Rédaction

APRÈS LA PANDÉMIE[1] – Qu’elle soit appréhendée à l’échelle mondiale ou locale, l’économie contemporaine est organisée autour de la grande entreprise capitaliste[2] dont la logique est celle de la maximisation des profits. La crise générale qui se dessine avec ses versants économique, écologique, politique et de la reproduction sociale[3] induit une urgence, celle de rappeler les entreprises à leurs responsabilités. Cela ne saurait se faire sans l’établissement de nouveaux rapports de force qui créent les conditions pour que ces responsabilités puissent être repensées, négociées et contestées.

Investir le champ de la responsabilité sociale des entreprises

La responsabilité sociale des entreprises (RSE) est un champ de recherche et de pratique qui s’est développé dès le milieu du XXe siècle avec pour contexte privilégié d’application la grande entreprise. La question fondamentale que pose la RSE est celle des contours légitimes d’intervention de l’entreprise en dehors de ses activités orientées vers la maximisation de ses profits. Or la réponse à cette question renvoie nécessairement à des conceptions divergentes, voire antagoniques, du rôle de l’entreprise dans la société et plus largement des rapports entre entreprise, État et société civile.

La RSE demeure encore trop peu investie par les milieux progressistes. Du point de vue de la recherche et donc de la production de connaissances, très peu de travaux portés par des perspectives progressistes échappent à une critique absolue de la RSE dont la conséquence est une invalidation tout aussi absolue des possibilités de transformation des pratiques de l’entreprise privée. Il en ressort que les chercheuses et chercheurs critiques ont tendance à renoncer à toute forme d’engagement pratique avec les entreprises, laissant le champ libre à celles et ceux dont la vision est parfaitement conciliable avec le fonctionnement actuel de l’économie capitaliste. La posture assumée dans ce texte est celle d’une performativité critique[4], à savoir d’un engagement dans une démarche à la fois de critique des rapports de pouvoir et d’une tentative de transformation de ces rapports au profit des groupes de la société les plus affectés par les activités des entreprises.

Critique de la responsabilité sociale des entreprises en contexte de récession démocratique

À l’échelle mondiale, les signes de récession démocratique sont persistants depuis une quinzaine d’années[5]. Outre quelques rares soubresauts favorables à des figures de gauche − l’élection historique de Gustavo Petro à la présidence de la Colombie en juin 2022 en étant certainement l’exemple le plus intéressant − cette récession démocratique se fait globalement au profit de discours et de programmes de droite et d’extrême droite qui confortent le laisser-faire endossé par les États en matière économique depuis près de cinquante ans. Il en ressort que les entreprises continuent à gagner en puissance et en capacité d’influence sur nos choix de société. Dans ce contexte, la RSE se limite au rôle que les entreprises veulent bien se donner, en toute liberté, au lieu d’être le résultat de négociations avec les groupes de la société civile, notamment les plus marginalisés, sous l’arbitrage de l’État. C’est ainsi que des sujets tels que la crise climatique, la justice sociale, ou encore le racisme se retrouvent à être traités par les entreprises sous des formes qui s’assurent que toute action reste compatible avec la logique de maximisation des profits[6].

Bien que la récession démocratique constitue un problème grave, notamment parce qu’elle s’accompagne d’un renforcement du pouvoir des entreprises, elle ne doit cependant pas occulter la persistance de modes d’organisation et de résistance à l’échelle locale et translocale qui reposent souvent sur des pratiques démocratiques. Ce sont précisément ces modes d’organisation et de résistance qui mériteraient d’être soutenus, parce qu’ils portent en eux un potentiel de contestation radicale. Le rôle des entreprises vis-à-vis de ces initiatives consisterait à leur apporter un soutien financier et matériel sans aucun droit de regard. Il s’agirait d’une responsabilité sociale imposée, à laquelle les entreprises seraient tenues de se conformer sous l’autorité de l’État également chargé de permettre un accès le plus large possible à l’information pour la société civile. Il s’agirait ainsi de faire de la RSE une source de revitalisation de la démocratie en permettant à des initiatives radicalement contestatrices de bénéficier de financement provenant d’entreprises dont on a permis l’enrichissement par des décennies de politiques publiques de laisser-faire. Ces mesures devraient néanmoins être conçues comme transitoires, le véritable horizon à se donner étant celui d’une démocratisation interne des entreprises pour assurer une redistribution et un partage du pouvoir en leur sein.

Transformer la responsabilité sociale des entreprises par la démocratisation, une nécessité impérieuse

En dehors de l’économie sociale et solidaire qui demeure marginale, la démocratisation des entreprises, à savoir l’application de règles démocratiques au fonctionnement interne des entreprises, est un sujet peu débattu. Considérée comme étant absolument impraticable dans les milieux progressistes et comme étant absolument non souhaitable dans les milieux conservateurs, la démocratisation de l’entreprise capitaliste demeure un impensé. C’est pourtant une piste indispensable à creuser si l’on veut ouvrir les possibilités de déconcentration du pouvoir[7].

Heureusement, à défaut d’être suffisamment réfléchie, la démocratisation de la grande entreprise est expérimentée. L’exemple d’Amazon Labor Union (ALU), premier syndicat de l’histoire de la puissante multinationale Amazon aux États-Unis, est particulièrement instructif sur le désir et le potentiel de démocratisation portés par la société civile. La création d’ALU en avril 2022 est le fruit d’une mobilisation de longue haleine de milliers de travailleuses et travailleurs d’Amazon de l’entrepôt phare de Staten Island, dans l’État de New York. Le visage le plus médiatisé de cette mobilisation est l’Africain-Américain Christian Smalls, président fondateur d’ALU, dont le sénateur Bernie Sanders a signé un portrait élogieux dans le magazine Time. C’est en pleine pandémie de COVID-19 et alors qu’il s’insurgeait contre l’absence de mesures de protection pour ses collègues que Chris Smalls a été licencié par Amazon sous des prétextes ayant des relents de racisme et de classisme[8]. ALU est un cas de mobilisation d’inspiration populaire visant à changer les rapports de force au sein d’une puissante multinationale perçue comme indomptable. La bataille se poursuit[9], mais le processus de politisation des travailleuses et travailleurs d’Amazon et sa résonance inédite est déjà une démonstration du potentiel de responsabilisation des entreprises par la démocratisation imposée. C’est dans ce type d’expérimentations que peuvent se dessiner de nouvelles perspectives de transformation de la responsabilité sociale des entreprises orientée vers la justice sociale. Pour les milieux progressistes, il s’agit à la fois de soutenir et de documenter ces expérimentations pour contribuer à les faire essaimer et transformer le réel.

Nolywé Delannon, professeure agrégée au département de Management de l’Université Laval et directrice adjointe du Centre de recherche sur les innovations sociales (CRISES).


NOTES

  1. Ce texte s’inspire d’une présentation au colloque Après la pandémie : austérité, relance ou transition ?, colloque en ligne organisé par l’École d’innovation sociale Élisabeth-Bruyère de l’Université Saint-Paul, les 16 et 17 février 2022.
  2. La réflexion proposée dans ce texte porte sur la grande entreprise capitaliste, aussi à chaque fois que le terme entreprise est évoqué, c’est en faisant référence à ce type d’organisation.
  3. Nancy Fraser, « Contradictions of capital and care », New Left Review, n° 100, juillet-août 2016, p. 99-117.
  4. André Spicer, Mats Alvesson et Dan Kärreman, « Critical performativity : the unfinished business of critical management studies », Human Relations, vol. 62, n° 4, 2009, p. 537-560.
  5. Larry Diamond, « Facing up to the democratic recession », Journal of Democracy, vol. 26, n° 1, 2015, p. 141-155.
  6. Subhabrata Bobby Banerjee, « Who sustains whose development ? Sustainable development and the reinvention of nature », Organization Studies, vol. 24, n° 1, 2003, p. 143-180 ; Subhabrata Bobby Banerjee et Diane Laure Arjaliès, « Celebrating the end of enlightenment : organization theory in the age of the Anthropocene and Gaia (and why neither is the solution to our ecological crisis) », Organization Theory, vol. 2, 2021, p. 1-24 ; Luzilda Carrillo Arciniega, « Selling diversity to white men : how disentangling economics from morality is a racial and gendered performance », Organization, vol. 28, n° 2, 2021, p. 228-246 ; Helena Liu, Redeeming Leadership. An Anti-Racist Feminist Intervention, Bristol (RU), Bristol University Press, 2020 ; Christopher Wright et Daniel Nyberg, « An inconvenient truth : how organizations translate climate change into business as usual », Academy of Management Journal, vol. 60, n° 5, 2017, p. 1633-1661.
  7. Thomas Piketty, Capital et idéologie, Paris, Seuil, 2019.
  8. Julia Carrie Wong, « Amazon execs labeled fired worker ‘not smart or articulate’ in leaked PR notes », The Guardian, 3 avril 2020.
  9. Ariane Gaffuri, « Christian Smalls, le leader syndical qui bouscule Amazon », Radio France Internationale, 27 mai 2022.

Membres